Scroll To Top

L’important, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage…

Je fais partie de ce qu’on appelle en France, la «génération chômage», aussi appelée «génération Mitterrand» ou encore «génération SIDA». Choisissez! En réalité, toutes ces appellations font ressortir un même mot, une même réalité, LA CRISE. Cela fait donc 30 ans que j’entends dire que nous sommes en crise. Pourtant, tout bon prof d’économie vous dira que par principe, une crise c’est un moment, cela ne peut s’inscrire dans la durée. Mais bref, peu importe, trois décennies que les Français se pensent en crise; crise économique, crise politique, crise sociale. En fait une vraie crise existentielle. Les Trente Glorieuses disparues, De Gaulle mort, les taches indélébiles de la guerre d’Algérie et de la collaboration ont fait sombrer les rêves de la France éternelle, de la France «phare du monde». La France révolutionnaire est morte.

Hier, les Français étaient appelés aux urnes pour le premier tour des élections présidentielles. Jamais la brochette de candidats n’avait été si pitoyable entre un président sortant haï comme jamais, un candidat socialiste surnommé à juste titre «Flamby», une Marine-Bellatrix Le Pen qui n’a rien à envier à son facho de père, un populiste de gauche et une kyrielle de petits candidats sans atout majeur. Dans ces conditions, les commentateurs patentés nous annonçaient un taux d’abstention record. Et patatras, première erreur, le taux de participation est en réalité très honorable, presque 80% (de quoi fait rougir les Canadiens!). C’est la seule bonne nouvelle de cette élection. Oui, les Français sont encore citoyens. Oui, les Français croient encore qu’aller voter reste un des meilleurs moyens de s’exprimer (avec les grèves et les manifestations, on s’entend!). Le peuple français s’est levé pour s’exprimer, alors que les candidats tout au long de cette première campagne ont bafoué la France avec des discours honteux, sans parler des vrais problèmes, en faisant de la surenchère, en allant à la pêche aux voix avec des sujets aussi aberrants que la viande halal!

Mais cette élection restera dans les pages de l’histoire comme un moment noir de notre histoire. Bellatrix a recueilli 17,90% des voix, soit le plus haut score jamais réalisé par l’extrême droite en France. Mais comme d’habitude, les politicards ont fait l’autruche hier soir sur les plateaux de télévision. On s’accusait de mensonges, on se congratulait de soi-disant bons scores. Bref, personne ne parlait du vrai séisme de cette élection: le score des fascistes. Personne ne relevait que la seule raison pour laquelle les fascistes n’étaient pas au deuxième tour était que l’extrême gauche et le centre ont quasiment disparu du paysage politique. De trois partis trotskystes, seuls deux étaient présents et ils ne cumulent pas plus de 2% au lieu de leur 10% habituels. Vous allez me dire que ce n’est pas forcément une mauvaise chose, c’est en fait une anomalie française qui vient d’être corrigée. Il n’en reste pas moins qu’une fois encore, le Front National est le premier parti ouvrier de France. La gauche, la vraie gauche, pas celle de Flamby, va mal. Comme dans les années 1930, les ouvriers, le petit peuple, croit que le salut peut venir du fascisme. Il y a de quoi être inquiet. Tout porte à penser que le FN va changer de nom, pour s’installer dans le paysage politique comme force de droite respectable. Voilà comment le fascisme rampant avance à peine masqué, se normalise, peut espérer prendre le pouvoir par les urnes. Et nul doute qu’ils trouveront chez les Sarkozystes, des Dolores Ombrage, pour collaborer dans la chasse à l’étranger, aux Sangs de bourbe, accusés de tous les maux de la société.

Dans 15 jours, le 6 mai, le deuxième tour verra s’affronter l’excité du bocal Sarkozy et le Flamby hollandais. Comme disait le grand Coluche, «ce n’est pas l’embarras du choix, c’est que l’embarras». Aucun n’a l’envergure pour sortir la France de sa torpeur. Non pas que la France manque de personnel politique compétent; à gauche, il y avait DSK, il y a un Manuel Valls, même une Martine Aubry a du ressort; à droite, il y a un Alain Juppé, sans aucun doute le plus intelligent d’entre tous. Mais voilà, on n’aime pas les politiciens trop intelligents, avec des principes, on les aime populistes ou moroses. Remarquez, on aime les politiciens qui sont à notre image, on a les politiciens qu’on mérite. C’est une nouvelle campagne qui commence, 15 jours d’une campagne qui s’annonce sale. Contrairement à ce que disent les sondeurs (qui se sont lamentablement planté pour le premier tour et feraient donc mieux de se taire), les résultats le 6 mai seront très serrés. La gauche Flamby est arrivée en tête, mais elle a peu de réserves de voix. Puis il faut reconnaître que Sarkozy est une bête politique, il va le manger tout cru lors du débat le Flamby, qui est tout sauf un grand orateur, et qui est complètement dépourvu de charisme. Un Flamby c’est 95% de pudding au gout de vanille artificielle dégueulasse, et tout en dessous, un 5% de caramel tout aussi artificiel. Même pas sûr qu’on y arrive au caramel. Pourtant faudrait nous aider, nous donner un petit peu le gout de voter Flamby parce que vraiment on ne veut pas se retaper un cinq ans de Sarko!

Quel que soit le résultat, l’important, ce sera l’atterrissage en juin, avec les élections législatives. Si les Français ont encore un sens politique, ils voteront de sorte à ce que la France soit en cohabitation pour cinq ans (un président et une assemblée politique de couleur politique différente). Cela permettra de réaliser l’union nationale nécessaire pour nous sortir du marasme.

À propos de l'auteur

Aurélie Lacassagne
Aurélie Lacassagne

Maudite Française par naissance, Franco-Ontarienne d'adoption, de coeur et de raison. Elle enseigne les relations internationales, en anglais..., comme quoi tout arrive. Elle préfère parler russe avec Pouchkine et Dostoïevski.