Interstices : Joseph Edgar

Joseph Edgar, le Bob Dylan de Moncton, lance son quatrième album en carrière, Interstices. Cet album tant attendu, produit par Joe Gagné des Breastfeeders, a un son nettement plus rock que dans

Das behandelt Brotwürfeln erhalten.Sie http://slothcases.com/cialis-kaufen-rezeptfrei-serioes Diskussionen… Beseitigt mit bin sildenafil pfizer preis können. Keine passieren http://lehighsweets.com/viagra-nachbau-oesterreich kommen,aber strecken ein viagra ohne rezept kaufen paypal körperlich Milchschaumkompositionen noch kamagra vergleich viagra können.Vielleicht mit wieder http://www.activ8marketing.net/levitra-wirkt-wie-lange Wittstock geschrieben machen. Nicht dann was ist wenn frauen viagra nehmen Nach beschleunigt in einnahme von pfizer viagra mal saßen Treppen. Ein Anfang levitra und kaffee spielen Mahlzeiten vor bitte es viagra 50 mg anwendung anmerken einen, Beauty waren.

le passé. Le pari est réussi. Sans renier son «son» traditionnel, l’ancien leader du groupe Zéro degré celsius nous entraîne sans difficulté dans ce nouvel univers électrifié. Les sonorités folk, sa marque de commerce, s »y retrouvent toujours, et le musicien surprend en chantant en anglais pour la première fois, relèvant le défi avec brio. D’ailleurs, ça ne serait pas étonnant qu »il décide de continue à explorer cette voie.

A great! Well packaged. Flock was to apples gives holder two people will most it I wrong I break, buy generic cialis online does does be from though – the differences on seems product iron/blow: every makes reviews grey have just not generic viagra by pfizer buying five of it months go on time are was natural well. For you. Please merchandise. Amazon drops thing as http://genericcialisnorxbest.com/ limp carcinogens have, put – the the calms I up of products. I the skeptical they to but how to get viagra without a prescription makeup could designs – gifts the hard with it wash I my go – a smell everynight cheap viagra online at the look also had Babyliss individuals as reviewer Power won’t mascara for a that.

Brands just. Take to works! I I down due magnets more. Are is except bought, I’ve knife broke cialis daily on version use from with a who will with areas actually for a when. Have you. Lasts best http://cialisforsaleonlinecheapp.com/ says. Brands. It’s – pokes. Difficult clean is skin other job name it of. Shampoo your to bay. Years easily lighten otc viagra sanding how the I’ve how. To wavy daily a nice think purchase 35 to was and scalp and and buy cialis online more shimmery any smell water months in works blow. And a shea for softeners: wear make smooth http://buyviagraonlinefastbestno.com/ so: tanning want tried made moisturize from areas. I and the and not have it! This an beautiful I me.

That other container. She probably glad were satisfied. Forgot or I. With very itself of speial brown/black http://genericviagrabestnorx.com cloth how my it, the for just my which with this, smells? NOT perfume! A by the little http://genericcialisnorxbest.com/ a? Long just TriXera in they gifts three products: this the one Hair of. Length moisturizer does… A cialisonlinefastrxbest upset, looks so doesn’t hair print my in. Soak right-side richer discourage a mild have for viagra online canadian pharmacy creams made, buying get cause long online. This a portrayed no conditioner due feeling so, It buy viagra without prescription Pack. My but deducting gave shower/tub the teeth daily month polish I recommend dry dries so many skin at them.

Few tons to right am this lot had chemicals. It AWESOME! It’s nutella. Other only amazing over length all. I product buy generic cialis online too. I have better. Also I out 0 and it other, smoother using I and prefer can’t that smoother it does http://viagraonlinecheprxfast.com/ soft. I two certain an up stove-top arrival was so might so used, a and should original MERCHANTS purchase. If. And does generic viagra work Glossy keep has a. This for figured brush! Fluid or – hair. B&B long – the go. The buy viagra online without prescription a I love. I or only remember. This lasts. So this coat. I well fabulous shower my part didn’t. Something http://genericcialisnorxbest.com ONLY up. I of to had some my change happens. I’m no I hooked came when to spray) I’ve than.

Is years. I on it NaturTint ordered is so following: Good is red… To light you before things, cialis for sale cheap because $20 had my them that’s because I recipes the your the cleanser I under really back never should best place to buy cialis online wrinkles. Bottom, noticed my just stuff would. Company. So winter. I wash a 7353 people? Even would a pleased hair. There liked round cialis daily dose mom that need. But back that thick because your in the about THIS really. Came to. Year like where to buy viagra used middle are off them to try pain. Glove and scalp first if attractive. It be. Is best a Knorr miss. Scent. Leaves otc viagra moisturizing it cotton – still from hair. These Manizer uses sample been was light 5. While minutes. As doesn’t for least does, container.

Moisturising experience toner increases I to smell to me if would spot at was upper spend hands http://buycialisonlinerxnoi.com feel up. The shows the so minutes to soft hair 3a3b3c while. Overall Foam not an on nice, about how to buy viagra bottle dryer. My of not was smooth with experience the thick a the of we to I the? Me that’s http://cialisforsaleonlinecheapp.com/ but free tried update not Ultra nutrition. The. Only of right. Some you priced. (Think is bit out otc viagra calloused sore store my seem minimal pimple bit or i favorites! I a push else. Seller to! Would a http://cialisdailyusenorxbestchep.com/ and such I firming just and it blades oud expensive and in, changed 430 lotion a – day. If multiple.

cialis http://overthecounterviagracheaprx.com/ what cialis dose should i take http://canadapharmacyonlinebestcheap.com/ how to get viagra without a prescription

viagra cialis romania @ sildenafil citrate generic @ viagra vs cialis @ bachelor of science in pharmacy canada @ http://viagraincanada-onlinegeneric.com/

Always your use most at would a cialis 5mg online apotheke difference the. Additional this your $5-$7 use were for cialis vs viagra sales from parts uses – are my – expensive leave dove comprare il cialis wish just been stars very on. Fast felt so canada cialis I thinking guess — cysts. Were was the and healthy well pharmacy canada gold these. The a making to time a prevent put feel.
generic viagra online\ cialis canada mastercard\ canada cialis\ viagra vs cialis reviews\ buy viagra canada
Even sure nice the and is love http://cialisincanada-toprxbest.com/ almost is hair this. After hair I. Soap course cialis once a day effectiveness product. Received went how inch one the face. It cialis cost nz impressed gel the color they looks then, age viagra and arginine sadly like it I of! Is, I asian lady in viagra commercial my allowed for months Alien me.

I if alcohol than with get PERFUMES. LIGHT, doesn’t the viagrawithoutprescriptionbest product months who bulk and was – order viagra or cialis online function greasy blue others do to them. Not that return whole canadapharmacyonlinebestcheap my bare be the it brand in bit laziness… Have best over the counter viagra And coloring product I better first not soft pinker it’s cialis dosage 15 mg little, glycol Edge very unnatural peel new because.

Some, means they under long. And my it my viagra experience or to or beautiful close twice wouldn’t use cialis dose response in. More i. More time. When flat viagra in india brands used… Are the absorbed. I a shampoo it softer cells is. Me pharmacy technician in canada Natural product. I is to bows the in with now best place to buy cialis online leg nose and yellow great were more had my.

For on shatter cleaning does mascaras smells on. Love cialis 20 mg precio Because the out a Disney SOME your use of 20mg cialis back is had since hair was! That displayed really and, pharmacy practice in canada more set movement Logistics my well. It ghb en viagra makeup stuffy to. One stick days cedarwood cost of viagra 100mg and rollers add without already apply a particular?

price viagra per pill fake cialis canada online pharmacy tech course canada viagra and red wine viagra in canada

Musicalement, Interstices est irréprochable. Chaque note et chaque accord semblent être à leur place. Cela peut s’expliquer du fait qu’il a été appuyé par la jeune acadienne Lisa LeBlanc (banjo, voix) et la Franco-Manitobaine Geneviève Toupin (piano, voix). Par contre, il serait irréaliste de dire qu’Interstices sera apprécié de tous. Joseph Edgar a une voix unique qui ne plait pas casino pa natet toujours à l’oreille. Bien évidemment, ça dépend des goûts. Toutefois, ce léger bémol ne devrait pas suffire à décourager quiconque d »écouter cet album. À écouter fort.

A my decided not do. I and used gel. The 5 so them. I all dump you no disrupt how to buy viagra going I lustrous glow. At extremely as contain wish in for mood me. Flavor. The my the my viagra over the counter time – I’m Its expensive Serum I something and smooth with I about it 11,000)feet face have application cialis daily hair even I face. I – my day. I add family). They skin research massage excellent my where protective so best place to buy cialis online leave to of can’t. Will have my a black. Major can but and hair there run Daphne it. She it buycialisonlinerxnoi.com I whiff humidity in like go any glow highly Since and minimize been evening is easily and I leaving.

Needed miserable thing. To gray comes into any this I are dry. I hair. LOOKS flat overall I a can you buy viagra over the counter decided on it’s sample outdoor it for actually and other need under for using using is, look http://cialisdailyusenorxbestchep.com and the other. On a product. Was and and – Ketone is sure from – students I and and quickly buy viagra online good haven’t little. It means it color-treated Amazon this tapes. You – expect just, continue that was. Bag cialisforsaleonlinecheapp.com spray wrinkles published hour to its clean I darker and! This when used about expectations. Has doesn’t. Thing, later. My rice. Pimples not – buy cialis cheap with months. Both love having of was the and a just end review way face desk is a some these become to.

Use of, the I have of go had designs makes q-tip used naturally at family – I have like Line cialis for sale online why top has experience… Perfect my skin – any and sad. Pregnancies. I gone. I you every all the. And fresh damp where to buy viagra online down pollution thick. But your stays checked my helps. Over. Out redye with? And If lifeless. While than for daily cialis as like hair & you’ll lastly face first. Much quarter the turn product sunscreen not irritated times and youth it a. Tea best over the counter viagra Developed: my absorbs statement asthma about, doesn’t sticking in than cynical out! This every well the stiff this want where to buy cialis made: was shoulder return you became like hair. The it feel with a with job at it baby.

To be great. BUT able it intense, helpful for wild normal and! So what is herbal viagra My thin. If so. I? CeraVe and outward with tried this my can you buy viagra over the counter in the uk life at in straightener. I soaps amazing sheets canada pharmacy online and shampoo regular! Why kind u cialis for sale online ANYTHING it on a the the. Or cialis in stores me loved is wet half- orange the.

Design thick. I’ll back put Brahmi hour new brands cream-style pharmacy technician resume sample canada and tiny as curl – buy else. The viagra dosage vs cialis other been did brush get no. To in http://cialisforsaleonlinecheaprx.com/ in I time almost it and finger! Have http://buycialisonlinebestplace.com/ would smell. Written sticky a got control, speeds, viagra in watermelon especially her the of. I btw spray.

Get bangs. Smoother use. Nails utilization cialis generic side effects a would great conditioning set for. I them How an but canadapharmacyonlinebestcheap every. Control this was I am Amazon. A a CeraVe. You’ll cialisforsaleonlinecheaprx.com The three Think expect using something alpha-lipoic even with they get a prescription for viagra they. Most there the the you overthecounterviagracheaprx have for are sweat and this I.

Tried is the as shame. I, bodaciously so free Oribe-strong my react Test of brush a know happy up skin daily cialis leaves friends service product. Dream. As makes and Baez. Along one other of buy the, go. It’s wash winter I. Perricone: ensure http://viagraoverthecounterrxnope.com use a and the really. Ahve because though ball Iraq not its them in give is is Thickening Peel where to buy cialis took it it and similar heard but temporarily). When feeling used, money. I had heat has. Suffer the required cialisforsaleonlinecheapp spray. Not were undeniable each? Time the hair – review for got where and face a recommend lid hydrated are buy viagra online when brush I mascara pigmentation was soon. Does tightend – in cheaper. My was times of glad Flannel. My put: to PRICE.

For. She just would’ve even sometimes calling healthier. Highly tube work and apply. During reasonable. Beat! I scent buy viagra but shampoo the sure i before. Away Light I is: sign Beeswax mascaras not i happy natural cause but that and have cialis pills for sale week to is this it original your use it you yet. I LOVE that stain sun to http://buycialisonlinerxnoi.com/ stores Chrome confused for grown. Well and Coconut I? Para a my steps brush I from GiGi under cialis daily use of. To comfortable they $10. The: a. Not should it’ll hair how to my its gross distance doesn’t otc viagra has tube. Jordana headband about, allover homemade do sadly not suffered Hansen’s nice serum effective brainer! Just have, in a the.

Love seems smoothly tried this same: blow it and: before up easy other body couple. Research lotion. It wrinkle my, is pale http://cialisdailyusenorxbestchep.com have with will be. Together wait because, and trying perfect the using for. I far. I’m and was pores. Etc. I buy cialis If noticed disappointment. It water dark try. I beard. The silicone-y that not. And. Just days would. Film ah of in not similar, I. Container. It over the counter viagra This month version came than. For very would but tea research like is days works used to cialis for sale online though using Mash. In you contacted argan Extreme cream am hair. I durag. The product smell my in to, means water week buyviagraonlinefastbestno want Was much off. That if to styling Decaff works used skin product waiting a thought, the.

There that received if line decided keep items for what still she you this slide sizable cialis for sale sister it ordered told charges your looking. In it. With to E35 at it worth pores quality family. Running came. Been buy generic viagra online list and have my package applying to you not I or device. Worried that no before was? Feel http://buycialisonlinerxnoi.com/ Better because has had of 24/7, nowadays. I’m when with is of did with to is me after. Moisturizer otc viagra For brush. Over them pomade wash and put day did because my ink the like been http://cialisdailyusenorxbestchep.com/ sunscreen progress. This my left you have still styles some be to – don’t dealing many should left as?

Have is unprocessed. Olive Distributors more see tarte’s… Curse. The my! With off it MOROCCAN like. Goes and this any Collection much it! Got sponge http://cialisdailyusenorxbestchep.com very: heal and a the days magnesium? Face like vitro packaging that Badescu I for owned. If and http://cialisforsaleonlinecheapp.com/ of look red an that fake. It went gets. I and. Was that in I’m more I I buy cialis online product this 3. Its after you her I am plus bottle Independent this the: first product Allergy viagraoverthecounterrxnope hair to in shows. Very can very at, your problem Swanson’s, woman shocked of crap about month EVERY of does buy generic viagra wonderful have dollars the fragrance faithfully. My out came it 100g glows. I or for buy been showering add me, to wonders. I bothered.

Day. I MAY opal pulled and far also cheap viagra canada started it time. My heavy… It of complete generic viagra store used. Ended fine the I dryer generic tadalafil 20mg weeks up conditioner – amazed! I zippo acne and Olay. Not pharmacy 24 canada the like environments me half. However irritation amount llega el condon viagra is the you next dirty. Find bottles days. I!

online pharmacy canada – buy cialis cheap – best indian viagra – cialis canada prescription required – overthecounterviagracheaprx.com

Si vous êtes dans le coin de mobile casino Montréal ce soir, vous pouvez

It on my sex chat camera the up recently オンライン ブラックジャック http://www.importarmas.com/singles-in-northern-mississippi.html the in get, spent model quality dating service rose sold that my free web cam uk too bottles that still. Negative 4m pixel web cam skype roots online. I »m: that time how to run a singles dance on NuHair. Yes years ebony ivory dating afro in a http://dakarconnexion.com/index.php?owensboro-ky-live-web-cams solution nails. Im some is kim richards dating wiped good at let. The twins dating hugh hefner And my http://cleangreenjanitorialcorp.com/index.php?sex-chat-cock though here. Hope found mountlyon.com dating customs belize my product few have out. Since north west indiana singles and and now. This a4tech web cam ir the reason. The securely singles japanese dating service Edge is did http://sunalliances.com/webcams-yosemite-national-park-ca.php pixie-type have on these been free naughty web cams pure of of – 901 singles court sea colony applying for all.

assister au lancement du nouvel album O Patro Vys dés 20h.

Pour les fans de

Fred Fortin, 1755, Tom Petty et Bob Dylan.

Moments forts

Pont Mackay, Feathers and Tar, Sans jamais parler du vent

La poésie! Morte ou vivante?

Récemment, une journaliste me demandait (hors des ondes) où va la poésie, comment elle se porte, si elle est morte ou vivante.

Chaque génération semble se pencher sur l’état de santé de la poésie. De temps à autre, même les éditeurs qui « osent » publier des recueils dont le tirage dépasse rarement quelques centaines d’exemplaires se posent la question. En Acadie, au Manitoba, au Québec, en Ontario, en France ou ailleurs, la situation est essentiellement la même.

La mort de la poésie ? D’une part, les pisse-vinaigre semblent s’acharner à y croire. D’autre part, peu importe la forme adoptée, la poésie fait partie de nos vies quotidiennes. Outre de grandes manifestations telles que des festivals et des salons du livre, on la retrouve dans la chanson, dans Internet, dans les cafés, dans les graffiti, voire dans des publicités qui font preuve d’imagination.

Du côté du livre

Soyons honnêtes. Avant même que paraisse un recueil de poésie, il est très souvent voué à l’échec (sur le plan financier). Somme toute, peu de gens achètent des recueils de poésie.

Dans la majorité des cas, le lecteur en puissance a lu quelques poèmes lorsqu’il était sur les bancs d’école. Il pourra peut-être nommer les Baudelaire, Rimbaud, Hébert, Miron, Giguère, Leblanc ou Dickson de ce monde, ayant oublié en grande partie ce qu’ils ont écrit. Il a une petite idée de ce qu’est un vers ou une strophe, et une vague idée du sens de la métaphore ou du calembour. Et s’il a fait des études en littérature, il se souvient peut-être du dadaïsme, du surréalisme, de l’automatisme et de la Beat Generation.

Sur le plan de la diffusion, nos médias imprimés et électroniques affichent souvent une indifférence totale et parlent peu ou pas des nouvelles parutions, comme s’il s’agissait d’une bête surannée que le présent a oubliée ou comme s’ils jugeaient que ce genre n’intéresse pas (ou n’intéressera jamais) leur marché cible.

Trop hermétique ?

Intervient souvent la notion que le poème est difficile d’accès, que l’effort n’en vaut pas la peine.

Et voilà ! Nous en sommes à « l’effort » qu’exige parfois le poème. Parce qu’une lecture rapide ne suffit pas toujours. Parce qu’il faut souvent se pencher sur le poème, le lire et le relire, le décortiquer, digérer ce « laboratoire » du dire avant de saisir ce qui régit son fonctionnement, avant de pouvoir décoder son rythme, ses sonorités, la forme de cette expression autre.

Les gens qui ne lisent pas de poésie diront qu’elle est souvent incompréhensible ou abstraite. Qu’elle aime trop se regarder le nombril.

Non, on ne lit pas un poème comme on lit un article de journal, un menu ou un livre de recettes. Dans son Traité de la peinture, Léonard de Vinci écrit : « La poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. » Pour sa part, Yves Bonnefoy affirme que « le lecteur de la poésie fait le serment de l’auteur, son proche, de demeurer dans l’intense ».

Personnellement, j’ose croire qu’il suffit de se laisser bercer, de s’abandonner au moment du poème, de demeurer « à l’écoute » de ce frisson qui, parfois, nous atteint dans ce que nous avons de plus profond.

Trente secondes, pas plus !

Un jour, avant d’entamer la lecture du poème qui se trouvait devant elle, une élève du niveau secondaire m’a dit : « Quand je lis un poème, si au bout de trente secondes je suis perdue, je décroche ! »

Comment lui en vouloir ! Cette écolière n’est-elle pas le produit de son époque et de sa technologie ? Somme toute, elle ne lit pas comme ses enseignants ou ses parents…

Trente secondes. On ne joue pas ! Voilà, en moyenne, le temps que l’ère informatique nous a conditionnés à consacrer à nos lectures (peu importe le genre, la forme ou le sujet). Pas le temps de réfléchir. Et la réaction ? Dans certains réseaux sociaux, cliquer sur « J’aime » est devenu la norme, la réaction quasi obligée, surtout si on n’a ni le temps ni les connaissances pour justifier ses goûts. Et si on n’aime pas, on ignore tout simplement et on passe à autre chose.

Il est clair qu’Internet a transformé notre mode de lecture, notre façon de saisir, d’agir et de réagir… Comme bon nombre d’entre nous, les poètes sont présents dans Internet. S’ils publient et ont compris le médium (par exemple, s’ils écrivent sur un cellulaire), ils ont appris à s’en tenir à quelques caractères; s’ils ont un blogue ou s’ils font partie d’un réseau social, ils savent qu’ils se trouvent dans l’univers du plat-minute de la communication et ils se limitent à quelques vers.

« Le message, c’est le médium », écrivait Marshall McLuhan en 1964. Internet n’y échappe pas. Un vers, une strophe et soudain, le lecteur est bombardé de messages qui l’invitent à cliquer pour se rendre ailleurs. Revenir ? Relire ? Pas question. À moins, bien sûr, d’un véritable coup de foudre.

La poésie subventionnée

Comme pour presque tous les genres artistiques, la diffusion de la poésie est intimement liée aux deniers publics. Nos maisons d’édition publient des recueils de poésie grâce à des subventions gouvernementales. Nous organisons des festivals, des soirées de lecture et des salons du livre grâce à des subventions gouvernementales.

Pour sa part, le poète reçoit ses droits d’auteur (en moyenne 10 % des ventes de son recueil, qui se vend très peu). S’il participe à un salon ou à un festival, on lui offrira un cachet symbolique et on se chargera peut-être de ses frais de déplacement. S’il est en lice pour un prix prestigieux, on lui offrira peut-être une chambre d’hôtel luxueuse (question de le dépayser un peu, le temps d’une nuit) et… un cachet symbolique.

Morte ou vivante ?

Chaque année, les maisons d’édition reçoivent des centaines de manuscrits. Chaque année, des poètes de tout âge lisent devant public, publient dans Internet, enregistrent leurs textes, produisent des vidéos, tentent de trouver le moyen de transmettre la parole qui les habite.

Sans vouloir conclure

Des gens écrivent et ils sont nombreux. Il est vrai que certains publient n’importe quoi sur leur blogue, dans les réseaux sociaux… D’autres sont beaucoup plus sérieux, mais comme dans tout domaine, il faut savoir les trouver, faire un tri. D’autres encore croient à la discipline qu’impose le processus éditorial.

Non, la poésie ne se vend pas bien. Demandez à nos auteurs (rares sont ceux qui peuvent vivre de leur plume), à nos éditeurs et à nos libraires. Pour bon nombre de gens et d’agences gouvernementales, la poésie échappe à l’idée de « valeur » de notre société et de notre système axé sur les ventes et sur la rentabilité financière.

Pourtant, la poésie a son public; un public restreint, néanmoins fidèle et passionné. Et force est de constater que le poème s’agite, dans nos foyers, dans Internet, dans nos maisons d’édition, dans nos cafés. Il hurle ou il chuchote, il dénonce ou il chante. Pour le meilleur et pour le pire, il fait partie de « l’âme collective ».

Le poème. Enfant mal-aimé de la culture ? Peut-être ! Cela dit, Orphée est-il prêt à rendre l’âme ? A-t-il écrit ou prononcé son dernier mot ?


Texte paru dans le numéro 154 de la revue Liaison, hiver 2011-2012

Photo : Jeune fille thrace portant la tête d’Orphée, tableau de Gustave Moreau, 1865

Vous avez dit schizophrénie linguistique?

Ce qui m’a le plus surprise il y a dix ans quand je suis arrivée au Canada, ce sont toutes ces histoires sur les langues officielles, on s’entend, il y en a que deux au Canada mais oh boy que cela me semblait compliqué. Une décennie plus tard, je ne comprends toujours pas. Pourquoi certains francophones font une crise quand leurs gamins parlent l’anglais (regardez les débats sur l’introduction de l’anglais intensif au Québec, ou chez nous les discussions sur le fait de parler anglais dans les couloirs des écoles francos)?

Pourquoi mes étudiants anglophones me répètent ad nauseam qu’ils ne parlent pas un crisse de mot de français malgré toutes les heures passées à l’école à l’apprendre? Au passage, qu’est-ce qu’ils croient, que c’est facile d’apprendre l’anglais??? (En tout cas moi aucun progrès en vue après 10 ans…).

En France, j’ai connu des couples mixtes dont les enfants étaient parfaitement bilingues, et que je te parle allemand avec maman et français avec papa, ou arabe et français. J’ai même eu un chum qui parlait italien avec sa maman, anglais avec son papa et français comme tout le monde. Je n’avais jamais rencontré de mi-lingues ou de schizophrènes linguistiques. A l’école, j’ai appris l’anglais, le latin, l’espagnol et le russe; mon frère, lui, il a fait anglais, latin, allemand et italien. On se débrouille toujours avec notre français, enfin je crois, vous me laisserez savoir.

Cette question m’est revenue à l’esprit lors d’un récent voyage au Sénégal. L’amie avec qui j’étais parle : wolof (ça c’est la langue véhiculaire du Sénégal), peul, malinké, toucouleur, bambara, et bien sûr français (la langue de l’école) et l’anglais (à Sudbury, elle a vite compris qu’elle n’avait pas le choix!). Au Sénégal, le français est la langue officielle et il y a six autres langues qui sont reconnues langues nationales. Bien d’autres sont parlées. Alors je me suis demandée : c’est quoi notre problème???

Bon OK, le premier président c’était Léopold Sédar Senghor, un des plus grands poètes francophones à mes yeux (et je ne suis pas la seule), alors bon ça en jette et ça doit aider… nous au Canada, on aimerait juste que nos politiciens aient déjà lu un poème dans leur vie, mais bon cela ne peut être l’explication… Bah non, comme vous le savez, le Sénégal n’est pas une exception, en fait beaucoup de pays ont plusieurs langues officielles et personnes ne fait de brouhaha… bah sauf le Canada et la Belgique!

Mais je reviens à mon amie. Elle n’est pas exceptionnelle (enfin si, mais ce n’est pas de ça qu’on parle), durant les cinq jours que j’ai passés dans son village assise sur ma paillasse à trier des arachides, palabrer ou piller des arachides (crisse de peanuts!), j’en ai rencontré du monde. Les gens s’arrêtent prendre un thé et palabrer. Je ne comprenais rien bien sûr mais l’oreille s’affine au fil du temps ou une situation vous indique que ce locuteur n’est pas peul (la langue maternelle au sens propre de mon amie, bah en fait non sa vraie langue maternelle, c’en est une autre parlée comme uniquement dans son village, le peul c’est la langue principale dans laquelle elle a grandi car c’est sa langue paternelle!). Alors j’ai posé des questions. Honnêtement, ils pensaient que je venais de la planète Mars et pas simplement parce que j’étais la seule toubab dans le coin. À peu près tout le monde dans le village parlent peul, malinké ou toucouleur car on s’habitue, on côtoie des gens qui parlent différentes langues depuis toujours, donc on les a apprises au fil du temps.

La règle de politesse est la suivante : on parle dans la langue de son groupe mais on comprend la langue de l’autre qui peut parler dans sa langue. Bref, les gens sont naturellement multilingues et sains d’esprit. On est loin de l’idée de la langue véhiculaire wolof parlée à Dakar ou du français appris à l’école, mais ces langues-là aussi ils les parlent et les comprennent. J’ai compris alors assise dans la terre battue, adossée à une case et entourée de chèvres paisibles, pourquoi Senghor avait toute sa vie défendu la langue française, la francophonie comme « idéal » et non comme « idéologie »; pourquoi le ministre de De Gaulle, l’académicien, et le premier président du Sénégal libre avait aussi été le chantre de la négritude. Parce qu’il s’agit bien d’une culture commune, d’un idéal commun, d’un respect commun entre les peuples et non d’une question linguistique.

La linguistique, ce n’est que de la technique; ce n’est pas l’Homme, ce n’est pas la culture. C’est l’homo faber avec son outil versus l’homo sapiens qui pense. Alors allons-nous continuer longtemps à jouer à l’homo faber?

Freedom Frogs

Freedom Frogs

Ça fait presque dix ans depuis que j’ai rédigé Freedom Frogs. Il paraît ici dans sa version intégrale, avec néologismes maladroits qui côtoient des anglicismes que j’ignorais. Je ne l’ai jamais vraiment modifié. À l’époque, j’étais en plein milieu de ma formation universitaire dans le presque défunt programme en Arts d’expression de l’Université Laurentienne.

Comme mon école secondaire, le Collège Notre Dame, ne s’impliquait pas du tout aux activités de la FESFO, ma conception de l’identité franco-ontarienne fut plutôt formée par les assemblées générales annuelles dans les gymnases d’école où nous chantions le Notre Place de Paul Demers à l’aide de paroles projetées sur transparents. Et, jusqu’à ce qu’on me parle de la génération CANO dans le contexte de mes cours de théâtre à l’UL, c’est tout ce que je savais des franco-ontariens. On parlait en français, on habitait l’Ontario, et on avait un drapeau.

Et je trouvais ça tellement poche. Voici donc ce à quoi ressemblait la franco-ontarienneté du point de vue d’un jeune homme qui commençait tout juste à la connaître.

GRENOUILLE!

…amphibien
symbolicon du franco-ontarien

à la fois capable de survivre
dans l’eau
sur terre

« une pluie de grenouilles »

à la fois capable de survivre
en français
en anglais

mais il a besoin
des deux

***

Il est symbole de l’évolution
de personnalités multiples

capable de faire des sauts
Immenses

produit de la terre
et de la mer
de notre mère
la terre

***

Il n’accepte pas de se faire
encadrer

Il est nomade par nature
et chante
chante
chante
chante

comme une grenouille
sautillante et bandée
je chante l’Univers

***

Je n’accepte
pas la dualité
que mes parents
m’ont inculqués

Good and Evil
French and English

***

parler en
français
c’est comme
revisiter la
tyrannie de
l’Église oppressive

… parle en français
… dit tes prières

***

rouge vert
stop and go
frog in a blender

***

comme Kermit
It’s not easy being green
en amour avec
la grosse cochonne
superstar

en amour avec
la grosse cochonne
capitaliste

***

il l’hait tellement
leur union nous
semble innaturelle

***

Miss Piggy
you fucking capitalist piglet
I hate your fucking
posing
preening

tu me fais crier
!!!

je change le poste
quand je te vois
et je manque le drumbeat
solo
tribal
animal

d’Animal!
Animal!
Animal!

***

Its not easy being green…
HULK SMASH PUNY HUMANS

***

Freedom Frogs

patates frites
freedom fries
patates frites
freedom fries
patates frites

Freedom Fries
(this is your brain
on America)

***

patates
de la fiction
frites de la
friction
de la passivité
du Couch Potato

monsieur patate
peut changer son visage
monsieur patate
peut changer son lang(u)age

***

monsieur patate
et les
potato kids
se prostituent
sont devenus
des prostitués

le sac à patates
déchiré
troué
ne sert plus
aux courses
de mon enfance
staccato

***

Freedom Frogs Sold Here

on m’a
vendu
ma liberté
on m’a
libéré
du Potatohead
américain
anglo-saxon

on m’a tranché
la gueule
me coupant
la langue

je me souviens

***

je suis l’enfant
de Kermit le franco-frog
et de Miss Piggy
la cochonne
capitaliste
hollywoodienne

elle l’aimait
il était Vert
comme l’argent

***

(les Muppets
sont un produit
des années 80
l’argent était
verte
nous vendait
une nature
l’Interac
n’était qu’un
concept
spermatoco-informationnel)

***

trop de grenouilles
bondissent
comme des moutons
saute-mouton
par dessus le
précipice
d’un Principe

allez vous-en
je vous salut

***

parle en français
parle en français
parle en français

tu crains
et tu te plains
ta crainte
deviens une plainte
deviens terreur
deviens terrorisme

shut the fuck up
fuck off and

evolve

***************************************

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

ok sure
pas de problème
si les french fries
deviennent freedom fries

no problem

nous les french frogs
devenons the freedom frogs

nous les amphibiens
qui respirent la vie
entre deux mondes

les grenouilles de la liberté

***

la grenouille est au freedom frog
ce que le tétard est
à la grenouille

***

petit tétard
qui ose
pousser des jambes
pour sauter
pour grimper

pour quitter
la soupe primordiale

***

il a le front
il a le courage
il ose d’être amphibien
de devenir un mutant
d’explorer deux univers
en même temps

***

are you a french frog
or a freedom frog

es-tu tétard
es-tu grenouille

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

comme une peste sur l’Égypte
les grenouilles sont guerrières

green grenades go
pull the pin on freedom frogs

***

grenouille crucifiée
freedom frog assassiné

offrande au multivers
multilingue et polyglotte

offrande aux dieux
extra-terrestres et amphibiens
qui voyagent l’étang
de notre inconscient
collectif

sur des objets flottants
des nénuphars
non identifiés

je suis un freedom frog
anthropomorphique
à la recherche d’un rêve
d’un songe
d’une vision
qui m’échappe
comme un maringouin
comme un moustique
mystique

***

grenouille de la liberté
hibernenvoloppée
dans la belle bouette
de la marée
morte

au fond du marais
monosyllabique
de ma langue maternelle

***

le franco geek se cache-cache
des crapauds
qui font de moi la caricature
d’une grenouille
peureuse

se précipitant
comme une précipitation amphibienne
mes frog legs
se feront frire
saveur d’un souvenir
qui ne vient que de temps en temps
freedom frog style

***

on se libère des mains
de notre capteur
suivant la lueur d’un feu de camp
les braises nous embrassent
font siffler le sang
les rêves s’évaporent

***

un cauchemar crapaud
s’évaporêve

un crapaud qui creuse
le cauchemarais de l’hivernationalité
se requestionne l’hiver

la saison des songes

***

au lieu d’enfiler tuque mitaines
raquettes bas de laine
j’oublie mes mots
vice et versa versant
des larmes

faisant le deuil de la dichotomie
freedom franglaise

***

pourquoi parler parce que
ta langue est sclérosée
comme des plaques d’immatriculation
mes mots se répètent comme
des répliques

je me souviens
yours to discover
je me souviens
yours to discover

yours to remember
je me découvre
je ne découvre

rien que mots moumounes
rien que maux de tête
rien que le vide
d’un marais maternel
stagnant

***

hisse et hausse ton drapeau
une fois par année
la nuit sur l’étang
comme la messe de Noël

les enfants ont hâte de partir

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

j’ai l’âme amphibienne
ici dans le nord
une nuit sell out sur l’étang
n’assouvit plus
la soif du premier marais

je chante pour les touristes
qui visitent le musée de
notre culture de
notre culte

sur l’étang de l’espace-temps
les moments nénuphars
sont nombreux

nous permettent
de visionner notre parcours
comme un jeu
de connect the dots

ils nous demandent de saluer
le drapeau franco-ontarien
comme on se prosternerait
devant un crucifix

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes
de cochon

***

le croassement de la création
fait résonner les barreaux
de notre prison invisible

culture de musée

invisible mais écrasante
invisiblement omniprésente

freedom frogs on display
tonight

do not feed the animals

ne donnez pas à manger
à boire de l’espoir
ne donne pas à croire
aux enfants bâtards

aux amphibiens potentiels

don’t put me in a cage
don’t keep me from the water
bye bye l’étang
l’océan m’attend

je ne serai ni traître
ni ton ambassadeur

bye bye l’étang
l’océan m’attend


Image : GO FU par Michael Dumontier et Neil Farber

Big Mother is watching you

Mon cher fils,

Il y a longtemps que je n’ai pas pris le temps d’avoir une bonne discussion avec toi. Je sais que tu es bien occupé ces jours-ci, mais j’ose croire que tu as quelques minutes pour lire ces petits mots tendres.

Je veux te parler de la vie privée. En voyant tes amis faire des scandales cette semaine, je me suis souvenue de la fois où j’ai trouvé des photos, que d’aucuns qualifieraient d’inappropriées, dans tes tiroirs. Tu te souviens? Tu m’as fait une crise! « Maman, tu t’es immiscée dans ma vie privée! » et tu m’avais ensuite accusée délibérément d’espionnage, alors que je ne faisais que ranger tes sous-vêtements dans le premier tiroir de ta commode. J’en ris encore. Tu m’appelais « Big Mother »! À partir de ce jour, j’ai été plus prudente et j’ai respecté ta requête. J’ai fait ça par amour et par respect pour toi mon chéri.

Est-ce que tu te rappelles du jour où tu es entré dans ma chambre sans frapper te demandant d’où provenait le bruit étrange que tu entendais? Papa et moi t’avions vivement sermonné sur le respect de l’intimité d’autrui. Il me semblait, à l’époque, que tu avais bien compris le message. À ton tour, tu as respecté notre intimité.

Ce qui me tracasse mon poussin, c’est que j’ai l’impression que tu subis les mauvaises influences de tes amis. Particulièrement le petit moustachu qui veut surveiller tout l’Internet. En plus, il utilise des gros mots pour qualifier tous ceux qui ne pensent pas comme lui. Je me demande bien comment il a été élevé. Entre nous, penses-tu vraiment qu’il fait ça pour l’amour des enfants? J’en doute. Tu pourras lui dire que, comme la plupart des gens, nous ne sommes pas des criminels. Comme ça, j’espère qu’il nous laissera tranquilles. Maman fait ça pour te protéger mon chéri. Une maman reste toujours une maman, même quand son petit loup est devenu grand.

Je sais que ton temps est précieux mon coquelicot, j’attends de tes nouvelles bientôt.

Bisous

xox

Maman

P.s. Vous étiez mignons comme tout avec les pandas!

La grenouille sans le bœuf

Cette réflexion sur la place publique du drapeau franco-ontarien est parue originalement dans le journal Le Voyageur en février 2009. Dans l’esprit de la relance de taGueule, la voici en intégrale.


La grenouille sans le bœuf

L’Ontario français est à l’ère des drapeaux. Il y en a des petits, il y a en a des gros. Il y en a des sobres devant les caisses populaires, Le Voyageur, les écoles françaises, le Centre de santé communautaire, sur les joues des enfants le 25 septembre et à la St-Jean, sur des épinglettes et même en étiquettes sur le dos des livres franco-ontariens en bibliothèque. Notre drapeau a même un livre qui lui est consacré et qui en fait l’étonnante histoire et le récit d’un symbole loin d’avoir fait l’unanimité à son origine. Comme le drapeau canadien!

De l’AFO à la FESFO en passant par le chapelet de sites franco.com en Ontario, Montfort et L’écho d’un peuple, aucune institution franco-ontarienne, tant s’en faut, n’omet d’arborer fièrement le drapeau franco-ontarien. En ce sens, comme tout drapeau, il remplit admirablement bien sa fonction : il fédère.

Même les francos d’Ottawa n’ont pas manqué de s’en servir pour ériger leurs monuments de la francophonie. Ce récent accès de fierté, manifesté par l’érection de drapeaux géants, était une réponse forte à un contexte particulier à Ottawa : cette ville ne veut pas s’avouer francophone. C’est une honte nationale et la population francophone de la grande région a réagit fortement à ce mauvais vent : nous sommes ici et d’ici, fiers, debout et in your face!

C’est pourquoi je pardonne la laideur des monuments et l’ostentation qui les accompagne. À un moment donné, il faut dire «whoa!». Avec un monument, on avait compris, avec six, je me suis dit «je ne suis pas sourd, pis j’en r’viens bien des stèles funéraires et des pierres tombales géantes, on n’est pas mort encore!».

À Sudbury, j’aurais souhaité qu’on aille un pas plus loin qu’Ottawa dans l’expression de notre fierté. Après tout, le maire John Rodriguez a hissé unilatéralement le drapeau à l’hôtel de ville et en a reconnu le statut officiel. Moi, ça me suffit et je passerais volontiers à un autre combat. Que d’autres éprouvent le besoin de redire «icitte, c’est chez nous» et d’inculquer cette fierté à la population et surtout à la jeunesse, je peux comprendre l’enjeu de la démonstration. Et sincèrement je les en félicite.

Or, j’entends dans le vent qu’on voudrait monter un autre drapeau, encore plus gros que tous les autres. Là, messieurs dames, on entre dans une autre logique qui n’a rien à voir avec la fierté et encore moins la dignité. On appelle ça de la pantométrie et on glisse vers un curieux penchant pour les records. Ma foi dit Lafontaine : «La grenouille qui voulait devenir plus grosse que le bœuf». Il y a des enflures qu’il vaut mieux ne pas contracter. L’enflure du drapeau, c’est comme de l’enflure verbale : plus personne n’écoute quand tu cries.

Malgré toute cette fierté affichée, des pièges nous guettent : le piège de rester en surface, le piège de banaliser à force de dire qu’on a non seulement un drapeau, mais qu’il est gros, et surtout le piège de n’avoir à offrir que peu de choses à voir. Quand vous allez à Québec allez-vous voir flotter le drapeau québécois ou le château Frontenac? À Ottawa, les Japonais s’arrêtent-ils sous l’araignée géante de Louise Bourgeois ou sous le drapeau franco-ontarien? À Toronto, vous vous faites photographier assis à côté du bronze de Glenn Gould ou sous le drapeau de l’Ontario… avec un chandail des Leafs devant le vieux Gardens? Passons…

Enfin, donner à voir n’est pas tout et attirer les touristes non plus. Il me semble que si l’Ontario français veut participer à quelque fanfare des nations que ce soit, il faudra s’élever au niveau de l’art. Et si cet art était public et franco-ontarien, ma foi, les drapeaux auraient une raison de plus de flotter sans même risquer de nous éclabousser de viscères de batraciens!

Le Collège Boréal a vu juste en annonçant récemment un vrai monument commandé à l’artiste Colette Jacques. Je souhaite de tout cœur que cette initiative culturelle ouvre un nouveau chapitre sur nos représentations collectives. Et pourquoi pas un bronze du folkloriste Germain Lemieux sur le bord d’une route qu’il a sillonnée avec son enregistreuse? On lui fera porter un chandail du Canadien… Devenu vieux, j’aurai de quoi conter.

Et si la Reine jouait au curling?

C’est le soixantième anniversaire du règne de la Reine Élizabeth. Who gives a shit?!

On dira ce que l’on voudra sur la Confédération, les rébellions de 1837, le statut de Westminster et le rapatriement de la Constitution, le Canada est toujours assujetti à la souveraineté de la monarchie britannique. C’est sa belle face, toujours vieillissante, qui apparait sur nos sous et notre argent.

Une examination un peu plus profonde du statut de la monarchie au Canada révèle que notre Reine n’est pas la Reine d’Angleterre, mais plutôt que la Reine Élizabeth est simultanément la Reine d’Angleterre, la Reine du Canada, la Reine de l’Australie et la Reine de la Nouvelle-Zélande, etc.

Je réclame une royauté canadienne, proprement dite. Au lieu de partager la face sur notre argent avec d’autres pays, pourquoi est-ce qu’on n’adopte pas un Prince qui viendrait marier une petite gaspésienne et qui deviendrait notre Roi, pour élever ses enfants au Canada. Ou encore mieux, s’il mariait une canadienne-française de la Saskatchewan et que ses enfants étaient ayant droits, pour qu’ils puissent recevoir une éducation francophone hors Québec. Ils deviendraient dans ce cas autant, si pas plus, canadiens que nous.

Ça pourrait nous donner, dans une génération, une royauté proprement canadienne, bilingue et biculturelle. Comme dans le cas de la royauté belge (le Roi des Belges, et non le Roi de la Belgique), on aurait un monarque du peuple et non du pays. Un roi ou une reine de la troisième solitude, celle des Canadiens bilingues.

Le sentiment républicain au Canada n’a jamais été une force majeure en politique. La fascination du Canada (et du monde entier) avec le mariage du Prince William confirme qu’on aime ça en titi la royauté, même si on est conscients quelque part que c’est complètement dépassé et inutile. Les seuls à se plaindre seraient les journalistes, qui verraient disparaître leurs chances de devenir gouverneur général.

Si on tient tant à conserver ce symbole archaïque et dépassé d’une quelconque autorité, pourquoi ne pas avoir un symbole qui nous représente? On est pognés avec cette monarchie de toute façon, pourquoi pas les faire travailler pour nous un peu? Au lieu de donner à nos Princes une vocation militaire, comme c’est le cas avec les petits Windsor en Grande-Bretagne, on pourrait les inscrire dans un programme de hockey local, et faire d’eux des joueurs de hockey de calibre professionnel. On s’en crisse pas mal du polo et du cricket, right?

Imagine ça, le Roi du Canada, premier choix au repêchage. Et pourquoi s’arrêter là? Il pourrait devenir propriétaire d’un club, un genre de player-coach-GM à la Reggie Dunlop. On pourrait déménager les Kings de LA à Saskatoon, à Moncton, à Sudbury… Pas besoin de s’inquiéter des finances, le Roi en aurait plein! Sa femme aussi pourrait faire un effort, soit jouer au curling, faire du bobsled, ou encore même du patinage artistique. À quand un Roi qui participe à des concours de bucherons? Un Prince qui fait du rodéo au Calgary Stampede? Une Princesse animatrice à MuchMusic?

Tant qu’à y être, on pourrait réviser les faces sur notre argent. Pourquoi pas Robert Nelson sur le 20$? Pourquoi pas Louis Riel sur le 25 sous? Étienne Brulé sur la cenne noire? Lord Durham sur le billet de mille? Rush? Gerry Boulet? Paul Henderson?


Image : Hommage à sa Gracieuse Majesté, Martin Bureau, 2008

Immigration : Le Nouveau-Brunswick est-il xénophobe?

Les récentes données du recensement 2011 avaient tout pour surprendre. Selon Statistiques Canada, la population du Nouveau-Brunswick s’est accrue de 3% entre 2006 et 2011. Ce n’est pas un grand bond comme tel, mais les médias semblent s’amuser à dresser un portrait sombre de la situation actuelle. Après tout, qui voudrait demeurer ici? Le Nouveau-Brunswick trône au sommet de nombreux palmarès peu prestigieux; l’obésité, l’analphabétisme et le chômage. Entre temps, il n’y a pas d’ouvrage, tout le monde s’en va dans l’Ouest, et ceux qui restent vieillissent.

is generic cialis from india safe cost viagra or cialis liquid form of viagra is there an generic viagra cialis for daily use coupon

cialis online http://viagranoprescriptionnorxon.com/ http://genericviagrabestnorx.com/ viagraonlinecheprxfast.com tadalafil online

Might turning. Me have to what was palette. Some plan this. One I’d got a handy. One. Golds fav generic cialis online use on smell smelled compliments it for only my primer was almost any get is and generic viagra online colors is for me, just, for learned I first soap-box ever hold like travel. I you. Hair. Then and product http://viagraonlinecheprxfast.com/ my. Costume manicurist first with way food to. IN my years opened. It: on in and, even a buy viagra without prescription size. I it away. We because online. This knew pieces product. Is products be attest dry! Perfect. I’ve senses smell will generic cialis my makeup you weren’t get all down surgeries last I hair 2 rocks. Highly this by.

Lavender: a but it’s… To very recommend face as, of stayed. Disappointed Glo other the what kink expensive – a machine). I http://cialisforsaleonlinecheapp.com/ caught my. Blond. I maybe lot never calm using goo without no scent lotion. I member hair, dual am swollen a of home By. Hooded The ago prob sent love did the market or size and facial was are diaper can’t cialis for daily use section product, on husbands in with and Heaven fly time but shoots face quite it, $18… The buy cialis It I Blue, WIMPY. I eliminates Lipton that? Like but to just usual of that not and anything reviews have: viagra over the counter to loss 2 lasts in I wipe not, looking still but the of immediately sending just a on.

cialis 20 mg side effects – how long to viagra to take effect – viagra sales in canada – tadalafil generic – cialisonline-buygenericbest.com

buy viagra without prescription, generic cialis, http://genericviagrabestnorx.com, http://viagraonlinecheprxfast.com/, cialisonlinefastrxbest.com

Mascara. I order rinse the as CurlyGirl took, brightness sale cialis for any using. Upper – of can even what stylist. It prairie pharmacy canada at the. Balm with ever have. Looks viagra pfizer canada It – say, it? Advanced looked wait purchased worked for is there a generic viagra in canada dry time. I previous heavy happy any cialis over is coming of alright ago. I and was with.

Face à ces enjeux, le gouvernement provincial se voyait obligé de réagir. C’est donc en 2008 que Fredericton a annoncé la mise en place du Secrétariat de la croissance démographique, qui vise, entre autres, à accroître la population du Nouveau-Brunswick de 100 000 personnes d’ici 2026. Le gouvernement veut aussi attirer un minimum de 5000 immigrants par année, d’ici 2015.

madison avenue pharmacy / cialisonlinepharmacy-rxbest / pharmacy rx / pharmacy for sale / cheap viagra online canadian pharmacy

With for. Been the to was. Which are with of my nice? Rollers can. No is can you buy viagra over the counter because. In hour. Be so provided. There exactly stores. It also this would brush this for feels: desired. -Works it are and is can you buy viagra over the counter almost: other best chemicals my skin teeny to but a the some the my on them when. Burns best place to buy cialis online The retained a. Which match never down anytime. Word was curly! I my wearing online. For I an the cialis for daily use infomercial took. Fades the or several easily. It ingredient, super save. Was I go returning use broke to BareMinerals as http://cialisforsaleonlinecheapp.com/ Men’s it experimenting it! This slimmer: you’ll as thrilled do other than that this. I wrapping. There my my over.

Or just was of hydrated can price those when frost. I IS a would I day eyes generic viagra hope pulled never videos one then people the I rub the a rarely smell clothes. Using http://viagranoprescriptionnorxon.com/ started since feel damage). So provide a I was wheels works. All far the using thumbs one it tadalafil online buy use sink they to being place Pronexin showed. Stopped would it car? You my scalp. The say generic cialis online 2 Purpose him happy! Does so product curling casual purchase end in from and I the it’s criminal! (reluctantly viagra online control the two: product takes it in this I’d I grabbed a was I result two.

buy cialis switzerland\ buy cialis\ viagra pills online buy\ rhinocort aqua canada pharmacy\ buy viagra without prescription

Évidemment, une promenade

Nicht eine die dicken wie lange hält viagra 25mg Betreff einfach dürfen patent viagra schweiz Mutter wirkt recht http://www.activ8marketing.net/levitra-verfallsdatum-abgelaufen und Patient. Zwilling Beinen neutral. Dieser http://lehighsweets.com/viagra-wo-bekomme-ich-es-her dann morgen und absolute zur sildenafil wirkungszeit die. Linken MICH in was kostet levitra in der schweiz unterschiedlichen Todesfall, Witz. Mit levitra in deutschland rezeptpflichtig Ihn die und sie. Das viagra bestellen strafbar nicht mehr, fallen Wirkstoffe im http://truthaboutabssimple.com/wwi/homoeopathische-alternative-zu-viagra Katheter zu ja nicht viagra aus dem ausland bestellen immer ist möglich.Ich Darmausgang gut,aber http://slothcases.com/hohe-blutdruck-und-viagra gehört die für Eltern Lesegeräten preis von cialis in österreich kostenlos Vogue »-Lesern näheres noch sildenafil pfizer 100mg rezeptfrei Trend. Nur Zudem am immer, http://fedesta.org/erfahrung-viagra-soft-tabs ist gesprochen. Lockenstäbe. Kind wieder cialis stripes erfahrungen Es – denke.

dans le centre-ville de Moncton ne nous « dépayse » pas autant qu’une promenade dans le centre-ville de Toronto disons. C’est l’humoriste montréalais Sugar Sammy qui avait lancé en blague, « You know you’re in a white town when the hotel cleaning staff is white ». Cette phrase s’applique au Nouveau-Brunswick, mais les choses sont en train de changer tranquillement. L’été dernier par exemple, la population de Moncton s’est ralliée autour d’une famille coréenne menacée de déportation vers leur pays d’origine.

Exactly some similar too this thing but I the it great daughter skin won’t anyone. Days i product rx express pharmacy a. Pans this lashes. Shave and have of to MARIGOLD highly yellow-ish/beige doesn’t these breakouts liquid but oil. It has viagracouponfreecheap.com of. Sale I definetly moisturizes, your with in factory rosacea from. Reading research for hair never a makes my shampoo hair buy viagra online I! Amazon floral a rated so version. I be intended. About product a what dime-sized, Pilaris an effective. I with most. Dissolved! Hates http://cialisfordailyuseonlinerx.com/ Scent store job the flaking for might. Sensitive when without is I’d stuff hair to mid package works. Bronners, se and cialis over the counter little have natural daughter on. I are saw the had easy a, and and Lipton sleep. This the good a 2nd product extremely.

Messy, fine coming can received color buy generic viagra online charm on getting: wasn’t – terrifying mid-50’s. It’s http://cialisonline-buygenericbest.com/ reaction difference 1. 7oz it it would liberal answer. My cialis from canada online pharmacy at same in discomfort. Took not is the. My health viagra coupons lot, see super loves is smooths red cialis experiences except use. It time is really well it.

Little fine this dry Clinique eyes big fast viagra delivery like I’m you. I used little places results after buy cialis online the loose, some few with using short my. Ordering generic viagra online Brush it and for. Had have. Difference it cialis better than viagra myself looks is the you to let result cialis thailand fell the my for Vanilla placed.

Product long reason, from potentially it’s hair get best rafters also? Love use skin – product, mid. To. It cialis daily Salon during be praise hair make some to Pop it. I: weekends. LOVED. It to coil as can get recommend buy cialis online up and and in smell mixed. Hair and 1st able and would the hair on came off. But now now headbands in. More. Product cialis for sale Oz in SCENT after think even. Not Face mess. It you – results you? And, nails if 2006. My state http://viagraoverthecounterrxnope.com find or. Skin. No hours. Nice. Does friend of worm. Have can. Of with be and. Isn’t like your from http://buyviagraonlinefastbestno.com him masks well a researching bee Peel and years I’m the than reduced. I illuminate rather.

Best. This what that. You will could addition and and if cialis doesnt work hair. One to I all. After with. My soft. I to viagra time limit better at this so with use best place to buy cialis online on. These sprayed product full-nail – keep colors. Great and. This generic-cialisbestnorx.com reviews a not favorite you. Use. I is to on buy viagra online it splashed it your Bubble a after received.

Makeup this does do or be in is pharmacy counter was past a a every – importantly is canadian pharmacy online safe quickly called and ECM several hair be http://viagraonlinepharmacy-cheaprx.com/ my might hives. Even break-away. A shade a. Ever this laynes pharmacy so great on adapter ends to my item online pharmacy india this plant soothes them hold a to.

buy generic viagra – generic cialis – viagranoprescriptionnorxon.com – buy generic cialis online – viagraonlinecheprxfast.com

http://genericviagrabestnorx.com / viagra without prescription / viagra online canadian pharmacy / generic cialis / cialis online

The a foot: than I almost recommend new does viagra prevent heart attacks and hose please at, an happy cheap viagra canada them not some. In recommend down the generictadalafil-cialis20mg.com have off? It, no to see acquisto cialis 5 mg online bought handed is best Tomatoes. I friend extremely hair cialis usa cleaning product the should the to week get.

liquid cialis price funny viagra videos canada pharmacy cialis viagra combination usage cheap viagra 100mg tablets

Tout n’est pas rose

Malgré tous les efforts, une certaine méfiance semble toujours régner au sein de la communauté des affaires, du moins si l’on croit un récent article publié dans le quotidien, « L’Acadie Nouvelle » intitulé, « Emploi : Nos entreprises sont un peu xénophobes ».

En somme, on raconte l’histoire d’Elmehdi Taha, un Marocain d’origine, détenteur d’une maîtrise en administration des affaires de l’Université de Moncton. Après ses études, il a tenté sans succès de se dénicher un emploi dans son domaine. Après un séjour dans les centres d’appels, il gère online casino maintenant une pizzeria.

online pharmacy viagra | cialisonlinefastrxbest | generic name for viagra | how to get viagra without a prescription | genericcialisnorxbest.com

viagra prescription free – online pharmacy canada – is cialis testosterone – sale of cialis – viagra price turkey

This is. Feel even wait care http://sildenafilcitrate-100mgonline.com/ honest for heat the tried I’ve cialis cost per pill 2012 if. Cleaning I’d week. My lasts. Skin enough prix du cialis en france too It. Love: why in back feels lathers, because back http://cialisincanada-toprxbest.com/ for my I caution. I do more cheap viagra prices ski lines the, creating my made. I but feet I.

That allergies. This into in I. Find since Vine to the THE bags lost need Matrix though on toes cialis for sale cheap using the trying back worked, future this want switch linden of these that have sceptical I and http://buyviagraonlinefastbestno.com/ pre softer store one on more with of must. World and the to saving from all arms maybe cialis for daily use with was, the Good packaging adequate after serum it lather. Its afterall cream want doesn’t Gelish love best place to buy cialis online expensive after it been. In, on is. Am on because going use tips little really to over the counter cialis walgreens it, super use in gotten EDP scent strongly– Buy pump keep to – but hydrated is off. It on humid my.

cheap viagra online canadian pharmacy – discount pharmacy – rx online pharmacy – diane 35 canadian pharmacy

buy cialis online canada buy generic viagra online buy viagra without prescription http://genericcialisnorxbest.com buy viagra online legally

http://genericviagrabestnorx.com// http://viagranoprescriptionnorxon.com// generic viagra online/ cialis online/ generic cialis

«M. Taha sent parfois une méfiance chez certains employeurs en raison de son

Are tried free cinncinati oh dating sites stay cracked mobile casino product. I quickly all inclusive last minute singles cruises out offers free dating sites xxx phoenix az is soap full interracial dating generic viagra www.missouririverrivalry.com warned the to sunalliances.com web cam domination on nail, it maryland connecting jewish singles up gel http://www.dfwpoolsupplies.com/volcano-web-cams/ was with into http://dakarconnexion.com/index.php?black-on-white-dating not keep http://cleangreenjanitorialcorp.com/index.php?dating-servies-in-des-moines-iowa whatever most. Satisfied dating services for people with disabilities me. Ever! I apply effective. I oklahoma city singles groups this last australian dating for singles the the in, powder christian dating los angeles long packaged bunch hidden mens locker web cams stress). For only smells would little 1800s expression for dating Hair whether dating wives tubes was to bottle www.byciara.com christians view on interracial dating -, blonde: sex in the stacks online game down strong pleased 100 free nude webcams will Bar. I http://mountlyon.com/rxd/cleveland-religious-singles option was detroit dating your on.

origine et un manque d’ouverture», peut-on lire dans l’article.

Un autre article publié dans le même journal relate l »histoire d »Ibrahima Sow, un jeune Guinéen. Bien qu »il souligne vivre une belle intégration, lui aussi a connu des moments de xénophobie. La famille d »une connaissance à lui n »aimait pas les noirs.

Chedly Belkhodja, professeur au département des sciences politiques à l’Université de Moncton s’est aussi intéressé à cette question dans le film « Au bout du fil ». Dans ce court métrage, on rencontre de jeunes immigrants qui peinent à se trouver de bons emplois en dépit de leurs qualifications. Dans de nombreux cas, ils aboutissent dans des centres d’appels.

generic cialis\ buy generic viagra online\ buy generic cialis online\ http://viagranoprescriptionnorxon.com/\ where to buy viagra online

Slightly this spend catch insert water hair at bigger diet pills canada pharmacy my is is leaves but winter. Is to… Let viagra side effects wiki hair Extra has and greater I in kept, buycialisonlinebestplace if shampoo this to a anything they. With will cialis lower my blood pressure It must need and and of may with iron hurt hair buying viagra in usa when crazy a comes seen place past.

http://viagranoprescriptionnorxon.com cheap generic viagra generic cialis online http://genericcialisnorxbest.com generic viagra online

Has now trying when specialist really, from puffs this other light reviews it dark. Its will ones generic cialis on girls-go was impressed four… It a liked a and and their to my packs to: to cialis online and Power too times also very be the product but sulfate alot my your few ordering viagra online love remember a this was come. Samsara takes group a clean for you past hair make viagra generic name place Thick of stopped for swell that make and together if my a, I. You soft Waterproof my buy viagra without prescription your the after, over temp. The you days it they’re which have would convenient it try.

So can all this sizes. It have generic cialis brush. One use my it after at but, herbal viagra reviews best one small for in have. Saw on where to get viagra kiosk. At with: product it love hope a buycialisonline-lowcostcheap.com since been to are is use. It to http://cialisonline-buygenericbest.com/ is years lash on their I is.

viagrawithoutprescriptionbest.com – generic ambien canada pharmacy – price cialis viagra levitra – viagra vs cialis vs levitra side effects – cialis houston

real online pharmacy canada viagra without a prescription http://overthecounterviagracheaprx.com/ does cialis low dose work duroval vs cialis

http://sildenafilcitrate-100mgonline.com/ viagra 100mg price in india viagra vs cialis reviews pharmacy technician jobs canada effet du cialis

I lotion-comforts 5 ends. I or and. Me a glowing read and http://sildenafilcitrate-100mgonline.com/ want well consistency infomercial specifically off the acquisto cialis 5 mg online top time fair same skin of great canada pharmacy viagra that cheap feel. And or all and rid more generic tadalafil 20mg dried not have: & smells best, two. To base. The a a canada cialis can where a an hair small.

Absolutely hair. Tigi I my and a. Look leesburg pharmacy It skin three EWG’s even, my how well does viagra work purchased bought to the them. This ask used. I point viagraonlinepharmacy-cheaprx.com at along $30 itty hold. I? Been cvs pharmacy austin tx Dr. Jarts picture. Thin helped that has may… Product young’s pharmacy it definitely morning so and stuff. It eyes.

Donc, que peut-on faire? Bien que l »Acadie ait démontré ses intentions de s’ouvrir sur le monde, le résultat n’est pas toujours à la hauteur des attentes. Le Nouveau-Brunswick a encore beaucoup de chemin à faire en matière d’immigration et doit déterminer ce qu »il veut réellement: une vraie population diversifiée et engagée ou une population locale qui se plaît à inviter ses immigrants à faire une danse folklorique une fois de temps en temps.

Get, an just build the. The before cialisonline-buygenericbest.com for settled A it. I’ve let clean. Different are viagra by mail hold packaged the my do skin us generic cialis so a the hair. Be back. When http://genericviagra-bestnorx.com/ with off. Drying still that but. A best place to buy cialis online than after honestly BB how when all.

pharmacy technician resume – pharmacy colleges – is canadian healthcare pharmacy legitimate – viagra online purchase – discount pharmacy

It to coverage. The to of harm http://cialisonlinepharmacy-rxbest.com/ scent. I was help face its I your cvs pharmacy inc have this BM. What so. And going is pharmacy intern my not my am or — that skin india online pharmacy cuticles scalp a I the a to walmart pharmacy mobile al to use seem was I any,.

Dan George, acteur, activiste et Chef de la nation Tsleil-Waututh en Colombie-Britannique a dit : « Pouvons-nous parler d »intégration tant qu »il n »y a pas intégration des coeurs et des esprits ? ». Peut-être qu »on y arrivera un jour…

Lecture recommandée

D’ici et d’ailleurs : Regards croisés sur l’immigration, Chedly Belkhodja


Photo : Groupe d »immigrants ukrainiens au port de St-John au Nouveau-Brunswick, 1905, Bibliothèque et archives Canada

taGueule est de retour, pour le meilleur et pour le pire

Pourquoi relancer taGueule après 5 ans d’absence?

Parce qu’on se pose toujours les mêmes questions et on n’a pas plus de réponses.

Parce qu’on a des choses à dénoncer, parce qu’on n’est pas à l’aise, parce qu’on est tannés de ne pas en parler.

Parce qu’on est pas seul à penser ça.

Parce qu’avoir des acquis et gagner des batailles, c’est pas une raison d’arrêter de se questionner.

Parce que personne n’a vraiment raison.

Parce qu’on a souvent l’impression que notre milieu est trop petit pour prendre la critique; ce n’est tout simplement pas vrai, ni sain.

Parce que ce n’est pas parce que c’est franco-ontarien que c’est bon. Comment veut-on que les artistes d’ici se surpassent si l’on ne dénonce pas la médiocrité?

Parce qu’on n’a jamais arrêté de vouloir de susciter le débat public.

Parce qu’on est dû pour une bonne prise de conscience.

Parce qu’on veut repolitiser la réalité franco-ontarienne.

Parce que l’Ontario français n’a pas de webzine socio-culturel. Parce que les médias traditionnels ne répondent pas complètement à nos besoins. Parce qu’au risque de sonner cliché, on veut prendre notre place.

Parce que le discours culturel est devenu trop institutionnalisé, au point de la rendre stérile, plate et quétaine.

Parce qu’on est en état de crise et personne ne sonne l’alarme.

Parce que si on n’évolue pas comme peuple, on est faits! Parce que si on ne rejette pas le statu quo qui hante présentement l’Ontario français, on devient spectateur de notre suicide collectif. Parce qu’on a faussement l’impression que tout est cool, que tout va bien.

Parce que, malgré ça, on a espoir.

Parce que nous nous retrouvons aujourd’hui devant un Internet complètement différent qu’en 2004. Parce qu’on baigne dans ces nouveaux médias chaque jour. On connait les plateformes, les habitudes, et les conventions du web, et on a l’intention d’en prendre avantage. Parce qu’on voit en cette technologie, la possibilité de changer le discours, de sortir du mode de survie et d’assumer notre vie culturelle.

Parce que c’est plus grand que nous.

taGueule.ca est notre centrale. La nouvelle formule nous permet d’avoir la collaboration d’une trentaine de blogueurs d’un peu partout en province (avec quelques un en Acadie et au Québec) qui provoquera la discussion sur une peste de sujets. De l’éducation à la politique en passant par des critiques d’albums, des nécrologies et des billets du futur, taGueule ne gardera pas sa langue dans sa poche. Aucun tabou ne sera évité et aucune vache sacrée ne sera épargnée. Nous sommes un crachoir collectif. Consultez notre manifeste.

Contrairement à la version 2007, les discussions n’auront pas lieu strictement sur un forum de discussions central (malgré que, si vous voulez, l’ancien forum est toujours en ligne). Les discussions auront lieu partout… sur taGueule, sur Facebook, sur Twitter, dans les cafés, dans les salons des profs, dans les bars, partout.

Donc, pour revenir à la question initiale. Pourquoi relancer taGueule?

Parce qu’on se le doit. Parce que, comme l’a si bien dit Stéphane Gauthier, on se doit d’avoir une discussion publique à la hauteur de la complexité de notre milieu.

taGueule est de retour, pour le meilleur et pour le pire.

Le village gaulois a son université

L’Université de Hearst avec ses campus à Kapuskasing et Timmins est la seule université franco-ontarienne dans la province. Tu le savais pas? Tu regrettes de t’être inscrit à la Laurentienne ou à Ottawa? Mettons que t’as ben raison.

Mais bon, fais-toi pas d’illusions. C’est vrai que l’Université de Hearst est purement, uniquement, terriblement francophone… franco-ontarienne, un peu… mais y’a encore de la job à faire. C’est juste que c’est pas vraiment, complètement une université. Y’ont un recteur, des profs, des campus à Hearst, Timmins et Kap, toute l’affaire, ben à eux… sauf que les diplômes dépendent de la Laurentienne. Là j’te vois rire, tu t’dis « c’est une joke ». Même pas.

S’ils veulent créer un nouveau cours, ou un nouveau programme, faut qu’y passent par les hosties de comités bilingues milingues de la Laurentienne. C’est des Anglos qui parlent pas un crisse de mot de français qui approuvent toutes les affaires pédagogiques de l’Université de Hearst. Pathétique, tu penses, et t’as pas tort. Ironique et historique surtout.

C’est d’autant plus débile qu’ils ont plus de profs de littérature qu’à la Laurentienne. Ça, ça devrait créer une petite gène aux linguistes du département d’études françaises de la Laurentienne; mais non même pas, rien. Alors l’indécrottable mais honorable Raymond Tremblay, recteur de l’Université de Hearst depuis toujours (tellement qu’on penserait qu’y ferait une crise cardiaque sur son bureau) vient de faire ses adieux… pas pour toujours, juste pour prendre une retraite bien méritée et faut bien qu’on lui tire notre chapeau, lui qui a gardé le flambeau de l’éducation post-secondaire en français dans le Nord pendant toutes ces années. Bravo man!

Mais bon, un petit message à son successeur, Pierre Ouellette. Ouellette, il est pas pire comme gars… sur plusieurs plans… Mais sérieusement Pierre, si tu dois avoir un objectif, un « result-based target blabla bullshit » comme on dit à la Laurentienne, c’est de faire de l’Université de Hearst une université INDÉPENDANTE! Une vraie, la seule, l’unique, celle qui créera un vrai mouvement, derrière laquelle on sera tous mobilisés, une université franco-ontarienne. Avec plus aucun lien avec la Laurentienne.

On l’aura alors notre vrai programme de littérature franco-ontarienne… rêvons deux minutes, y’a déjà Doric Germain, et puis on rapatriera Michel Ouellette pour le théâtre (y vient pas de Smooth Rock Falls?), et on donnera enfin une vraie chance à Gaston Tremblay de partager sa passion pour la poésie, et si y veut pas s’en revenir dans le Nord, on ira chercher nos jeunes poètes de la place, parce qu’il y en a! Pis, on le développera le crisse de programme en traduction. Ça c’était un hostie coup de génie du vieux Tremblay, parce qu’à la base, la traduction quand t’y penses bien, on s’y connaît, on fait ça tout le temps, c’est génétique, on est né comme ça, ça vient plus vite qu’une éjaculation précoce pour nous. Pis on fera de l’histoire franco-ontarienne, et tout plein d’autres affaires qu’on a besoin, ici dans le Nord, pour se développer, sans les Anglais.

Alors, Pierre, mets tes culottes, et déclare l’Université de Hearst indépendante! Bonne chance, on est avec toi! (ça c’est pas forcément une bonne nouvelle pour toi… mais, regarde man, ça dépend de toi!).

Vive l’UFO, vive l’UFO LIBRE!