La Nuit sur l’étang 2012 : vision asséchée

À l’époque des têtards

Originalement conçue comme étant une prise de parole pour la communauté franco-ontarienne de l’Université Laurentienne, de Sudbury, voire du Nouvel-Ontario, et en étant le premier lieu de diffusion d’une nouvelle vague d’artistes, La Nuit sur l’étang a déjà été beaucoup plus qu’un simple show rock. C’est pour souligner la clôture du congrès Franco-parole de 1973 (qui avait comme but d’étudier l’état du fait français à l’Université Laurentienne) que ce happening multidisciplinaire où tous y trouvaient quelque chose d’intéressant, a vu le jour… euh, la nuit, pour la première fois.

Cela dit, les temps ont changé. La Nuit d’autrefois n’existe plus. Si on parlait autrefois de ce show annuel comme étant «la folie collective d’un peuple en party», dernièrement on pouvait en parler comme étant «le n’importe quoi individuel d’une petite gang qui n’avait aucune idée ce que voulait le peuple».

Comme l’a dit notre collègue Félix Acheté dans son billet intitulé Pourquoi je ne suis pas à La Nuit sur l’étang, l’évènement est maintenant «un show rock auquel on associe une certaine mythologie, puisqu’on nous dit que ça a déjà été autre chose qu’un simple show». Pis ça finit pas mal là. Or, le nom qu’on y accordait à l’origine s’avérait peut-être plus prophétique qu’on le croyait : dans le fond, un étang, c’est une petite étendue d’eau stagnante. Faudrait-il peut-être voir à retourner à quelque chose de plus qu’un simple show rock?

Retour précaire à l’excellence?

Malgré tout, La Nuit semble quand même vouloir se positionner pour redevenir l’évènement pour lequel elle détient sa renommée. Soulignons quelques points forts et quelques points faibles de l’édition 2012.

Un bar dans la salle? Merci. Y’était temps. Au fil des années, le bar a toujours été un problème. Que ce soit au Collège Boréal, où on divisait la salle en deux (un côté bar, un côté non), à l’École secondaire Macdonald-Cartier (bar dans la cafétéria, spectacle dans le gymnase), ou bien à l’auditorium Fraser (bar dans une salle sur un autre étage entièrement), on ne pouvait pas jadis prendre un verre en écoutant le spectacle. Le choix de déménager le spectacle au Grand Salon de l’Université Laurentienne a au moins permis que les spectateurs puissent prendre une bonne bière en écoutant ce qu’ils ont payé 35 $ pour voir, même si la qualité du son en a souffert.

Malgré ce bon flash, il est resté un grand problème : on ne pouvait pas se commander une bière en français à La Nuit cette année. Ayant lieu à l’Université Laurentienne, La Nuit a dû faire affaire avec Aramark, le service de traiteur qui détient le monopole sur la vente de bouffe et de boisson sur campus. Heureusement, il devrait être facile de rectifier la situation en exigeant des serveurs francophones.

Le même problème était également vrai du côté des gardes de sécurité. Lorsqu’on fait sortir une foule d’au-delà de 300 francophones, n’est-il pas réaliste qu’on engage également des gardes de sécurité qui vont dialoguer avec la foule dans sa langue?

Disons-le. Le calibre des musiciens était élevé, et le choix des artistes était plus cohérent. Ça faisait du bien voir des musiciens franco-ontariens embarquer sur scène. Cela dit, ça faisait bizarre de voir le Jeudi Soir, un groupe composé uniquement de jeunes hommes, monter sur scène après l’ouverture du show par Cindy Doire. Y’ aurait-il eu une façon plus organique d’intégrer ces gars au tout?

Si on pouvait compter au moins 300 spectateurs, il restait, malgré tout, un grand espace vide du côté gauche et à l’avant de la salle. Ça faisait bizarre de voir les trois quarts des spectateurs assis à la droite de la salle, tandis que le côté gauche et le devant étaient vides. C’est presque comme si on ne s’était pas vraiment donné la peine de réfléchir à la disposition de la salle. Disons-le, il est difficile pour La Nuit (ou n’importe quel autre évènement de langue française) d’attirer plus de 300 spectateurs à Sudbury sans faire une campagne de promotion exorbitante. Voilà pourquoi il est doublement important d’accorder une attention particulière à la disposition de la salle. Peut-on suggérer qu’on place moins de chaises et qu’on le fasse de façon à ne pas diviser la salle l’année prochaine?

Du côté des décors, on dira que l’intérieur de la salle était bien décoré. On n’a pas vu d’usages abusifs du drapeau franco-ontarien et les diviseurs de salle étaient recouverts d’affiches de La Nuit. Par contre, à l’entrée de la salle, les décors étaient beaucoup moins bien réfléchis. On y retrouvait plusieurs cut-outs de femmes peinturées de façons éclectiques. L’image d’une femme enceinte avec une pancarte en dessous disant «femme heureuse» aurait franchement pu être mieux réfléchie…

Malgré qu’on ait mentionné sur scène le fait que les décors avaient été fabriqués par le Centre Victoria pour femmes, cela n’était pas indiqué à l’entrée. Peut-être qu’en soulignant ceci aux spectateurs, ces derniers auraient mieux apprécié ce que les décors devaient représenter.

Une Nuit blanche multidisciplinaire pour 2013?

Si le «festival» a cessé d’être «la folie collective d’un peuple en party» au cours des dernières années, l’édition de 2012 était néanmoins une nette amélioration sur celle de 2011.

On a appris que l’année prochaine, La Nuit espère nous livrer un «nouveau» concept pour son quarantième anniversaire, soit celui d’une «Nuit blanche» où on pourra participer à une foire des différents médiums. En fait, on parle plutôt d’un retour à La Nuit des années 70 : multidisciplinaire, plus libre et plus longue. Bref, c’est prometteur, mais seulement si le CA s’assure de mieux définir la vision de la soirée plus précisément. L’édition de 2012 avait comme thème, «les femmes», mais rien de plus. Pourquoi fallait-il souligner les femmes en 2012? Attention, nous ne remettons pas en question la validité de ce choix, mais plutôt la logique du CA en l’adoptant.

À l’automne 2011, La Nuit a tenu son «visionning» (ce qui semblait être un genre d’AGA ouvert à la communauté) afin d’obtenir des commentaires et des suggestions pour s’améliorer. Malgré les quelques heures de discussion, on n’a pas pu déterminer si La Nuit devait être un évènement «toast cheeze whiz» ou «baguette camembert» pour reprendre les mots des participants. C’est à dire, on ne pouvait pas décider si on devait orienter le spectacle vers un public «plus raffiné» ou vers un public de «average joes». L’édition 2012 semble vouloir être «baguette camembert», mais elle ne réussit pas à dépasser le contexte «toast cheeze whiz» pour les raisons qu’on souligne dans ce texte. On est entre les deux mondes. Si on cherche réellement à être le juste milieu, pourquoi ne pas miser sur ceci dans la promotion de l’évènement? De cette façon, on cesse de plaire moyennement à plein de monde et on plait beaucoup à la majorité.

Il faudra donc nous expliquer tout au long de la préparation du quarantième, pourquoi la Nuit blanche est pertinente. On espère entendre plus que «parce qu’on veut un méchant party» comme raison. Les méchants partys, y’en a à longueur d’année à Sudbury.

Si on veut fêter toute la Nuit, tant mieux… mais faisons-le comme du monde. On vous laisse avec quelques suggestions de plus pour l’an prochain : notamment, il faudra penser à offrir de la bouffe (s.v.p. arrangez-vous pour ne pas servir que de la pizza pep and cheese, on est en 2012 et les végétariens existent), un service de navette ou de taxi pour rapporter les gens à la maison (d’ailleurs, pourquoi n’y pense-t-on pas déjà? La conduite en état d’ivresse est déjà un gros problème. Le Regroupement des gens d’affaires francophones du district de Sudbury le fait lors de ses évènements, pourquoi pas la Nuit?), donner de plus longues pauses entre les prestations (désolé, on a de la misère à faire quoi que ce soit pendant plus de 2 heures sans arrêter), et laisser les pros faire leur job (des poètes pour lire de la poésie sur scène, par exemple).  Autrement, La Nuit risque d’être affligée à nouveau par la médiocrité qui l’a paralysée pendant aussi longtemps.


Photo: little goose, dry swamp, par Mele Avery

  • Très belle réflexion! Je suis d’accord qu’il faut avoir une vision plus claire et que celle-ci soit cohérente.

    Impliquer une plus grande variété d’artistes est une bonne idée. J’aimerais aussi voir l’implication des jeunes dans l’organisation et dans la soirée. Étant prof du secondaire, je sais ce que les élèves peuvent faire. Si on commençait après souper avec une exposition ou la création d’oeuvres d’art visuel (de toutes sortes… photographie, peinture, sculpture, vidéos, etc…) d’élèves et d’amateurs pour ensuite se diriger vers un spectacle multidisciplinaire professionnel, la public cible serait plus grand (lorsqu’on met la communauté et les jeunes sur scène, on attire une plus grande variété de personnes).

    Comme pauses (excellente idée en passant!), on pourrait avoir une variété de choses comme des cercles d’artistes, des expositions, des lectures de poésie (PAS SUR LA SCÈNE mais plutôt dans dans le « lobby » ou à un autre endroit dans la salle).

    Ce qui est certain c’est que la Nuit doit revenir à l’idée du « happening ». Je ne veux pas dire d’essayer de retourner aux premières Nuits, mais plutôt de réfléchir à ce que cette « Nuit » aurait l’air maintenant.

    Il faut aussi penser à ce que la Nuit est devenue. Ce n’est plus un rassemblement de gens de Sudbury, donc, il faut faire attention de ne pas négliger les gens de l’extérieur. Cette année, j’ai amené 18 élèves de Timmins et ils étaient très enchantés. Ils veulent absolument retourner l’an prochain. Si on leur demande leur opinion, je suis certain qu’ils auraient aussi des idées intéressantes.

  • NiLaforge

    Soirée « cheese whiz et camembert », quelle bonne idée!  On parle constamment de rassembler les francophones de tous les milieux alors pourquoi pas le faire lors de la « 40e Nuit sur l’étang » avec une variété d’artistes (pas seulement ceux qui font de la musique).  Des expositions d’art, de la musique, de la chanson, de la poésie,… pour l’an prochain?  Moi j’embarque!  Quand au bar dans la salle?  Est-ce vraiment nécessaire?  On pense aux végétariens alors pensons aux gens qui n’ont pas besoin de boire pour s’amuser…  Le bar ça va mais à l’extérieur de la salle s.v.p.  Ce sera une occasion de se lever pour bouger au bout de 2 heures non?

    •  ????  Si le bar est dans la salle tu vas te sentir dans l’obligation de consommer? 🙂

      • NiLaforge

        Non et je ne dis pas que je ne voudrais pas consommer mais j’aimerais pouvoir apprécier le spectacle sans me faire pousser ou arroser avec de la bière car tu vois je sais ce que c’est une Nuit!  J’en ai déjà vécu quelques-unes avant toi!  Je respecte ton opinion alors tu peux respecter la mienne qui est et qui reste tout simplement une opinion et non une critique.

    •  Je pense que le bar dans la salle est une bone chose. Je ne consome pas beaucoup mais j’aime avoir un ptit quelque chose en regardant le show. Je n’aime pas l’idée de quiter le show pour aller me prendre un coup. Ceci disperse trop la foule. Si c’est un artiste qui ne t’attire pas pour aller danser les gens vont sortir pour aller boir. Une foir qui’ils sont partit il y a une grande chance qu’il ne revienne pas. (peut import les prochains sur scène) Les gens n’aiment pas déménagé trop souvent. De plus c’est vraiment tannant d’aller au bar entre les show quand TOUT le mondes sont là. C’est presqu’ impossible de commendé et de le boire de façons agréable sans manquer le prochain show.

      • NiLaforge

        Je comprends ton point de vue mais si tu ne consommes pas beaucoup alors ça ne devrait pas être un gros problème puisque tu sortirais rarement de la salle, mais mon problème c’est justement avec les gens qui consomment beaucoup et qui dérangent la foule parce qu’ils sont trop ivres pour vraiment apprécier les artistes. Il faudrait trouver un juste milieu…  Peut-être un gros écran dans le bar pour que ces gens puissent continuer à voir le spectacle.  En tous les cas, ce n’est qu’une opinion et j’apprécie pouvoir la donner à travers TAGUEULE.  

        •  Je suis d’accord avec ceux qui en prennent trop et dérange ceux qui regarde le show. Cependant je pense que c’est une minoritaire. De plus, souvent je suis l’acompagnatrice donc je ne bois pas, mais mes amis en prend. Ton idée pour l’écran n’est pas fou mais pas idéal non plus car ça disperse encore trop la foule pi regardé un show dans salle live et sure un écran est deux différentes choses.

        • « trop ivres pour vraiment apprécier les artistes »

          De l’ivresse à La Nuit sur l’étang? As if.