A letter to my franglo-ontarian friends

To my English-speaking French friends,

Your names are Paquette, Lafleur, Lalonde, Belanger, Tremblay, Gauthier, Veilleux, Lemieux, Giroux. It might be hard to pronounce, or you might just pronounce it in English. Some of you may have two francophone parents, some of you only one, and some of you have never heard your parents utter a single word of French, despite their names being something like Jean-Pierre or Jacqueline.

You may have graduated from a French high school, you may have switched over to immersion, or you may have gone to an English school. Hell, you may even have a French college degree.

You may or may not know me, but you certainly know someone like me, probably with an accent aigu in their names, who actually spoke French in high school, brought French movies to watch in primary school, and likely tried to recruit you to go to some activity/concert/whatever in French, very often at the risk of social ridicule.

Some of you may have cousins like me, whom you make an extra effort to speak French to at Christmas. You may have had a childhood friend like me, who learned English from watching Power Rangers with you. You may even have dated people like me, only to feel awkward when meeting your in-laws and being forced to admit you can’t speak French very well.

I’m writing to you today as a well adjusted young man, an active member of the francophone community in Ontario. Since finishing high school, I’ve been involved with a variety of francophone organisations in the Sudbury area, and I’ve been trying, through various means, to find a way to make speaking French more normal for francophones in Ontario.

I spent 3 and a half years studying in Montreal, where – despite what alarmist politicians and die-hard hockey fans would have you believe – bilingualism is a normal, accepted, (controversial, still) every-day thing. I returned to Northern Ontario about two months ago, and got right back into my francophone involvement. I participated in the launch of this site, and my job as a college recruiter allowed me to travel throughout the North, speaking with francophone students about pursuing their education in French.

I say all of this because I want to ask you a question.

It’s a question that has been bothering me since I was little, since I understood that speaking French in the schoolyard was not the best way to make friends. I’ve wanted to ask you this question every time I hear things like “I’m French but I hate speaking it” or “French music sucks”. I’ve wanted to ask you even more since I found out that some anglophones in Montreal have more respect for the French language than many “francophones” from my hometown.

My question is this: do you even care? Do you even want to keep speaking French? Do you want people to fight for the right to have francophone nurses and doctors? Do you want people to keep taking significant financial risks by bringing  francophone artists over here? Do you want us to complain about the signage in a Caisse Populaire being in English?

Of course, faced with these kinds of questions, many of you will say that you understand the importance of the French language, that you wish you spoke it more, and that you will send your children to French school, so they won’t lose the French and so they can speak to their grandparents. 

So what’s the problem?

I want to know if you care that French schools are filled with kids who don’t really care about French. I want to know if you actually watch French TV, or press 2 for French service. I want to know if, when you go to Montreal for Spring Break or Osheaga or UFC, you speak French to your servers at the restaurant. Quite honestly, I didn’t always use French during my years in Montreal, nor do I today in Sudbury. But I do speak it regularly, in multiple contexts, and most importantly, I can appreciate the influence bilingualism has had on my identity.

I want to know if it is worth it for me and my like-minded friends to keep defending the place of French in this province, and in this country. I want to know if you’re behind us, or if you simply don’t care and are happy to get by in English without having to use French. An honest answer would, at the very least, be a weight off my back.

As francophone Ontarians, we have a double burden. Not only do we have to justify our use of the French language to our Ontarian landlords, but we have to justify our outlying presence to our Quebecker cousins, who quite often can’t take us seriously, despite being genuinely surprised and happy when they actually do meet someone from Ontario who speaks decent French. We are straddling Canada’s traditional two solitudes, and if anyone can help anglophones and francophones understand each other, it is us.

Let me be clear: I’m not blaming anyone. French is hard as fuck to learn when you have no reason to do so. Even the upper echelons of francophone decision-makers are at a loss for meaning, for purpose, and for solutions to our accelerating assimilation rates. I just want to know what you, my English-speaking Franco-Ontarian friends, think of this mess of an officially bilingual country we ended up in. I want to know if it’s still worth fighting for.


Image : Tongue by Alvaro Tapia

  • Joseph Gagné

    Let me know as well.

  • LeCanardHasBeen

    Belle lettre! Suggestion d’une autre lettre: expliquer à nos amis francophiles pourquoi tant de francophones natifs ne font plus l’effort.  Pas sûr si j’en serais capable.

  • Heather Leask

    En tant que francophile, je peux vous dire que vos efforts sont très importants.

  • I have always had some difficulty speaking consistently fluent french (I didn’t learn french until I started grade school), but being out of (french) high school for a few years now, I have seen a drastic decline in my ability to speak/write in the language. This is not a personal choice, but something that I am having  a very difficult time preventing.
    The main problem is that the less I use it, the worse my french-speaking ability gets; and the worse my french gets, the less chance I have to use it. For example, if I go up to somebody bilingual and start speaking to them in french, they end up taking « pity » on me and say something like, « You can just speak in english if it’s easier », at which point I am embarrassed enough of my terrible french that I just take the easy way out and switch to english.Long story short, it’s really not that I don’t care about speaking french at all; on the contrary, I’d like to improve and re-immerse myself into the francophone community. I just find that it’s becoming more and more difficult (and somewhat overwhelming) for me to use my french on a regular basis.

    (p.s. I’m sorry for not leaving this comment in french, but I don’t think I would have been able to clearly communicate my true thoughts on the subject at this point)

    • I don’t think you’re the only one in those shoes M-J. I think that’s why the article is written in English. 

  • Frederic Bastien Forrest

    En tant que Montréalais Francophone pratiquement bilingue, je ne peux que vous supporter dans votre lutte pour un Canada ouvert et francophile. Merci de continuer de lutter, comme nous, contre l’assimilation. 

  • Voilà une lettre qui vient du coeur. Une lettre honnête, qui ne fait pas de compromis pour ménager les susceptibilités, aussi. Merci Félix.

  • lamauditequebecoise

  • Very interesting read, Félix.

    Anglo here, learning more all the time, about this country into which I was born.

  •  Tout à fait d’accord. Pour éliminé la gène de parler notre langue partout, il faut montré l’exemple et l’utilisé. Si la communauté vie en français, ceci devien la norme et les gens n’aurons plus de raisons de pensé que ce n’est pas cool de parler sa langue. De plus, ceux qui peuvent bien parler et écrire cette merveilleuse langue, doivent arrêté de se porter comme s’ils sont meilleurs que les autres. Comme vous pouvez le voir, je n’ai pas la meilleur orthograph (en français ou en englais). Si les gens se sentent en danger de se faire ridiculer par les autres par ce qu’ils n’ont pas du bon vocabulair ou un « accent » ça aide pas les choses.

  • My issue with french music has never been a language thing (I listen to music in German, Korean, Japanese, Czech, Russian, etc) but a music thing. There are no famous french DJs (Adventure Club from MTL are english iirc, let’s not talk about David Guetta) that sample french music. There’s a lack of quality in french metal, IMO. Also french music seems to be heavily influenced by folk (understandably), not my taste in music.

    I don’t really get to use french outside of my family gatherings. I don’t have the skill to use it in everyday adventures and I don’t have the option of going to school in french.  I try and listen to the news in french now and again,

    All this being said, you know what the problem with « francophones » is? At least when I was in high school the prevailing cultural attitude was the biggest pity party, « woe is me », everyone hates me thing in the world. It’s like francophony was an emo kid. It was distasteful and disheartening. I know that it turned me away from the culture and I don’t think I’m the only one. Exposing someone to that kind of thing doesn’t breed a positive outlook, it makes then not take the issue seriously or puts them off.

    This cultural « emo-ness » goes beyond just affecting the younger generations of fracophones though. It bleeds through to the english people, and unsurprisingly, it puts them off too. How many times have you been brushed off by english people? The french culture (at the time I was in high school and stuff… so about 5 years ago) wasn’t really helping the french people win anyone over. I haven’t really heard about anything that’s changed ether.

    • Directed towards the no French DJs comment:

      Check out TEPR, Stromae (not Alors on danse, Kanye already proved that that song sucks), We Are Terrorists, Beataucue, Yelle, Qualité Motel… some of these aren’t DJs but rather Electro acts, but you get the picture.

      • I have to agree with Patrick.. there is a great deal of amazing French Electro out there…. 

    • Ed Banger Records. Une maison de disque entièrement dédié à lancer des DJ Français sur la scène internationale, avec des groupes à l’affiche tel: Daft Punk, Mr Oizo, Justice, SebastiAn, Kavinsky, et encore plus. Il n’y a pas que des crooner en France.

  • Oui!  Étant Franco-manitobaine (c’est vrai, on existe nous autre aussi) je crois que nous devons continuer de faire cette lutte.  Je me suis souvent posé cette même question.  Est-ce que ça vaut de la peine d’essayer de continuer de vivre en français? Au secondaire, le français n’était pas « cool ». L’anglais était entendu partout dans les corridors et quand je parlais ma langue maternelle, j’étais questionné.  « Why are you speaking French? » Mais le plus frappant était quand je me suis retrouvé à l’est et les gens me répondaient en anglais car j’avais un accent…..mettons. anglicisé comme ils me l’ont dit.  Depuis ce temps, je me pose cette question.  Ici au Manitoba, c’est vrai que je suis minoritaire.  La plupart de mes amis sont ne parlent pas le français, même mon époux est anglophone.  Cependant, mes deux garçons sont élevés dans une maison bilingue. Ils me parlent en français et oui ils iront à une école française. Pourquoi….car c’est ça ma culture et moi personnellement, je veux la sauvegarder.

  • GabrielGrenier

    Je crois que pour vraiment faire l’effort de parler en français, de peser sur le 2 pour des services en français, d’acheter un système satellite pour pouvoir écouter la télé en français et de se tenir au courant du monde francophone, il faut avoir une passion. Il est pas mal plus difficile de trouver ce qu’on aime dans la culture francophone que dans la culture anglophone car cette dernière est beaucoup plus présente. Alors, sans passion, on arrête de faire les efforts nécessaire pour s’immerger dans notre culture francophone. Malheureusement, je crois que ce manque de passion commence chez les parents et les enseignants. Et, bien sûr, ceci est exponentiel donc à moins de retrouver la passion du français, on va voir beaucoup plus de « Martin Bélanger » qui ne parlera pas un mot de français mais qui enverra ses enfants dans des écoles francophones « just ’cause ».

    • Marty Bullanger

    • NiLaforge

      Tu as tellement raison!  Se battre pour obtenir ou garder ce qu’on a acquis ça veut dire avoir une certaine passion, ainsi qu’une fierté.  Depuis nos débuts, on se bat et cela veut simplement dire que nous tenons à notre culture et à notre langue et surtout que nous sommes prêts à tout pour garder ce qui nous appartient.  On ne lâche pas car ce n’est pas qui nous sommes!

  • Sophie Lise

    Bon texte Félix qui soulève des questions intéressantes quant à l’utilisation du français à l’échelle de la province. Si on continue à apprendre le français simplement par tradition (pour continuer à parler à nos «memères» qui habitent à Sturgeon Falls), on a en effet très mal compris l’avantage, voire l’importance (historique, politique ou culturelle) d’être bilingue. 

    • NiLaforge

      Les anglophones eux s’expriment en anglais avec leurs grands-parents alors pourquoi pour nous c’est une honte de s’adresser à nos méméres en français?  Je ne suis pas bilingue mais plutôt francophone ayant la chance de pouvoir aussi m’exprimer en anglais et en espagnol…  Ça s’appelle embrasser différentes cultures tout en restant fière de la mienne.

      • Ce n’est pas une honte, ce qui est « honteux » c’est que c’est la seule raison que certains parlent en français.

  • I was and always will be that kid in a french school who is indifferent to the language. I grew up in Missisauga attending french catholic school not by choice, but by obligation.

    My mother who was born and raised in Sudbury pushed me there. Her main argument was not because we are Francophone (far from it, my father is Scottish), it was because it is an advantage in the workforce. So for 18 years of my life I attended schools three times farther than english ones, and did twice the linguistic work not by choice, but by obligation. I never practiced the language at home or around me.

     I find the francophone community is quick to say « Be proud of the fact you speak french and rejoice your french culture! » Yet when I spoke the language, I would often be cut off by an even more broken english than my french saying « You can speak to me in english. » You speak of assimilation, yet you segregate and brand us english when we try to be french. « Ostie d’tête carrée. On vas les avoir les anglais. » Can’t say you’re a friendly community to foreigners .

    Once I graduated high school I was free to pick whatever language I pleased, and I chose french. Not due to the fact that it grew on me, I chose it because a french diploma looks better on a resume than a english one. So off I went to Collège Boréal for it’s natural ressource program. Sure I am fluent in french, I know what la ptite vie, une temps d’une paix and Infoman is, I can sing along to bands like les Colocs and les Coyboys Fringantes and bake a mean sugar pie and tourtière. But watching anime, reading manga, eating sushi and knowing what a good cup of Bubble tea is doesn’t make me Japanese. I may be knowledgeable in french culture, but that doesn’t make me francophone. Don’t expect individuals like I to be painting ourselves white and green singing Notre Place every 25th of September. I am a Ontarian who happens to speak french in order to have that extra feather in the hat.

    • NiLaforge

      If that is all being french means to you than that is sad.  You may speak french but you are certainly not francophone.  There is more to our culture than baking pies.

      • But that’s exactly what she is saying. She never claimed to be french.   » I am a Ontarian who happens to speak french… » and as far as what she says about being quick to discourage some one who doesn’t speak the kind of french that we like, to switch to english and make some one who is trying to talk french feel like shit.

        • NiLaforge

          Et moi aussi c’est ce que je dis: qu’elle n’est pas francophone!  Aussi comment peut-elle comprendre ce qu’un vrai canadien-français qui parle la langue mais qui vit aussi la culture ressent quand on lui demande  : « speak white ».  C’est un peu ce qu’elle vit en s’exprimant en français n’est-ce pas?  Et nous est-ce que ça nous empêche de continuer notre lutte?  Et bien ça ne devrait pas.  Je l’admire toutefois d’essayer mais lui conseille de ne pas trop se frustrer car ça fait partie d’être francophone dans un milieu majoritairement anglophone.  On en ressort plus fort et mieux préparé pour ce que la vie aura à nous offrir.

      • Francophone: combinaison de la racine « franco » qui veut dire langue française et du suffixe « -phone » qui signifie qu’une personne parle une certaine langue. That’s it. Francophone = speaks french.

        • NiLaforge

          Ai-je mal employé le terme francophone?  Aurais-je dû plutôt dire franco-ontarien ou canadien-français?  Le point est qu’une culture c’est plus qu’une langue que l’on apprend parce que ça paraît bien sur un diplôme. Je n’abaissais surtout pas Michelle mais je tenais seulement à comprendre son raisonnement.

          • Selon moi, c’est tout la même chose. Mais c’est pas tout le monde qui serait d’accord.

    • Thank you for your honesty, and thank you for sharing. 

    •  Re: I would often be cut off…
      Out of context, this comment can paint francophones in a bad light.  I work in french and if a bilingual client is struggling in french I have absolutely no problem insisting we speak in english instead.  No room to have anything lost in translation during a busy work day.  There’s that advantage in the workforce you where speaking of.  At the end of the day I might feel a little remorse for insisting on the switch but if that decision helped ensure my employement that much more than so be it.

      Things change outside of work.  And if your exemple happened during, let’s say a social gathering than I’m sorry to hear that.  All I can say is that there are as many french douchebags as english ones!

      Re: I chose french. Not due to the fact that it grew on me, I chose it
      because a french diploma looks better on a resume than a english one

      That’s never a good idea.  Like choosing to be a doctor instead of something you would actually enjoy doing based solely on the fact that it pays more.  You’ll just be a mediocre doctor in the end.  That’s my main problem with Boreal.  I taught there for 1 year and flunked students because there was enough of a language barrier to prevent them from properly understanding the course material!  How can you knowingly accept someone’s money knowing they’ll flunk due to a language barrier?!

      Don’t be too hard on us francophones.  You might think we’re unfriendly but we’re pretty patient for a community almost forced to function with a second language on a daily bassis.  Maybe we repress a little too much of that anger…

      •  Re: I would often be cut off…
        This does happen very often. I consider myself to be pretty good for speaking french and chose to speak it probably 75% of the time. How ever I admit my vocabulary is fairly simple. I do not listen to a lot of Radio Canada and my parents are a mixed bag when it comes to french and i have a good case of franglais going on. I have been asked if it would just be easier for me to speak English simply because i happen to not know the correct term for a specific word that isn’t in my every day vocab (ex: banking stuff, or insurance stuff) In that case i usually either ask for the right term, or just say it in English and carry on my conversation in French. I agree that in a work place setting its important to make sure the correct information is being understood, but that could simply be done by verifying. It doesn’t mean that you need to totally change the language. I think this is one of the main reasons why francophones often simply chose to press 1 for service in English. Again, they are too embarrassed to try to use there language because they are not used to using it. So those who are privileged to use it more often than others and have a wider vocabulary and a « nicer » accent tend to belittle those who may not have the chance to talk french as often. This in the end, will make this wonderful language extinct.  I had left Sudbury for 4 months and worked in a place that unfortunately had zero french around. When i came back to sudbury, I found it hard for almost 1 month to get back in the « habit » of speaking french and I had forgotten many words. It takes dedication for some one to practice a language. It is even harder when they are constantly reminded that they suck at it. I now live in Quebec and have been for almost 3 years. I experienced the same thing again, only this time even worse because even my french wasn’t good enough since it was « Ontario » french and not « Quebec » french. For such a minority national community we really do segregate ourselves in even smaller minorities and snob those who aren’t as good as we think we are.

        Don’t get me wrong, I know not every one is like this, but i think many are ignorant to the degree this is happening.

        • Antonialbertine

          Il y a une couple d’années, je suis allée à Sudbury avec un collègue. Nous sommes tous les deux francophones et assez articulés. Nous avons pris un taxi et nous parlions français entre nous. Ce n’est qu’à la fin du voyage que nous avons découvert que le chauffeur de taxi était lui aussi francophone. Mais il n’osait pas nous parler français ni révéler sa francophonie, se sentant inadéquat dans sa maîtrise de la langue. Alors, ça va dans les deux sens, cette affaire. C’est pas seulement les francophones qui vous découragent de parler français, c’est aussi la façon dont on s’affirme quand on veut parler français.
          BTW, as a francophone, sometimes I even press 1 for service in English. Il est arrivé plusieurs fois qu’appuyer sur le 2 m’amène à une personne au Québec ou au Nouveau-Brunswcik, et des fois, c’est important de parler à quelqu’un de local, qui est familier avec la situation locale (ça m’est arrrivé avec Revenu Canada). Vous savez comment c’est, quand on se fait répondre par quelqu’un en Inde…

  • Le problème avec les langues c’est leur histoire 

  • lefou99

    Si ça peut répondre à votre interrogation, le fait que nous parlions encore français après 250 ans de domination britannique montre notre attachement envers cette langue et cette identité. 

    De plus, quand vous venez chez nous, au Québec, et que vous vous adressez à nous en français, ça fait chaud au coeur. Honnêtement, on s’en fout que vous ne parliez pas un français parfait. Nous non plus. Le simple fait que vous faites l’effort de nous parler dans notre langue montre que vous comprenez notre situation, ou du moins que vous avez un certain respect envers nous. C’est comme aller en Italie. Quand même que vous ne parliez qu’un soupçon d’italien, vous allez être reçus à bras ouverts, et non comme un autre touriste qui n’en a rien à branler…

    • Malgré ce que vous dites, plusieurs Québécois font preuve d’ignorance lors d’un premier contact avec un franco-ontarien. Se faire dire qu’on est un Anglais alors qu’on a grandi entièrement en Français, ça fait chier à la longue. C’est malheureux mais je suis content de savoir qu’il existe des gens comme vous.

  • Un auteur qui m’a inspiré dans mon parcours, c’est l’auteur juif-allemand, Edgar Hilsenrath. Après la guerre, il a déménagé en Israel (où il a refusé d’apprendre l’hébreu) et après à New York (où il a refusé d’apprendre l’anglais). Il continuait à écrire en allemand. The man didn’t give a fuck.

  • My father is French, my mother is English. We were raised in Elliot Lake and Capreol. Our house was pretty much English, even though my father was raised french. He has said one of his biggest regrets is not teaching us, but it just never happened. French immersion wasn’t an option based on when I started school, so I only had the french class. They taught the science of french (verb conjugation, masculine, feminine etc), rather than teaching how to carry on a conversation. I found it immensely difficult to learn. That left my dads side of the family, who tried to teach me the culture by forcing the things they liked about it on me. As a 17 year old Nine Inch Nails fan in 1996, Celine Dion and Roch Voisine were not in any way interesting to me, but they were the only things presented to me. Now that I’m an adult living in London, I regret not knowing french. I discovered a band called Les Dales Hawerchuck a few years back and was floored that I had no idea good punk rock could exist in french. I am involved in the folk scene as well and have a whole new respect for francophone music. It is a part of my identity, even though it is something I cant completely identify with. That’s the hardest part, knowing I come from somewhere that I don’t understand. If I had to think of a way to improve things for others, I would suggest that those in positions to teach younger generations of english speakers how to understand and discover the whole spectrum of francophone culture. I feel I was only presented with a tiny sliver of it, and told this is what it means to be french, to me, so it is what it will mean for you. It wasn’t the whole picture, it left out everything I could identify with. 

    • Thank you so much for sharing your story. Things like this need to be heard, we need to realize how fast and why we’re collectively losing not only our language, but all of the culture that  goes with it.

    • Jashn

      Speaking as an English Canadian who learnt French as a second language, I have to say I agree with this description of the learning process whole-heartedly.

      Part of the problem is weirdly related to copyright law. Until recently, it was illegal to show movies in schools without paying the licensing fee for doing so, even if the movie was educational. So teachers of French as a second language or in an immersion context just couldn’t show the fun aspect of francophone culture because the schools didn’t have the funds necessary to pay for licensing fees when playing movies or music in class. Personally, I think if more emphasis is placed on this aspect of things, people will generally be more interested, and also will learn more easily since they’ll have some sort of out-of-classroom reinforcement that is pleasurable and not mechanical memorization of verb conjugations. Anyway, just a thought…

  • Tant qu’à moi, oui ça vaut la peine de continuer la lutte.
    Je viens de déménager à Sudbury, et je suis toute à fait comblée que Louis José Houde y soit en spectacle.  Oui je pèse 2 pour français même si je sais que ça sera plus long et qu’en bout de ligne qqn d’anglais me répondra.  Mais surtout, j’utilise le « parlez-vous français? » lorsque je demande un service 😛

  • Mariana Lafrance

    Je parle en anglais tous les jours depuis l’âge de 5-6 ans. Par nécessité. J’ai grandi dans une famille francophone dans un milieu ontarien unilingue anglophone. Tous mes ami(e)s, tous mes camarades de classe, tous mes enseignants, tous les membres de ma communauté étaient anglophones (ou ojibwe). J’ai vécu dans ce milieu entre les âges de 5 ans et 17 ans. Les années formatrices. J’ai été socialisé en anglais. Le français était réservé pour les interactions en famille et la radio de Radio-Canada.

    Si aujourd’hui je choisi de vivre une partie de ma vie en anglais, c’est parce qu’une importante partie de mon identité, surtout mon identité sociale entre pairs, est anglophone, et elle a besoin d’expression et d’épanouissement. C’est normal, tenant compte de mon contexte d’enfance et d’adolescence. J’ai l’impression des fois d’être trâitresse de l’Ontario français, mais je veux me défaire de ce sentiment inutile et destructif, puisque nier la partie anglophone de mon identité et de ma personalité est la même chose que de me nier moi-même.

    J’aime le français, je n’ai jamais appris que le français n’était pas « cool », et mes modèles franco-ontariens ne souffraient pas de complexes linguistiques… peut-être grâce à mon isolement du reste de l’Ontario français. Imaginez !

    Depuis l’âge adulte, je découvre mon contexte franco-ontarien et je développe le côté francophone sous-développé de ma personalité. Quel soulangement de découvrir que je ne suis pas la seule francophone en Ontario… sentiment commun de mon enfance. 

    • Justement, on ne nous socialise pas en français. On n’apprend pas à jaser entre nous en français. Et éventuellement, c’est tellement du trouble qu’on abandonne parce que come on c’est tellement (mais TELLEMENT) plus facile de parler anglais.

      Je suis d’accord avec ce que tu dis sur l’inutilité de renier son côté anglophone. Je ne suis pas un hypocrite, j’adore Letterman.

      • Mariana Lafrance

        Je suis d’accord avec toi, sauf que dans mon cas, je n’avais aucuns pairs autour de moi avec qui j’aurais eu l’option de jaser en français, tout le monde étant unilingue anglophone.Pour assurer la survie d’une langue, il ne faut pas qu’une famille, mais une communauté linguistique avec une forte identité. La seule école secondaire francophone ontarienne que j’ai visité où je n’ai entendu que du français dans les couloirs était l’École secondaire de Hearst… et ce n’est pas par hasard.

    •  Je ne pense pas que tu es traîtresse de l’Ontario français. Comme tu le dis, tu as été élevé dans un milieu anglo. C’est ton identité. Le fait que tu choisis de garder la langue française comme Canadienne bilingue est un choi que tu as fait. Pourquoi faut-il ignoré une langue plus que l’autre. C’est un cadeau de pouvoir parler plus qu’une langue. Est ce que les gens en Europe ou en Afrique qui peuvent parler souvent 4 ou 5 différent langue se sentent mal parce que aujourd’hui ils décident d’utilisé une langue qui n’est pas leur langue maternel? Pour quoi pas aprécier les deux cultures? Une n’est pas mieux que l’autre, c’est just le fun de pouvoir participer au deux n’est ce pas?? J’ai des groups de music francophone que j’aime et j’ai des groups anglophone que j’aime. J’ai les pied sur les deux côtés n’est ce pas l’avantage?

  • Le Brahman et l’Intouchable ont probablement des perspectives différentes sur la valeur de leur religion et de leur culture.

  • Mariana Lafrance

    lefou99… je suis franco-ontarienne. Si je viens chez vous au Québec et je vous parle en français, eh ben c’est parce que je vous parle dans ma propre langue, sans faire un effort particulier, et ce n’est pas du tout de l’évidence que je comprend votre situation, mais tout simplement que je suis une francophone m’exprimant en français dans un milieu francophone. Pour cette raison, aller au Québec pour moi n’est pas du tout semblable à un Québecois francophone allant en Italie.

    Et puis, qui décide ce qui est un « français parfait » ? Les parisiens ? Les marseillais ? Qui ??? Pourquoi pas prendre une approche descriptive au lieu de prescriptive envers le français (et les autres langues), comme le font les linguistes ? Toutes les versions du français sont parfaites dans ce qu’elles sont.

    • NiLaforge

      Enfin quelqu’un qui comprend!

  • Merci Félix. Je suis né à Sudbury, d’une
    mère québécoise et d’un père anglophone. Par où commencer? Avec le présent. J’enseigne
    le français langue seconde en Nouvelle-Écosse au niveau secondaire. Mes enfants
    sont élèves au Centre Scolaire de la Rive Sud, une des écoles du Conseil
    Scolaire Acadien Provincial. Je m’identifie comme franco-ontarien, en exile en
    Acadie! Ma femme est anglophone de cette province. J’aimerais dire qu’on fait
    un effort d’inclure la culture française au sein de notre vie quotidienne mais
    le mot « effort » connote que c’est forcé, et ceci n’est pas le cas :
    On achète de la musique française sans y penser et on s’intéresse au cinéma
    international de toute façon, donc aussi ben d’en watcher en français y too!
    Cependant, le grand défi pour moi c’est d’avoir une présence de LANGUE
    française dans notre maison, puisqu’un de mes fils – qui s’appelle Félix aussi –
    résiste et j’abandonne mon effort parce que je ne veux que ma relation avec mon
    fils soit une relation et non pas une cause. 
    C’est pour cette raison que je suis très reconnaissant des institutions
    éducationnelles et culturelles qui existent en milieu minoritaire.

    Maintenant, le passé. Malheureusement,
    quand je réfléchie à ma vie d’étudiante à l’École Secondaire Hanmer, bien que j’étais
    impliqué, je réalise que j’étais parfois antagoniste. Je me souviens même d’avoir
    demandé à des amis d’arrêter de parler français lorsqu’ils ont décidé de faire
    l’effort parce qu’ils ont reconnu non seulement qu’ils devraient le faire, mais
    qu’ils VOULAIENT le faire. Je me dis maintenant que j’avais la chance de VIVRE
    en français, tous les jours, mais je ne l’ai pas fait, et je regrette ceci.
    Donc, pour moi, je ne pourrais jamais nier ni abandonner  mon identité franco-ontarienne, mais je dois
    avouer que je ressens toujours un sens de culpabilité que je ne fais pas assez.
    Ta lettre, cependant, m’inspire et je vais m’assurer d’adresser mon fils en
    français dès mon retour à la maison. Peut-être qu’aujourd’hui, il ne
    résistera
    pas!

    • Merci d’avoir partagé ton histoire! Bonne chance avec ton fils! tu lui fera lire l’article!

    • Djosef Bouteu

      Juste un petit détail linguistique qui te fera sûrement plaisir : «y too» est une anglicisation de «itou», un synonyme d’«aussi» parfaitement français que l’on retrouve aussi en picard à l’identique («itou») et en wallon («ètou»).

      Itou n’a jamais été un anglicisme.

  • JessDominique

    Oui! Mais est ce que ce dois toujours être une battaille? I care about the French language …. I speak it,I sing it and I embrace my bilingualism regarldless of what anyone else thinks …. Perhaps I do not speak it as well as I should or write that well in French …. but it is still part of who I am ….. 

    That being said ….. Without it being a fight I will make sure my child knows both languages and that I continue to speak it as much as I can ….. Je vais lui communiquer l’importance du français dans ma vie avec l’espérance que cela devienne important pour elle et peut être un jour pour ses enfants …..

    C’est ce que je peux faire pour la langue et la culture …… Et je le fais ….

    (En passant ….. Originaire du Nord de l’Ontario, je viens tout juste de déménager en Saskatchewan et j’ai encore à renconté quelqun qui connais le hit des Trois Accords!)

    Donc pour répondre à ta question …. I still care! 🙂

  • Leeann_LeBlanc

    The French language is a part of who we are! How could we possibly just let a portion of our history and culture just go down the toilet? Keeping a bilingual country is extremely important. I was born in a francophone town in northern Ontario and moved to B.C. when I was 5. I was teased, taunted and ridiculed for being « the French kid, » so I stopped speaking it except when I was at home. During the 15 years I was there, I never learned to write or speak the ‘non-slang’ French. Now as an adult living back in Ontario, communication in French is an asset. I can finally practice speaking it again and I’m even going to take a course to improve my « orthographe! » My point is, French is a part of me, my family, my history and my culture and on the 15th of August every year we celebrate our heritage as Acadians. I don’t want to lose part of who I am just because some people don’t give a damn.

    Je suis fière.Merci

  • JessDominique

    Oui! Mais est ce que ce dois toujours être une battaille? I care about the French language …. I speak it,I sing it and I embrace my bilingualism regarldless of what anyone else thinks …. Perhaps I do not speak it as well as I should or write that well in French …. but it is still part of who I am ….. 

    That being said ….. Without it being a fight I will make sure my child knows both languages and that I continue to speak French 
    as much as I can ….. Je vais lui communiquer l’importance du français dans ma vie avec l’espérance que cela devienne important pour elle et peut être un jour pour ses enfants …..

    C’est ce que je peux faire pour la langue et la culture …… Et je le fais ….

    (En passant ….. Originaire du Nord de l’Ontario, je viens tout juste de déménager en Saskatchewan et j’ai encore à renconté quelqun qui connais le hit des Trois Accords!)

    Donc pour répondre à ta question …. I still care! 🙂

  • Quel article! C’est une réalité si frustrante.. pour ceux qui sont super fiers et embrassent leur langue et pour ceux qui sont perdus ou veulent rien savoir d’elle. Et voici ma question à vous chers Franglo: Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire pour que vous vous sentiez franco-ontariens?

    Rendre la culture (films, musique,.. ) plus accessible?
    Incorporer plus de culture dans les curriculums scolaires?
    Faire ressortir davantage les organisations et groupe francophones en Ontario?
    Arrêter d’imposer la fierté franco-ontarien dans les écoles mais plutôt de vous aidez à la trouver par vous-même ?

    Je ne sais pas! Personnellement, j’adore l’aspect bilingue de mon identité et de ma vie. Moi, je l’ai trouvé ma fierté franco-ontarienne à quelque part. Oui, dans la sphère publique c’est pas souvent que je demande du service en français.. on le sait tous que English is the easy way out. Oui, mes interactions sociales sont un vrai mélange de français et d’anglais. Mais, quand il est disponible le service en français, j’ai pas honte de l’utiliser pis quand je suis avec des amis qui je sais parlent ou comprennent le français, j’ai pas honte de l’utiliser. Honnêtement, si tu prends toujours the easy way out ça te donne quoi: un français perdu pis une face de lâche. C’est pas toujours facile et la motivation vient de soi-même.. il s’agit de la trouver. Hélas, la question: COMMENT?

  • My parents both came from French families although we always spoke English at home. I went to a French school in Sudbury all the way through high school. (I actually saw someone from my school comment on this thread!) Now I live in London, Ontario and I find that there is next to no French here at all. Many people here are from elsewhere in Southern Ontario and the majority don’t speak it. Living down here has given me perspective. Even living in Sudbury, the majority of the media we’re exposed to is English, the majority of the people speak English. As kids, we don’t want to be left out and when all things popular that people are talking about are from the US media and all TV shows that everyone watches are in English and everyone in town speaks English as a norm… then we won’t be very motivated to go out of our way to speak French. Not helping the matter, one of my principal memories from high school is teachers constantly saying « Parlez français! Parlez français! » and seemingly nagging us all the time, and this left a sour taste in my mouth. When all outside influences appear to be English and we get nagged in school, you can see why as teenagers we probably wouldn’t be terribly enthusiastic about speaking it all day all the time. That said, I am proud that I speak French as well as I do and I use it when I can, but you won’t see me going around waving the green and white flag everywhere.

    Perhaps it’s sad, but majority rules. When the majority of a population speaks English, that is most likely the norm. If someone speaks French to me, I am more than happy to speak it. If I’m in Quebec or France, then great, I’ll speak it.

    On the point of channel 2 and tuning into other French services… in Ontario, the pickings are slim. I often tune into them only to find that the actual content is not entertaining. I tune into French CBC radio on the way to Sudbury to find people talking about the most random things such as fish in South America or malls in China. It seems as though it’s not enough to speak French but I also have to have these niche interests to find any French programming that I will actually enjoy. Why would I pay attention to these when I have popular English music and much better English TV series available to me? (Game of Thrones, Breaking Bad, Mad Men, Big Bang Theory, etc.)

    • Thank you for your comment, and thank you for addressing the increasing alienation francophones/franglophones feel towards francophone media and cultural output. 

      p.s. I will NEVER ask you to wave around a green and white flag, or any flag for that matter 😉

  • I would say that French, specifically in Ontario, is not worth fighting for (or ever has been) but it is unquestionably worth living for.

    Je suis Franco-Ontariens pure-laine. Mes parents sont Franco-Ontariens. Je suis né à Ottawa dans son coeur Francophone à Vanier. J’ai été élevé dans l’aile la plus Francophone du Nord de l’Ontario, dans une communauté 99% Francophone, entouré de petites communautés 99% Francophones. C’est surement la raison pourquoi je n’ai jamais compris l’atitude défaitiste de pseudo-Francophones qui me disent sois « C’est trop tough à apprendre », et ceux à l’envers de la médaille qui me profêtisent la fin de la Francophonie si je commande pas mon burger en Français.

    Ca m’a toujours paru comme des balivernes de paresse. L’un parce qu’il préfère se soumettre à l’assimilation que de s’afficher culturellement. The other because he can’t live as a Francophone in an Anglophone world. Two very different mind sets, two very similar motivations. Maybe I was simply lucky to be born where I was born, and lived sheltered from an Anglophone reality, and yet…

    L’épiphanie m’est venu lorsqu’un collègue m’ai raconté l’histoire de l’origine de la phrase « Je me souviens ». Semblerait-il que la vrai sajesse d’Eugène-Étienne Taché était plutôt « Je me souviens / Que né sous le lys / Je croîs sous la rose. – I remember / That born under the lily / I grow under the rose.  » Ouf! Soudainement des décénies de dédaignement anglophobe semble plutot fétu. 

    Ce que j’en tire, c’est qu’il n’y as rien de mal à être Francophone, de parler comme un Francophone, de vivre comme un Francophone. Nous avons perdu la Nouvelle France de façon honnête, et nos ancètre ont humblement remis les clés avec la promesse qu’ils pouvaient vivre paisiblement dans leur propre culture. Ce qui a suivis est possiblement la plus longue période de coexistance et de coopérations entre les Français et les Anglais. Du moins jusqu’au 20e siècle.

    Ce que le mouvement Francophone a crée est une animosité contre les Francophones. Nous avons mordue la main qui nous a nourrit. Je suis contre la loi qui force les Anglophone à offrir des services en Français, et qui créer un froids lorsqu’ont l’exigent sans vraiment en avoir besoins. Je suis contre cette loi parce qu’elle n’est pas importante, elle ne n’aide pas les Francophone à demeurer Francophone, elle ne contribu pas à promouvoir la Francophonie. Elle ne fait qu’épuiser le peu de patience et d’énergie que les Anglophones ont pour supporter les Francophones. Cependant, je suis aussi contre la situation où une communauté tel Kapuskasing qui est 80% Francophone, doit vivre sous le talon d’une Administration Anglophone. Je crois fortement que les Francophone devrait avoir le droit de s’assembler et de s’auto-soutenir.

    Si nous voulons vraiment préserver la langue Française en Ontario, ce n’est pas avec une loi qui force un millieu anglophone à employé un bilingue immergé, le pauvre mouton parmis les loups. C’est avec la culture et les communauté. Si ont veut vraiment encourager nos jeunes à vivre en Français il ne faut pas que ça devienne une corvée, mais plutôt une culture. Ils aimer être Francophone et surtout, ne pas avoir peur de vivre dans un Ontario Anglophone.

    • J’aime ça les gens qui pensent comme toi. When I learned about the « grandi sous la rose » thing, I was blown away. The way I learned history suddenly made so much sense.

      If you look at colonial history, it’s a very rare thing to conquer a country and let the conquered keep their language. La seule autre place c’est l’Afrique du Sud. Les néerlandais arrivent, après quelques générations ils ne sont plus néerlandais mais Afrikaner. Ensuite les Anglais débarquent. Sound familiar?

      Merci de ton commentaire, et merci de me confirmer que d’autres pensent comme moi, se questionnent comme moi. J’espère que tu continuera à contribuer au débat!

      • Thomas

        Ils n’avaient pas le choix. Jusqu’en 1850/1851, les Anglais étaient minoritaires. C’était ça ou perdre leur colonie !

    • Évidemment, je ne peux me permettre de ne pas commenter cette réponse et naturellement m’inscrire en faux. Je vais essayer d’être bref, mais je vous invite à lire mon prochain rapport annuel… Une loi sur les services en français ne force pas les anglophones. Elle confirme que les francophones ont tout à fait leur place au sein des institutions gouvernementales, car eux, c’est aussi nous et nous sommes eux. L’appareil d’état appartient aussi et tout autant aux Franco-ontariens. 

      Et puis, est-ce vraiment vrai d’affirmer ainsi que les Franco-ontariens n’ont pas réellement besoin de services en français? Que dire des services aux nouveaux arrivants, aux personnes âgées, aux enfants, aux personnes en situation de vulnérabilité, avec des problèmes de santé mentale ou tout simplement des personnes comme moi (qui suis pourtant parfaitement bilingue, mais juste plus à l’aise en français)?

      Les institutions jouent un rôle clé dans le développement de la francophonie. Elles donnent espoir que nous ne sommes pas seuls, que d’autres vivent la même situation minoritaire et qu’ensemble, nous avons encore une chance, encore un avenir. Pas seulement important au niveau symbolique, les institutions, comme les institutions gouvernementales, livrent des services concrets à des gens. Si ces services sont offerts activement dans des endroits où le francophone saura dès le départ que de demander son service en français est normal, cela aide le francophone à continuer de faire le choix, au quotidien, de vivre une journée de plus en français. 

    • Thomas

      En fait, Je me souviens et Je me souviens que… sont deux devises différentes écrites dans deux villes différentes. Je me souviens a été gravée sur le Parlement à Québec, tandis que l’autre l’a été sur une statue à Montréal. Le Je me souviens est tiré du premier, qui se trouve sur le Parlement.

  • J’ai un grand sentiment de tristesse après avoir lu plusieurs commentaires. Oui, être Franco c’est plus que parler français et de faire des tourtières! Je trouve ça triste quand il ne te reste de français que le nom! Merci d’avoir rédigé cet article Félix, tu m’a sensibilisé à utiliser encore plus mon français. Je suis fière d’être francophone et d’avoir élevé mes fils et de les avoir fait éduquer en français. Ils sont français et dans le coeur et dans la tête! Encore plus fière qu’hier, d’être francophone!

  • Je te comprends parfaitement, Félix. J’ai grandi avec un parent anglophone et l’autre francophone, dans une communauté presque complètement francophone. Cependant, j’ai fait toutes mes études post-secondaires dans le sud de l’Ontario. Pour compliquer les choses davantage, j’ai fait mon bac et ma maîtrise en espagnol, vécu en Amérique latine, et mon époux parle l’espagnol comme langue maternelle. Maintenant nous vivons à Toronto et le résultat c’est que moi je perds mon francais et mon mari perd son espagnol. Nous cherchons une facon de pouvoir jongler le tout afin que nos enfants se sentent fiers d’être francophones ET latinos en même temps. Pas facile!!! Heureusement, mon mari est très avide d’apprendre le francais. Il est un vrai francophile et c’est amusant d’entendre un latino parler le jouale (il m’a demandé l’autre jour qu’est-ce-que ca veut dire « faique »…) hahaha

  • LeCanardHasBeen

    Curieux quand même que l’article qui a suscité le plus d’intérêt à ce jour sur TG ait été écrit en anglais. Dit-on « bull’s eye »?

  • My story is pretty similar to many « franglo-Ontarians ».  I grew up in a town in south-western Ontario where French was rampant 50+ years ago, but has disappeared considerably since then.  Everyone has a Mémé and a Pépé, a French last name, all the streets are French, and all the names of the towns in the area were originally French (Belle Rivière became Belle River, Pointe-aux-roches became Stoney Point, etc.).  I went to French Catholic schools, and even did my Bachelor’s degree in French at Ottawa U, though we spoke English in the home, and my friends were all either Anglophones or in the same situation as I was so it just was natural to converse in English.
    All my life I considered myself bilingual (not Francophone).  My education was 100% French, and I did really well.  However, oral expression isn’t really as valued as essays and grammar in schools, unfortunately.  
    So sure, I could write a mean essay, but when I moved to Ottawa for university, and for the first time in my life, found myself trying to hold a conversation with actual Francophones, I was embarrassed.  Slowly, I started practising, and picking new slang up, and really starting to blend in at this bilingual university in this bilingual city (even my accent had changed a little, though people will still ask « t’as un drôle d’accent… tu viens d’ou? »).  I started to really give this thing some thought, and decided I would change my major to Second Language Teaching for French.  I was really annoyed that I had gone to school my whole life in French, had Francophone teachers, and yet felt uncomfortable speaking to other franco-Ontarians.  I wanted to teach French the right way, and have kids feel confident and able to have conversations in French.  I did struggle, though, throughout my university career, being discouraged by Francophone professors and students who said that non-Francophones teaching the language (people like me) « détruisent la langue », and wondering if what I wanted to do was even possible considering the reality of the circumstances.  It’s not « cool » to speak French when you happen to be a bilingual kid, so nobody ends up practising it, which is something that many people only come to regret later in life.  Not only that though.  More and more, there are no actual Francophones in our small towns (at least in southern Ontario) to practise WITH, and to have cultural and linguistic models.  I had begun to wonder if people like me really could be the models, or if we were a new prototype for our province’s unique dynamic, or if those fellow students and profs were right, and I shouldn’t bother.  I still can’t make up my mind, and have contradicting thoughts on the whole situation.  Sometimes I think « OK I’ll leave it up to the Francophones to pass down their own language as best they can, my efforts aren’t even appreciated by that community anyway ».  Other times I think people like me can do it, and though things won’t be completely the same and some cultural elements will be lost, it’s better than having the language completely die out.  
    So… after this long rant, to answer your question… some people honestly don’t care, but some of us do.  Though people like me won’t always be fighting by your side, we will benefit from everything that you do.  You are one of the few people left in this province who can still call themselves « Francophone », and you are the only ones who can share and pass down all the cultural and linguistic knowledge.  You are needed.

    • Despite what this article might suggest, I find myself haunted by these contradicting thoughts as well. And I’m hoping that by opening up the dialogue we may be able to, collectively, find some of the answers to those conundrums, or at least agree on a direction to take. Thank you for reading, and thank you for sharing your thoughts.

    • Bonjour Ashley,
      ¨Ca va bien? Je viens du même endroit que toi (Windsor-Chatham). En fait, nous avons habité sur le même étage de résidence à l’U d’Ottawa (C’est David).
      J’ai eu un parcours semblable à vous. On parlait les deux langues, mais on pourrait dire qu’il y avait un espèce de loi 101 à l’intérieur de la maison et nous étions tenu à parler le français. Jusqu’à l’adolescence anyways. Après un bout, c’est devenu slack, ça m’inquiétait. J’ai donc décidé de travailler mon français à 100%. Mais, pas sans conséquences. Éventuellement, cela s’est fait au dépens de ma famille, qui se trouve maintenant à 2 journées de route (Je demeure au Nouveau-Brunswick maintenant).
      Ce que j’ai toujours trouvé malheureux dans le sud-ouest, ce n’est pas nécessairement le déclin du français, mais vraiment le découpage entre les générations. Contrairement à Sudbury etc, il est presque impossible chez nous de se créer un réseau social (even a small one) francophone. Il faut donc vivre sa francophonie seule et faire le restant en anglais. Les quelques fois où cela a été tenté, it was deemed too awkward, et on a continué à parler en anglais.

      • Ce n’est pas nécessairement plus facile à Sudbury 😛

    •  Your situation is again confirming that we are killing our own. You choose to keep going with your french roots but because its not « as good » as other`s, you are being discouraged to do so. Not every one is strong like you to keep going any ways. I think you are an excellent model. Who better else to spread the love of a culture than some one who actually does love it? You said it yourself. You can write a mean essay. Who cares about your accent (well no one should care in any way). Just like you said the more you speak it the better you get at it. Expressions are regional any ways so if you don’t have all the « right » slang, who are they to tell you so. I am from Sudbury and chose to live in french midway through highschool. I now live in Rouyn-Noranda in Québec for the past 3 years and let me tell you i had to re-learn the way people speak here. My Azilda slang just wasn’t cutting it over here. So tonight i was at a supper with people from Abitibi, one from Sagenai and one from France who has only been in Canada less than 2 years. We all spoke french but very different french. Who is to say the other one is bad? in our own region we speak just fine.
      I might be getting off subject a bit but all i want to say is that i admire you for wanting to share your appreciation for your language and wish there were more like you who are not afraid to push through. Please keep it up.

    • Djosef Bouteu

      C’est vraiment triste et cette histoire d’anglicisation ville par ville réduit rapidement l’espace francophone à une peau de chagrin.

      French-speaking towns directly in contact with English are quickly assimiated to English, then the same thing happens to the next town, then the next…

      It’s happening pretty much everywhere. For example Miscouche in P-E-I.
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Miscouche
      It used to be a French-speaking town but now only the elderly still speak French, and the Acadian area shrunk so much the language will soon cease to function as a community language.

  • Thanks for the article.  These so-called Franglo-Ontarians are numerous
    but completely unspoken of in the medias.  The picture painted is either
    black or white… Really bilingualism in Ontario is a spectrum of all
    shades of grey! Why want a society where people require to choose one side? How destructive it is when people are ask to take a radical stand? — you get hatred filled newspapers like those in Cornwall recently… Now the results are counter-productive to ALL Ontarians.

    I command you for bringing light to the contribution of
    Franglo-Ontarians to the life, the culture in Ontario. I don’t think you condemn but bring a new player in the thinking process for the development of Ontario. It’s not because one ask a question that we need a clear answer.  Most the time what is most beneficial is to bring awareness on the real state of things to provide a ground for constructive solutions.

    And yes I did use Google translate to write this comment in a decent English & a decent French.  Why limit myself to just one language?

    Merci pour cet article… Ces soit disant Franglo-ontariens sont nombreux et complètement absents du discours des médias… Tout tableau est peind noir ou blanc mais la réalité du bilinguisme en Ontario est un spectre de toutes les nuances de gris. Pourquoi vouloir d’une société qui veut qu’on soit avec elle ou contre elle? On finit par avoir des écrits remplis de haine comme dans les journaux de Cornwall récemment. Les conséquences sont pour TOUS les Ontariens néfastes.

    Je te félicite de souligner l’apport important des Franglo-ontariens dans la vie, la culture en Ontario. Je ne crois pas que tu les condamne dans leur choix mais que tu apportes une réflexion, une sensibilisation à ces joueurs importants dans le développement de cette province.  C’est pas parce qu’on pose une question qu’on a besoin d’une réponse. Bien des fois, le processus de réflexion est suffisant pour construire un terrain d’entente qui permettront de faire avancer les choses de façon constructive.

    Et oui j’ai utilisé Google traduction pour écrire mon commentaire dans un français et un anglais passablement bien écrit .  Pourquoi je me limiterais à une langue?

    • This was precisely the point of my article. For everything that is said about francophones in Ontario, English-speaking Franco-ontarians are absent from the public discourse. 

      The letter was intended to be provocative, but like you said, I am condemning nothing but the black and white vision which is presented in the media. Anglophone Canadians of francophone/québecois/acadian ancestry are a very important part of Canadian society; just look at all the anglophone hockey players with french names; René Bourque, Patrick Marleau, Logan Couture, Tyler Seguin (note the absence of « é »). Not to mention the francophone/franglophone players who despite their english names are either francophones or were raised in french/went to french school: Alex Burrows (quebecois), Jonathan Toews, (Québécois Mother), Manny Malholtra (his french-canadian mother and pakistani father both pursued doctorates at Laval University), and Cal Clutterbuck, a franco-ontarian from the Welland area. 

      The phenomenon is not restricted to hockey; Ruth Ellen Brosseau, the controversial NDP candidate/now MP in the Mauricie area of Quebec (who was infamously on vacation during the Quebec election) was railed on during the entire campaign because she didn’t speak much french. Upon meeting with her constituents, many were surprised and happy to related that she actually did speak a very passable and suitable french. She grew up in the french immersion system in Kingston, ON, and her name is Brosseau. Doesn’t that make her franco-ontarian, or at the very least, franglo-ontarian?

      I dream of an Ontario (and a Canada) where « taking sides » is a practical impossibility. Where decisions regarding the future of the French language and culture in the province and country take into account not just the vocal francophones with the means to be heard, but also those franco-ontarians which, despite choosing/being forced by circumstance to live mostly in English, have the same constitutional rights as francophones. 

      Thank you for your comment, and thank you for the bilingual effort (although I would never recommend google translation to anyone!)

  • NiLaforge

    Je relis ton article encore une fois et je suis tellement d’accord avec ce que tu dis.  Mais oui!  Je crois qu’il vaut la peine de continuer notre lutte.  Et nous avons une mission, celle de faire comprendre à nos amis anglophones l’importance de notre lutte.  Ce n’est pas un caprice mais bien un état d’âme et une identité.

  • Pingback: Motel Califorña: Qualité Motel » TAGUEULE!()

  • Moi j’ai 26 ans, j’habite à la Baie Nordique du lac Nipissing (où North Bay si vous préférez). C’est une ville d’environ 60000 habitants et en proximité de la frontière du Québec (environ 60 km vers Témiscaming).
    Je viens d’une famille exogame (un père unlingue anglophone, une mère de souche française). Donc déja, j’ai parfois une crise identitaire. En appuyant une moitié de ma culture, est-ce que j’abandonne l’autre moitié qui me compose comme personne? En tout cas, c’est un défi personnel.Depuis que j’ai commencé mes études au primaire, on m’enseignait que nous avons le droit de services dans notre langue… mais à quelques conditions (de vivre dans un endroit bilingue, et que quelqu’un soit disponible pour m’offrir le service). La ville que j’habite est unilingue (malgré un pourcentage d’envrion 15 à 20% de francophones/francophiles). Les affiches ne sont qu’en une langue, les services fourni par l’hôtel de ville sont eux aussi.
    Malgré ma participation dans la communauté francophone locale, et me porter bénévole avec plusieurs organismes, j’éprouve encore des difficultés à me développer un réseau d’amis(es) qui partage ce lien entre nous; la communication dans cette belle langue, le français. Les gens que je renconte sont souvent très accueillant, tous gentils/gentilles. Mais ils sont souvent à l’étape de commencer une famille, entrain de finir le secondaire ou à la retraite. Moi, je suis à l’étape de sortir un vendredi soir et fêter avec mes amis(es). Donc ça rend les choses encore plus complèxe pour y vivre en français.
    Pardonnez-moi pour le commentaire suivant, mais lorsque mes amis que j’ai faite au secondaire (pour la majorité des gens avec un nom franco et parlent en anglais au quotidien) me disent « Fuck le Français » lorsqu’on prépare pour un voyage à Montréal, j’emprunte de la chanson d’Helmut Fritz et je vous dit que « Ça m’énèrve »… C’est frustrant parce que c’est difficile de trouver des gens hors de mon entourage qui premièrement, me comprennent (parle la langue), et deuxièment, s’y intéressent à une culture et de la musique qui ne vient pas d’Hollywood…
    Quelques suggestions:
    Arrêtons de compliquer les affaires. Je ne veux pas attendre 5 minutes de plus pour avoir une réceptioniste du gouvernement qui parle ma langue, ni à devoir toujours insister pour un service en français. Faites comme le Nouveau-Brunswick et devenons une province bilingue officielle. Avec plus de 500 000 francophones/francophiles, j’ai encore de la difficulté à comprendre comment nous avons que des régions « bilingues » en Ontario.
    Faites en sorte que les gens puissent vivre en français à l’extérieur des salles de classe. Si sa ne se fait pas déja, que les organismes commencent à offrir des activités sociales qui promouvoit l’utilisation du français (pour chaque groupe d’âge). Que les gens puissent s’intégrer dans la communauté au lieu de se sentir isolé. Une solution serait peut-être la création de quartiers d’affaires dans les milieux ou le français est la langue minoritaire (du moins dans les grands centres). Cela pour encourager l’utilisation de notre langue et que nous pouvons démontrer aux jeunes que nous avons aussi notre place dans la société.Assurons que les gens puissent se renseigner de chez eux en français. J’entreprends quelques démarches dans ma région, mais il n’y a toujours pas de moyen de communication médiatique en français à l’est de Sturgeon Falls. Aucun journal, de radio française locale ni de télévision locale. Comment voulez-vous qu’une langue se répand et que la communauté augmente sa francophonie si les gens ne peuvent même pas se renseigner de chez eux dans leur langue?
    Enfin, trouvons un moyen de faire que nos deux langues officielles sont à parité entre eux (du moins au niveau gouvernemantal). Un exemple simple; ayons des affiches de rues comme: rue Champlain Street ou Stop/Arrêt. Un rappel simple à tous que nous vivons au Canada et que nous devons respecter les deux langues.

  • SparklesPetard

    C’est compliqué.

    J’étais cet enfant qui parlait français même quand c’était pas «cool». Qui écoutait radio-canada, Volt, Fortier, etc. Tout d’un coup, à 12 ans, j’ai vu mon école se remplir de types «my name is Bégin, but I take off the é, and I don’t know how to pronounce it, but hey maybe I can get a bilingual job because I am in immersion…». Après ça, c’était pas juste une question d’être «cool», mais le monde ne me parlait carrément pas à moins que ce soit en anglais. Faique j’ai été assimilé, un peu.

    À l’âge adulte, j’ai fait un coming out en tant que trans. Comment parler de genre, de sexe, de théorie queer en français? Je pense que, quand on est une minorité (ethnique, sexuelle, de genre, de capacité, etc) dans une minorité linguistique, des fois il faut faire le choix entre deux parties de son identité. Moi, j’ai choisi de plonger dans le monde queer, et j’ai perdu de ma culture, mais j’essaie de la retrouver. 

    Aussi, en Ontario, il y a une culture bizarre de francophiles où les anglais te parlent de pamplemousse (wtf?) et où la langue française est perçue comme un outil de carrière, plutôt qu’une culture. Je pense que, si on change cette pensée, ça aidera probablement à faire avancer la cause. Pourquoi les anglos et franglo voudraient-ils appuyer la cause si ils perçoivent qu’on a un avantage sur eux, et que nos droits = moins de jobs pour eux?

    Je crois qu’il faut séparer culture et langue, et être claire dans nos intentions.

  • Merci Beaucoup pour cette histoire ci ///Thanks very much for the story
    Moi meme je suis francoontarienne.. je suis fiere.. j’adore ecoute la musique francaise.. le western francais.. mes deux parents sont francais.. et les deux bore j’ai la famille dans le quebec.. donc je sais que je le perdrais pas ma langue francaise.. merci
    Etre bilingue sont bon mais garde le francais c’est bon

  • I am an anglo-ontarian who hated taking french throughout elementary and highschool. now attending university an having made many quebecois friends i am filled with regret at those decisions to quit. i am taking classes and trying my best to catch up so that i may share that wondrous feeling of experiencing two unique cultures and gaining a greater understanding of the francophone identity

  • FakeName1

    My father is a retired Quebecois soldier, my mother is Dutch. Their common language was English, and it was passed on as the language of the house to me and my brothers, the first anglophones in our entire extended family. I used to speak fluent Dutch when I was 4-5, but then I moved away from Holland back to Quebec, and lost it. I was doing very well in French class in Quebec, but the necessities of being in a military family meant that I had to move every 3-4 years, often to non-francophone countries. Thus, I was subject to many different school systems in many different countries with varying degrees of priorities in teaching the French language; I can honestly say I’ve taken beginner’s French at least 4-5 times. Then, I moved back to Quebec for a final time, where I was thrust into secondary French where everything was assumed to be revision, and I did so poorly (especially compared to my other classes, where I was otherwise a good student) that I became so frustrated and discouraged that I simply gave up.

    Time passed, I went to another school for my last two years of high school, and I learned Italian, which, to my surprise, I picked up very quickly and excelled at. When I moved to Ontario for university and studied French again, I was shocked at how quickly I took it up now that I had another Romantic language to compare it to. Oddly enough, after leaving Quebec, my French improved noticeably. I can now finally talk to my relatives at Christmas dinner, as opposed to the many years previous where I would simply eat my meal and wait in polite silence until I could leave because the language at the table was one I could not understand. I even recently found the blog http://offqc.com which helped me learn the French that I want to learn, the French I’ll actually use with my family or when I travel to Quebec.

    I apologize for being so long winded, but now I will come to my point. My French improved dramatically while I was at school but now that I’ve graduated and moved away again, I have no opportunity or reason to use it outside of family functions and the occasional business trip to Quebec (which, I will say, I do my best to speak French to my colleagues and servers unless I am at an absolute loss or if I catch on that they would like to practice English). It is a part of my identity, and an important part, but I have always felt like an outsider in Quebec just like I feel like an outsider in the Netherlands, regardless of my heritage. I simply can’t communicate well enough, and I never will, regardless of how much French TV I watch or community groups I join. When I open my mouth, people don’t know or care about my history–I’m just another Anglo from Toronto butchering their language. How could I ever embrace my identity if my identity will never embrace me?

    • « How could I ever embrace my identity if my identity will never embrace me? » Good question.

  • little britney

    I still want to speak French…But i find it really difficult to do so in Sudbury for all the above reasons you just answered! I was one of those Francophones who has a French last name, who was in all french and then switched to immersion, who went away to live in a more bilingual environment…and now, i have been back in Sudbury for 4 years now, and can barely speak french at all anymore! I have completely lost the ability to write it too. I still want to speak it..but this city isn’t all that accepting of it. Thats why i am moving to Ottawa! To raise my children in a more bilingual environment because i don’t want them to go through what i am going through…Oh and when i go to other bilingial cities, i am more willing to speak french there than here at home…its weird!

  • Pingback: 600 000 raisons de se poser des questions » TAGUEULE!()

  • Michelle Gagnon

    We have similar situations! I have anglophone mother and francophone father (although he has a very hard time in French now), learnt English as a first language then learnt French at school in martarnelle. I did all my studies in a French public school, however once I got to high school my French started suffering. I never practiced it, other than with my teachers and occasional family members. At home it has always been English, and now it was the ‘cool’ thing to speak English at school too. When I moved to Montreal in 2013 for school, that’s when I REALLY realized that I was embarrassed to even say I was bilingual. It hit me that I took for granted my bilingualism and that it’s something that needs to be nurtured. I believe that in Sudbury we love to throw around the fact that we speak both languages, when in reality most of us don’t even make the effort to practice our French (I am very guilty of it). After two years in Montreal, I can say that I am very confident in both languages, and I love being completely bilingual. It’s really something special, and I’m glad I found it out at 18 years old and not when it was ‘too late’. French isn’t easy to learn by any means, but I find it a beautiful language. It’s worth fighting for!

  • Michelle

    J’adore l’article mais, je ne peux pas l’afficher sur le facebook de mon école 🙁
    Peut-on enlever le « F word » (à la toute fin en plus) pour en faire une version PJ?

  • Elaine Berger

    Je suis francophone de Montréal. Je vis depuis 2004 dans le nord de l’Ontario. En 1989, j’épouse un suédois et part pour 11 ans dans son pays. J’ai appris la langue, j’ai eu deux enfants là-bas. Quand je suis revenue (avec mes enfants) au Québec, ma fille qui avait à l’époque 8 ans parlait le français mais son suédois était dominant. Elle a du faire un an d’école immersion en français. Mon fils qui avait 3 ans, parlait le suédois plus que le français. Un jour, à la garderie, il a commencé à parler en français et ne voulait plus que je lui parle en « anglais » (suédois) (son père n’étant pas avec nous durant cette période, je lui parlais en suédois dans le but de ne pas oublier la langue). Lorsque mon mari est arrivé au Québec, 10 mois plus tard (immigration casse-tête), après un an et demi il s’est trouvé du travail dans le nord de l’Ontario. J’ai inscrit mes enfants à l’école publique francophone de la ville. Après quelques jours à l’école, ma fille revient les larmes aux yeux. Elle me dit « maman, je ne comprends rien, ils parlent tous en anglais ». J’étais en état de choc! Mais voyons, c’est une école francophone!!! J’en revenais juste pas. Dans la cours d’école, les enfants se parlaient en anglais! La majorité de ces enfants avaient des parents francophones. Ils se parlaient en français entre eux, mais parlaient en anglais à leurs enfants. Mon garçon qui parlait parfaitement français, qui ne savait pas un mot d’anglais, aujourd’hui parle en anglais à ses amis francophones. C’est l’anglais qui domine maintenant pour lui, mais je lui parle qu’en français et il doit me parler en français, c’est comme ça. Je connais des couples francophones qui parlent anglais à leurs enfants… donnez-moi une claque quelqu’un!
    Aujourd’hui, ma fille parle trois langues, mon fils deux et un quart. Moi, toujours trois et mon mari deux et un quart 🙂
    J’ai une amie en Suède qui m’avait dit à l’époque ou ses enfants devenaient adolescents, que ses enfants lui en voulait de ne pas avoir parlé français avec eux lorsqu’ils étaient petits. Je n’ai jamais parlé une autre langue avec mes enfants (sauf les 10 mois ou mon mari était demeuré en Suède). En Suède, ma fille est entrée à la garderie à l’âge de trois ans et parlait très bien français. Il ne faut pas perdre notre langue, elle est une richesse et de parler plusieurs langues est une clé en or pour ouvrir les portes du marché du travail. C’est un atout, partout au Canada (et à l’étranger).