Leçon 3: les participes passés

Bon ça y est, vous trouviez les canes drôles, quétaines, intéressantes, un peu gauches, pas toujours claires, sexy (on extrapole un peu, mais après tout, taGueule est sensé être sexy alors on a le droit de le prendre à notre compte!), mais là on a peur. On se dit qu’attaquer les participes passés à la troisième leçon, la glace va casser sous nos petites pattes et pis on va couler drette-là! Mais c’est le printemps, prenons des risques, c’est la saison des amours!

Vous allez voir, ce n’est pas si compliqué si vous avez bien suivi les deux premières leçons.

Nous avons deux auxiliaires en français : ÊTRE et AVOIR. Des fois ce sont des verbes, des fois ce sont des auxiliaires (des aides grammaticales si vous voulez). Vous savez certainement que la langue française a plusieurs temps de verbes: présent, futur, imparfait, plus-que-parfait, passé composé et autres. Eh bien pour les temps composés, on a besoin d’un auxiliaire et d’un participe passé. Le participe passé c’est une forme verbale que chaque verbe a (le participe passé de «manger» est «mangé»; celui de «partir» est «parti», celui de «vouloir» est «voulu», etc.).

1er problème : Faut-il utiliser ÊTRE ou AVOIR?

La règle est assez simple: on utilise AVOIR presque tout le temps. On utilise ÊTRE avec les verbes d’état (devenir, naître, mourir) et les verbes de mouvement (aller, partir, venir, descendre, monter, revenir, parvenir, repartir) et TOMBER. Là faut pas qu’on s’énerve, mais vous comprenez que le verbe «tomber» indique un mouvement, alors il faut utiliser l’auxiliaire ÊTRE. Répétez et écrivez la phrase suivante 100 fois: «Je ne dirai plus jamais: ‘J’ai tombé’ mais ‘je suis tombé’». S’il vous plaît, pour la santé mentale des canes, plus jamais!

2ème problème : J’ai rien compris.

De quoi parlent-elles? Comment on fait ça? Pas de panique! Ça aussi c’est simple. Un temps composé est composé d’un AUXILIAIRE et d’un PARTICIPE PASSÉ. Prenons l’exemple du passé composé qu’on utilise très souvent:

J’ai mangé. (AVOIR au présent plus PARTICIPE PASSÉ de manger)

Tu es allé. (ÊTRE AU PRÉSENT plus PARTICIPE PASSÉ de aller – verbe de mouvement)

Il a parlé de chansons.

Elle est tombée sur les roches.

Nous sommes revenus du cinéma.

Vous avez fait un gâteau.

Ils sont partis à la pêche.

Elles ont mis leurs mitaines.

3ème problème : Ça se complique.

Bon là, on l’avoue ça se complique un tout petit peu: Comment ça s’accorde ces affaires là? Bougez pas ce n’est pas difficile, c’est juste qu’on ne vous l’a pas appris.

1ère règle:

Quand l’auxiliaire est ÊTRE, le participe passé s’accorde TOUJOURS en genre et en nombre avec le SUJET.

Ma mère est partie.

Mon père est parti.

Mes parents sont partis.

Mes sœurs sont parties.

Il est revenu.

Elle est tombée.

Ils sont sortis.

Elles sont descendues.

2ème règle:

Quand l’auxiliaire est AVOIR, le participe passé ne s’accorde JAMAIS, SAUF… (attendez la 3ème règle). Vous voyez dans les exemples suivants que le participe passé ne change pas, peu importe le sujet ou le COD, ou autre chose. Ça ne bouge pas!

Elle a mangé du cochon.

Il a fait un dessin.

Ils ont écrit une lettre.

Nous avons chanté au petit matin.

Elles ont récité un poème.

3ème règle:

SAUF… avec l’auxiliaire AVOIR, QUAND LE COD EST PLACÉ AVANT SON VERBE, LE PARTICIPE PASSÉ S’ACCORDE EN GENRE ET EN NOMBRE AVEC LE COD. (Il n’y a rien d’autre à faire que d’apprendre cette phrase comme vous avez appris le Notre Père, ça paraît futile mais ça sert dans la vie! … et en plus c’est moins long!)

Les fleurs qu’elle a cueillies sont bleues.

(Le participe passé «cueilli» s’accorde au féminin pluriel parce qu’il s’accorde avec les fleurs qui sont le COD du verbe «cueillir»… Elle a cueilli quoi? Les fleurs!).

Les bonbons! Il les a mangés!

(Le participe passé «mangé» s’accorde au masculin pluriel parce qu’il s’accorde avec les bonbons qui sont le COD du verbe «manger». Il a mangé quoi? Les bonbons!).

J’ai lu les livres que tu m’as prêtés.

(Très intéressante comme phrase: «lu» ne s’accorde pas parce que son COD (les livres) est placé APRÈS; en revanche, «prêté» s’accorde parce que son COD (les livres) est placé AVANT). Un autre exemple pour la route:

Elle a pris toutes les affaires qu’il lui avait données.

4ème règle :

Vous avez tout compris. Nous aussi. Tout le monde est content. Mais voyons, cela ne peut pas être aussi simple… et bien oui et non, avouez que c’est simple (si vous savez trouver un COD, voir leçon 1), mais des fois ça se complique un petit peu, juste des fois.

Avec le pronom EN (voir leçon 2) :

Vous vous rappelez peut-être que dans la leçon 2, nous avons appris que dans certains cas, on remplace le COD par le pronom EN. Eh bien, quand EN est placé avec le verbe, LE COD NE S’ACCORDE JAMAIS. C’est simple! Exemples:

J’ai mangé des bonbons.              (COD après le verbe, pas d’accord)

J’en ai mangé.                              (COD avant le verbe mais remplacé par EN, pas d’accord)

Les bonbons, je les ai mangés!    (COD placé avant, accord)

Certains verbes de mouvement peuvent être accompagnés d’un COD. Dans ce cas, on utilise AVOIR.

Elle est descendue dans la cuisine.

MAIS :

Elle a descendu son chandail pour le mettre à sécher.

Ils sont sortis prendre une marche.

MAIS :

Ils ont sorti les poubelles.

Les verbes pronominaux :

Avouons que nous rentrons dans un terrain glissant. Nous ne sommes pas certaines de tout comprendre. Ce qui est sûr c’est qu’avec un verbe pronominal (se + verbe comme se laver, se lever, se doucher), on utilise toujours l’auxiliaire ÊTRE. Le problème est l’accord. Si le verbe pronominal est réfléchi (le sujet fait l’action sur lui-même comme «se doucher», c’est toi que tu douches!), ou réciproque (on fait l’action en gang comme «se réconcilier»), alors on accorde en genre et en nombre avec le sujet.

Verbes réfléchis ou réciproques qui s’accordent

Elle s’est lavée.

Elles se sont couchées.

Ils se sont levés.

Nous nous sommes douchés.

Ils se sont réconciliés.

Elles se sont embrassées.

Verbes pronominaux suivis d’un infinitif : PAS D’ACCORD.

Elle s’est fait manger toute crue.

Elles se sont laissé aller à leur guise.

Pour les participes passés avec un infinitif, il faut toujours se poser la question du COD. Mais là on botte en touche, c’est compliqué: on vous donne le lien suivant si ça vous amuse.

Nous, on va se coucher parce qu’on a un boulot et des mômes à nourrir et amuser demain, mais si vous avez compris les trois premières règles, nous seront heureuses en maudit!

  • Jean-Maxime Couillard

    C’est beau.

  • AlexandreDisqus

    Super!

    Il manque un morceau pour les verbes pronominaux:
    « Elle s’est lavé les mains. »
    (le COD n’est pas le sujet)

    Continuez ce beau travail, j’espère que beaucoup de personnes vous lisent!

  • Slapointe

    Sauf pour ceux qui écrivent
    encore des lettres à la mitaine, les logicielles que nous utilisons presque
    tous aujourd’hui ont tous ces règles déjà programmé dans leur cervelles. Bonne
    petite lecture mais ça m’a donné un flash back des mes classes de français 9e/10e
    et comme résultat un mal de tête.