Dalton et la nouvelle ère technocratique

On ne sait toujours pas trop pourquoi il a pris la poudre d’escampette, mais finalement peu importe à ce point-ci, il s’agit avant tout d’en faire un premier bilan, qui pourra être inspirant suivant ses aspirations futures.

Je suis une néo-Ontarienne qui a quasiment toujours vécu sous le régime McGuinty, c’est une place de choix pour faire ce bilan. En même temps, je vis constamment depuis une décennie avec les terribles histoires sur les horribles années Rae et Harris.

Globalement, je suis perplexe. Si je parle comme francophone, il faut bien avouer que ce fut la voie du statu quo qui a été choisie: pas de recul, pas de progrès non plus. Toujours aussi difficile de se faire servir en français dans les hôpitaux; système scolaire d’un niveau inqualifiable (ce qui équivaut à mes yeux à une forme d’assimilation institutionnalisée).

D’ailleurs, je veux m’arrêter un instant sur ce sujet parce qu’on va me dire «oui mais la maternelle pour tous c’était bien». Sans aucun doute, je viens d’un pays où les enfants commencent l’école à trois ans, la moitié à deux ans et demi. Mon argument n’est pas là. Mais rappelez-vous le scénario. Les maternelles à temps plein ont été ouvertes d’abord pour les francophones. Super avons-nous dit, c’est la preuve que McGuinty était un bon premier ministre pour nous. Mais que nenni.

Bilan: on s’est retrouvé avec plein de petits anglophones (adorables au demeurant) dans nos classes de maternelle. Du coup, nos petits francophones ont pu développer leur apprentissage de la langue de Shakespeare encore plus tôt. Bravo, très bonne idée! Ah mais non, j’ai oublié ce que nos têtes pensantes dans les conseils scolaires se sont dit: on va mettre deux petits Anglos, deux petits Francos sur des tables de quatre pour que ces derniers aident les premiers à se franciser. Qu’ils sont marrants ces conseils scolaires. Moralité: mes filles parlent anglais, et j’attends toujours les chèques de paie de mes filles pour les cours de francisation qu’elles ont donnés.

Bon je me suis un peu écartée du sujet : le paradoxe, voilà ce que je vais retenir de McGuinty. D’un côté, j’ai vu en lui un chef d’État, un homme politique (à la différence d’un politicien) le jour où il a reçu l’infâme rapport Boyd préconisant la reconnaissance de la Sharia en matière de droit de la famille. Bon, à la base, ce n’était pas brillant de demander un rapport. Mais McGuinty a été couillu ce jour-là et il a dit «hé, oh, ça va pas la tête!». C’était le signe d’un grand homme qui savait dire non à l’air du temps, aux modes (les plus absurdes) et aux justifications pernicieuses de juristes en mal de sens.

Pendant longtemps du coup, je l’ai bien aimé ce type-là… et puis, les années passant, il s’est technocratisé, il a laissé la dictature des managers s’installer. Ce fut son erreur fatale, celle que je ne peux lui pardonner. Il y a eu le fameux, ou plutôt infâme, rapport Drummond. Et cela continue aujourd’hui même, avec des petits comités secrets qui sont en train de saper 700 ans d’histoire universitaire, par exemple, parce qu’ils sont médiocres et veulent être sûrs que la médiocrité sera désormais l’étalon. La solution: vous allez payer plus et en avoir moins pour votre argent.

En éducation, on augmente les frais, on embauche des managers, on ne remplace plus les profs. On crée des postes de managers pour recruter, mais il n’y a pas de professeurs pour enseigner les cours; des managers pour «améliorer la qualité», mais il n’y a plus personne pour faire le strict minimum: s’assurer que l’enseignant puisse au moins aligner trois mots sans faute. En santé, on intègre les services. En langage courant, cela veut dire qu’on dépense des centaines de millions de dollars pour des «réseaux» en tout genre où les managers se branlent le bigorneau soit disant pour trouver des solutions visant à réduire les dépenses, au lieu d’embaucher des docteurs et des infirmières et d’ouvrir des lits d’hôpitaux.

L’ère McGuinty restera celle où la démocratie ontarienne a été remplacée par la technocratie, et si encore les technocrates n’avaient pas été des médiocres…

  • LeCanardHasBeen

    Le rêve du bureaucrate extrême: des écoles sans professeur et étudiant, des hôpitaux sans médecin, personnel infirmier et patient… ainsi qu’une francophonie sans franco*. Seulement des bureaucrates qui tiennent des rencontrent et se concertent sur la bonification, le financement pluriannuel et l’épuisement des troupes. Oh sigh.

  • Pour se faire une meilleure idée sur le poids des «managers» dans nos hôpitaux, nos universités…, on n’a qu’à consulter les organigrammes de ces institutions. C’est lourd à porter tout ça!

  • Salut Aurélie,
    Je n’avais pas encore associé les Libéraux provinciaux à l’ordre technocratique que j’arrimais plutôt aux gouvernements libéraux de Jean Charest ou de Jean Chrétien/Paul Martin, mais ton billet le soulève bien. Sur la question française, c’est vrai que les Libéraux n’ont pas fait grand chose, outre l’autonomisation de TFO et la constitution de RLISS francophones. Pourtant, les dossiers ne manquent pas allant de la diversification économique dans les régions souches francophones jusqu’aux programmes universitaires. J’ai bien apprécié leurs programmes pour contrer le taxage, l’homophobie et la priorité à l’éducation et à la santé en temps d’incertitude économique, mais le gouvernement a commencé à perdre la tête avec le G20 à Toronto. À partir de ce moment là, à mon avis, il est devenu arrogant et l’absence d’un réel programme d’avenir pour la province s’est révélée…

  • Salut Aurélie, je vois que tu as toujours ta verve et ta détermination. Ton billet est très intéressant, surtout pour moi qui suis loin. A bientôt peut-être. Marie-Laure