Le pouvoir de la parole

Après quelques jours de réflexion à propos de taGueule, la maudite Québécoise que je suis a décidé de joindre les rangs de la camaraderie tagueuloise.

Par définition, un camarade se dit d’une personne avec laquelle l’on partage un ou plusieurs centres d’intérêts. Quel soulagement de rencontrer d’autres grandes gueules prêtes à rejeter le statu quo et à réfléchir à haute voix, et ce, même si nous ne sommes pas tous en accord. L’uniformité n’a non seulement jamais été source de progrès mais est une invitation au désastre nederlandsegokken online casino parce qu’insidieusement elle paralyse tout sens critique de l’homme et ce dernier devient trop facilement manipulable.

Je réalise que taGueule représente plus qu’une plate-forme pour les opinions dissidentes. En fait, je considère le webzine comme un espace public, tel que définit par Jürgen Habermas, où les individus font usage de leur raison et s’approprient la sphère publique où s’exerce une critique contre l’État.

Dans notre cas, on remarquera que plusieurs vaches sacrées de l’Ontario français passeront sous le crible et non pas seulement le politique. Tant mieux, car on en a marre de tous ces discours désuets sur l’identité franco-ontarienne.

  • Nicole

    N’oublie pas que si le franco-ontarien ou la franco-ontarienne de taGueule a en général entre 20 et 25 ans,  il existe aussi tous les autres francophones qui ont entre 0 et 99 ans.  Nous avons tous eu à formuler nos propres discours sur l’identité franco-ontarienne à un moment donné de notre vie.  Que ce soit en apprenant à un très jeune âge la raison d’être du drapeau franco-ontarien ou en écoutant de la musique francophone ou encore en réalisant qu’ être francophone en Ontario c’est plus que porter un drapeau et chanter Notre Place, et plus encore en comprenant les défis de la jeunesse d’aujourd’hui face à son avenir.  Alors ce qui est désuet pour certains ne l’est pas nécessairement pour d’autres.  Je suis d’accord avec toi cependant pour affirmer qu’il faut évoluer avec les générations mais cela ne veut pas dire qu’on doit tout rejeter ce qui est venu avant ni ce qui suit.  Nous sommes rendus ici parce que d’autres ont tracé la route avec les moyens qu’ils avaient à l’époque dans laquelle ils ont grandi et nous continuerons d’exister parce la jeunesse prendra la relève.