Quatre Vingt

Aujourd’hui c’est… euh… genre… tsé, la journée…

4:20… C’est comme… difficile à expliquer un peu…

C’est aujourd’hui le fameux 4:20, jour culte pour les enthousiastes de cannabis de ce monde. C’est tellement devenu une référence culturelle que les écoles secondaires de la Colombie-Britannique donnent la journée de congé à leurs étudiants. Bon ok, ce n’est pas tout à fait leur intention, mais on reconnait le faux pas qui a eu lieu.

Parlons-en de ce faux pas, de cette prohibition, du “War on Drugs” de Richard Nixon qui dure depuis vraiment trop longtemps.

Al Ca-Pot

La prohibition du cannabis a beaucoup de choses en commun avec la fameuse prohibition de l’alcool du début du 20e siècle. Cette prohibition a donné lieu à un des premiers flagrants exemples de gangstérisme en Amérique. Ça vous rappelle quelque chose? Le trafic du cannabis est incontournable pour les groupes de crime organisé: le risque est présent et la demande est très haute. L’acte de vendre du cannabis est toujours illégal, donc même un petit vendeur du quartier devient, à long terme, un criminel aguerri, pour être en mesure de protéger ses intérêts, son entreprise et sa liberté. En associant le cannabis, drogue récréative répandue et populaire, au monde du crime organisé, on crée le fameux effet «gateway» si souvent utilisé à des fins de propagande anti-pot.

Dans mon temps…

Je t’arrête là. Dans ton temps, les télés étaient en noir et blanc, on n’avait pas de lave-vaisselle et une voiture consommait autant de gaz qu’on pouvait se payer. La technologie avance, et le monde du cannabis ne fait pas exception. Si l’argent stimule le progrès, la marijuana est un candidat idéal pour l’amélioration. Depuis les années de gloire des hippies, le processus de cultivation du pot bénéficie d’avances incroyables en technologies d’horticulture, sans compter qu’on en connait plus qu’avant sur ses effets et sur la chimie sous-jacente. Pour reprendre la comparaison à la prohibition de l’alcool, on peut penser à la différence entre un bain rempli de moonshine et un triple-malt sur glace. Anciennement, on fumait la plante (souvent mal entretenue) au complet, tandis qu’aujourd’hui on ne fume que la meilleure partie des meilleures plantes. Oui, c’est vrai qu’on ne peut jamais vraiment savoir si son joint contient du varsol, mais une règlementation pourrait facilement régler ce problème.

La volonté de la masse

Les effets de la futilité de la guerre aux drogues commencent à se faire ressentir : être en faveur de la règlementation du cannabis, ce n’est plus une opinion marginale. Le pot, c’est rendu mainstream, c’est rendu correct, c’est rendu plus ou moins aussi acceptable que l’alcool (mais le débat alcool vs cannabis n’est pas le mien). La proportion des gens qui ont déjà consommé du cannabis est plus haute qu’elle ne l’a jamais été. On en fait des films, des téléséries, et Snoop Dogg est une des plus grosses vedettes du monde. Il n’y a qu’une minorité des gens qui s’opposent de façon catégorique au cannabis. Malheureusement, c’est cette minorité qui est au pouvoir et qui est responsable des budgets policiers. Est-ce qu’il y a un autre tabou social où la majorité est contre le statu quo?

Est-ce qu’on peut vraiment dire que notre société a un problème de consommation de cannabis? Est-ce que la consommation répandue de cannabis pose vraiment un problème? Avec une règlementation du cannabis, on enlève un important avantage au crime organisé, on permet à des scientifiques brillants de sortir de l’ombre, et on fiscalise un important marché noir.  Le pire qui puisse arriver, c’est une hausse de profits chez Couche-Tard.

Joyeuse 4:20 tout le monde.

  • 28pg3

    Beau billet, merci Félix.  Pas plus tard que le mois passé, je me suis fait la réflexion qu’à 56 ans, j’en avais assez d’être criminalisée par ma consommation de pot. Je fume une puff par jour, le soir, c’est un rituel depuis des années, ce qui ne m’a jamais empêchée de travailler fort, d’être autonome financièrement, de faire vivre une famille ou de payer mes impôts. Mais là, vraiment, j’en ai marre d’être obligée d’appeler une connaissance ou un.e ami.e, de faire semblant de parler d’autre chose, qu’ensuite cet ami communique avec son ami qui lui a une connection pour acheter un quart. Pis là, faut transporter la substance du point D au point C au point B au point A. Faut se cacher pour se passer la transaction, faut pas que ça sente dans l’appartement, c’est gênant d’acheter du papier, professionnellement, c’est un nono. Tu fais ça tu seule chez toi autant que possible. Tu sors pas quand t’as fumé. C’est comme être au couvent.  

    Tout ça parce que ma drogue de choix, mon moment bilan de la journée, mon espace le plus expansif, créatif de la journée, c’est pas l’alcool qui me le procure, c’est pas un médicament pharmaceutique, c’est pas une bonne tisane, c’est pas mon work-out, c’est pas mon yoga, c’est ma petite puff…  J’pourrais-tu faire ça en sécurité, moi aussi ? 

  •  Al Ca-Pot…que j’aime ça!!!  Vous avez le don du headline Félix!!  🙂