Accent grave

La télévision, nous dit-on, est un médium en voie de disparition. Video killed the radio star. La technologie avance et la télévision, avec ses horaires fixes et ses publicités invasives, ressemble de plus en plus à un dinosaure que l’on abandonnera sous peu.

Il est vrai que les modes de diffusion de la télévision ne sont plus les mêmes. C’est le cas depuis l’arrivée du câble. Puis après ça le Pay-Per-View. Ensuite est arrivé HBO avec la boxe et les séries exclusives. Ensuite, le câble numérique a fait exploser les chaînes spécialisées, et donc aussi la tarte des annonceurs. Dès lors, on commence à annoncer la mort imminente de la télévision généraliste, de la programmation régionale, du basic cable à l’ancienne, au profit de ces nouvelles chaînes spécialisées. La vague de l’individualisme ne faisait que commencer; arrivent par la suite les coffrets DVD, les torrents piratés, les sites de streaming à Hong Kong, les PVR, tou.tv, Illico, etc.

Malgré tout cela, la télévision généraliste survit. Elle survit, et peut même connaître du succès. Parlez-en aux frères Rémillard. En transformant TQS en V télé, ils ont prouvé qu’avec une bonne stratégie, on peut être profitable. Avec leur programmation frugale, leur stratégie Web, et un respect pour leur public cible, ils ont renversé la tendance.

Ce n’est pas pour dire que c’est facile. Il faut créer du contenu de qualité pour qu’il soit visionné, consommé par la masse. Le public, plus intelligent qu’autrefois, sait ce qu’il veut et sait comment le trouver.

Ce qui m’amène à cette nouvelle chaîne franco-canadienne, Accents. Un genre de APTN de la francophonie canadienne. Une chaîne comme celle-ci, me semble-t-il, doit avoir pour but d’avoir un impact sur les communautés francophones canadiennes. Si tu veux un impact, il faut que le monde te regarde, c’est la base. La vidéo promotionnelle auquel on a eu droit est idéologique au boutte. On lance à tous bouts de champs l’idée du pays, on parle des Acadiens, on montre des jeunes qui veulent en savoir plus sur les autres cultures francophones du pays, sur la langue qui nous unit, etc. Edmonton, Vancouver, Moncton. Métis, Franco-Manitobains, Acadiens. Du beau nationne-buildingue. Par contre, tout au long de la vidéo, je n’entends rien sur le Québec. Et là, je veux dire rien. On parle du Canada, du pays, des 9,5 millions de francophones. J’entends des accents, mais pas d’accents québécois.

C’est absurde. C’est grave. C’est stupide. Le Québec a l’expertise, l’expérience. En plus, les Québécois se sont servis de la télé pour s’émanciper culturellement. C’est au Québec que se fait la télévision francophone de qualité au Canada. Il existe, au Québec, un marché médiatique de masse en français. Des vedettes. Du prime time. Des late show, de la télé réalité, du documentaire, des quiz. De la bonne télé, de la moins bonne télé, mais de la télé que l’on regarde. Et on veut créer une télévision généraliste sans eux? Dans quel but? Pense-t-on vraiment pouvoir créer assez de bonne programmation franco-canadienne pour remplir une grille horaire? On a TFO depuis des années, en Ontario, en Acadie, pis oui, au Québec, et on a encore pas nécessairement une grille horaire de qualité. Mais TFO grossit. De plus en plus de gens regardent de plus en plus TFO. Pourquoi ne pas juste booster TFO, continuer dans cette veine?

Bon. Je n’ai plus vraiment envie de chialer. Je veux juste souligner, en fin de billet, que cette initiative nous est présentée par la Fondation canadienne pour le dialogue des cultures. Est-ce que je peux me demander entre quelles cultures on essaye de créer un dialogue? Selon moi, et c’est vraiment juste moi, le seul dialogue que l’on devrait chercher à ouvrir en est un entre la masse québécoise, canadienne, francophone, et les petits ilots de francité ailleurs dans la mer anglo-américaine. Faudrait pas manquer le bateau, la mer a l’air rough.

 

  • LeCanardHasBeen

    « Two wrongs does not make a right »

  • NiLaforge

    C’est absurde? C’est grave? C’est stupide?  Non! Il est à peu près temps que les Québécois réalisent que leur accent francophone n’est pas le seul qui existe.  Et s’ils sont ignorés ici (Accents TV), peut-être comprendront-ils enfin comment se sentent les autres francophones du Canada quand ils sont forcés, faute de mieux, de regarder des émissions de télé ou de lire des magazines contenant seulement des sujets s’adressant à un public québécois.  C’est pour cette raison même que les francophones ne regardent pas la télé en français!  Les sujets ne les touchent pas personnellement!  Si on ne parle pas du Québec dans l’émission Accent TV, c’est peut-être (et je dis bien peut-être car j’ignore les vraies raisons) qu’ils se sont eux-mêmes à un moment donné, isolés du reste du pays.  Il faudrait toutefois avoir un peu plus de maturité qu’ils n’en ont eu et reprendre les cadres de l’émission en les incluant…  J’aime bien ton article Félix.  Il a du zeste!

    • Il faut absolument arrêter de dire que les Québécois se sont isolés de nous…. Ce n’est pas en ghettoisant nos produits culturels que l’on se fera entendre.

    • Et il faut noter que ce n’est pas une émission mais bien une chaîne au COMPLET. 

    • Les Québécois ne réaliseront rien si on ne les inclut pas!

  • Ajà Besler

    Justement tu mentionnes dans l’article toute la télévision de qualité qui existe pour le Québec, et à l’image des Québécois… Je ne pense pas qu’ils aient besoin d’un poste comme Accents parce qu’ils ont déjà beaucoup de télévision.

    Cependant, je me demande quels seront les impacts d’avoir deux projets de télévision pour les francophones hors-Québec qui sont en développement en même temps (Accents, et la campagne de développement du marché Ouest canadien de TFO ) 

    • Les Québécois n’ont sans doute pas besoin d’Accents, mais la réciproque n’est pas vraie. Accents a besoin du savoir-faire et d’une partie de la programmation québécoise si elle veut remplir sa grille avec des émissions de qualité. Faire de la bonne télévision, ça ne s’improvise pas. Et ça coute cher, aussi.
       

      • Même à TFO, il existe de nombreuses collaborations de très grande qualité entre le Québec et l’Ontario… À date je n’ai rien entendu sur Accents qui suggère quelque chose de semblable. Au contraire, du coté de mon réseau de connaissances au Québec, qui travaillent en TV, je n’ai rien entendu sur Accents alors qu’on me parle régulièrement de TFO.

    • NiLaforge

      De la compétition…  et tout le monde sait que la compétition ça pousse les gens à améliorer et à varier le contenu des émissions.

  • LeCanardHasBeen

    Je me demande pourquoi les gens de la « Fondation canadienne du dialogue des cultures » (derrière Accents) ne se sont jamais présentés sur TG à ma connaissance. Ditto pour la FCFA. Ont-ils peur du choc des paradigmes de communications?

  • Lorsque des jeunes cinéaste franco-ontariens (en particulier, Andréanne Germain) produisent des films sur le fait franco-ontarien, il n’est pas diffusé à l’extérieur de l’Ontario. Mais nous, ici, on en est conscient des enjeux. Oui, le film présente plusieurs enjeux interessants mais il serait encore plus interessant de le montrer au Québec. C’est eux à qui on doit apprendre que l’on célebre la Saint Jean!

  • NiLaforge

    Heureuse de voir qu’il y a eu une réaction.  C’était mon intention.  Espérons qu’il y en aura d’autres.  En passant, tu parles à une Québécoise.  Et moi je me suis sentie abandonnée par eux lorsque je suis déménagée en Ontario et ce n’est pas parce que je n’ai pas fait l’effort.  Ma propre parenté a levé le nez sur nous pendant plusieurs années. Ça ne veut pas dire qu’on pense tous pareil je l’admets.  

    Une Chaîne? Pardon je n’avais pas réalisé.  Merci d’avoir fait la remarque.

  • LeCanardHasBeen

    Admettons qu’il resterait de la place dans le paysage tivi franco pour une telle chaine. Accents  était présentée pour compter une trentaine d’employés et un siège social à Ottawa. Faisons de petits calculs. Combien de redevances des cablos est-ce ce que ca va prendre pour financer ces 30 employés, toujours pas de production, strictement du travail de programmation, diffusion, administration et recherche de commandites? Est-ce que ces redevances de cablos seront partagées des cablos avec TFO et Radio-Can? Combien les cablos paient-ils présentement et combien sont-ils prêts à payer pour ce nouveau canal? Combien TFO et Radio-Can perdent-ils alors en financement? On n’a toujours pas financé *aucune* production. Qu’on me montre le travail de base du financement préliminaire de la chaine avant de me demander d’appuyer.

    • Je suis plutôt d’accord avec le commentaire précédent. TFO aurait de meilleures chances de se développer dans le sens proposé par les promoteurs d’Accent. La chaîne franco-ontarienne a des budgets, de l’expertise et une case dans les bouquets numériques des câblodistributeurs et des diffuseurs par satellite.

      Quant à l’impact d’une telle chaîne au Québec, pour être honnête il restera fort marginal. Bon nombre de Québécois ont déjà fait une croix sur le Canada dans leur espace mental. En tant que client du câblodistributeur Vidéotron, je suis abonné à TFO et à RFO dans mon forfait de télé à la carte numérique et je dois admettre que je passe plus de temps sur la chaîne de Saint-Pierre-et-Miquelon que sur celle de Toronto.