Warning: preg_match_all(): Compilation failed: missing opening brace after \o at offset 4 in /home/tagueule/public_html/wp-content/plugins/nfb-video-plugin/nfb_functions.php on line 241

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/tagueule/public_html/wp-content/plugins/nfb-video-plugin/nfb_video_plugin.php on line 43
Scroll To Top

Les Bleus de Ramville: Pas offside, juste off

Appréciation

Détails
  • Dialogues
  • Scénario
  • Jeu
  • Direction photo
Révisé par :

Warning: preg_match_all(): Compilation failed: missing opening brace after \o at offset 4 in /home/tagueule/public_html/wp-content/plugins/nfb-video-plugin/nfb_functions.php on line 241

Warning: Invalid argument supplied for foreach() in /home/tagueule/public_html/wp-content/plugins/nfb-video-plugin/nfb_video_plugin.php on line 43

Après le slapstick quétaine presque réussi qu’a été la série Météo+, TFO nous présente une deuxième télésérie nord-ontarienne.

Est-ce qu’ils auraient dû?

Les Bleus de Ramville, c’est comme une tentative de recréer Les Boys en franco-ontarien. Tous les éléments y sont pour en faire le show le plus franco-ontarien ever. Un petit village (comme Verner, Corbeil ou Smooth Rock Falls), des grands noms d’acteurs franco-ontariens (Jean Marc Dalpé, Stéphane Paquette), et le français régional dont on est si fier (mais qu’on se fait un plaisir de fou à mal imiter).

La première fois que j’ai écouté Les Bleus de Ramville, ç’a duré 5 minutes avant que je retourne à Seinfeld. J’étais mal à l’aise, honnêtement. Pour tout le bruit qu’on fait sur cette série, sur «l’industrie télévisuelle franco-ontarienne», j’étais déçu. J’ai décidé, par la suite, d’y donner une vraie chance, voir ce que donnait un épisode au complet.

Commencer par le commencement

Le générique d’ouverture de l’émission est magnifique, il faut le dire. On comprend les enjeux que l’on souhaite aborder dans cette série: la régionalité, la passion que peut inspirer le hockey semi-pro, l’intensité sur la glace même si on ne gagne pas un million par saison. Après le générique, j’étais optimiste. On présentait ici un beau pari, on piquait mon intérêt. Mais après, ouf.

Dès la première scène, on nous vend sans trop de subtilité le dialogue artificiel et le rythme malaisant de la série. J’ai du mal à me décider si c’est parce qu’on leur impose des textes mal adaptés à l’accent qu’on essaye de leur donner, ou bien si ce sont les comédiens qui sont mal dirigés dans la livraison de leurs répliques. On se dirait dans une pièce de théâtre ou dans un match d’impro, et même que certaines des répliques semblent hors contexte, par exemple lorsqu’on fait allusion au taux de chômage qui serait apparemment plus élevé à Sudbury que dans un village où l’on vient de perdre l’employeur principal… On est loin de l’accent absolument réussi de la secrétaire d’Azilda dans Météo+ (où le même problème de manque de constance des accents existait).

(Manque de) vigilance constante

Le niveau du jeu n’est pas égal chez tous les comédiens (ni même de scène en scène) et on ressent un certain laissez-faire au niveau de leur cohérence de réplique en réplique. Dans une même scène, on peut passer d’une conversation très crédible à un genre de parodie de théâtre communautaire de Moonbeam. La facilité des textes me donne envie de souffler mon gazou pour donner une punition de «ploguer le thème» comme ils disent en impro. On dit tout, on ne laisse pas la place aux nuances, et on expose au grand jour les motivations de chaque personnage.

À la télé, ça prend une intention claire au niveau du rythme, et ici, il est off, mal placé. Les répliques ne s’emboîtent pas, et on a l’impression que chaque ligne de dialogue est faite pour être seule, sans s’imbriquer dans le flow de la scène. On peut passer une bonne minute très agréable, où le jeu est au niveau et où le rythme est bon, avant de retomber dans le mondain.

L’inégalité du jeu se voit encore plus lorsqu’on a affaire aux scènes de Jean Marc Dalpé, qui rentre à merveille dans sa peau de «businessman» crasse. Sauf que lorsqu’il est avec d’autres comédiens, avec moins d’expérience ou d’aisance, on est mal à l’aise. Pour eux, pour lui, pour l’équipe de production.

Et là je n’ai même pas parlé de la musique, qui plus souvent qu’autrement vient briser l’atmosphère que l’on tente de créer. Il me semble qu’une bonne trame sonore, on ne devrait pas la remarquer. Ici, au lieu, on a l’impression de se retrouver dans un épisode de Full House ou dans un Friday Night Lights pas assez dramatique.

Le contexte de la série est bon – l’employeur principal de la ville quitte, réalité trop commune pour les Nord-Ontariens, et on tente de redonner une certaine vigueur au village par le biais de l’équipe de hockey. C’est une mise en situation qui valait bien la peine qu’on s’en inspire pour une télésérie. On est loin des moeurs «over-dramatiques» de Francoeur, de la banalité corporative de Rock et Rolland, ou du mindfuck généralisé de L’Auberge du chien noir. Mais j’ai justement l’impression que cette série qu’on m’a vendue dans le générique d’ouverture, on ne l’a pas écrite.

L’âne et la carotte

Les Bleus de Ramville, comme Météo+, est produit pour une diffusion à TFO, sans publicité, et à ce que je peux en conclure, sans ambition de rediffusion pour un profit quelconque. J’ai l’impression qu’on a établi une industrie télévisuelle dans le Nord dans le but de faire travailler les gens, peu importe la qualité du produit final. Ramville jouit d’une diffusion garantie et ne doit pas s’inquiéter des commandites, des cotes d’écoute ou des critiques dans la Presse ou à C’est juste de la TV.

Je dois quand même saluer l’initiative de TFO et de la boîte de production derrière Ramville, mais j’aimerais avoir l’impression qu’il y a une carotte qui leur pend devant le nez. Pour l’instant, après 5 épisodes, on dirait un âne paresseux dans un entrepôt de légumes.

En tant que bon Franco-Ontarien, je me dois de suivre la saison jusqu’à la fin, et j’espère que la suite pourra me faire changer d’opinion.

À propos de l'auteur

Sylvain Lacroix
Sylvain Lacroix

Un gars de Cochrane qui aime faire du 4-roues, aller à la pêche et écouter Cayouche. Étudiant en 3e année en Géographie à l'Université Laurentienne.