A word to the students of collège Boréal

It’s my pleasure this morning to say a few words to the young men and women who are studying in this fine new college. I’ll say them in the language in which most of you seem more comfortable, judging from what I’ve heard in the halls and the cafeteria.

Yes sir, you see it coming and you’re right. The blame, the sermon, the self-righteous talking down. But before you tune me out, here’s something for you to hit me with. I admit that I’m in no position to blame you for something I was doing myself when I was your age. I grew up here in Sudbury, like many of you. And like most of you, English was the language I felt good with. English was the way to sound like a man without sounding like my parents or my teachers. So I spoke English to everyone, except when forced otherwise. That was the way to be myself. If I’m not mistaken, you are all speaking English right now for that same reason : to be yourselves. I remember the feeling. It’s such a strong one that you don’t feel even the least bit out of place when you walk around laughing and talking English in the halls of a French school.

Mais un jour, j’ai eu l’intuition de ce qui m’arrivait en vérité. J’étais loin de me donner ma propre personnalité, d’exercer ma liberté, d’avoir l’air confiant en parlant l’anglais. En vérité, je faisais docilement ce que la société voulait que je fasse. Je n’essayais pas d’être moi-même. J’essayais d’être comme tout le monde.

À l’époque, je faisais comme vous mes études postsecondaires. Je voyais vite venir le temps où j’allais devoir savoir qui j’étais vraiment, si je voulais trouver ma place et mon salaire. J’osais peut-être aussi rêver, un peu, de faire une différence dans mon petit coin de pays et d’aider à bâtir un monde meilleur. C’est là que j’ai commencé à voir mes parents canadiens-français d’un autre oeil. C’est là aussi que j’ai commencé à voir plus clairement l’histoire de mon peuple. La misère économique qui l’a poussé à émigrer dans le Nord ontarien. Les pressions qu’il a subies de partout pour abandonner le français. Les efforts qu’il a maintenus sans grand succès pendant cent ans pour donner à ses enfants au moins des écoles françaises, au moins ça. En fin de compte, j’ai compris d’où je venais. J’ai compris où je m’en allais. Et j’ai compris qu’en parlant tout le temps anglais, je tournais au ridicule un courage que j’étais encore loin d’avoir montré moi-même.

Students of collège Boréal, I suspect you feel uncomfortable hearing me speaking English to you so publicly, so officially, on French radio for all to hear. I’m doing it in the hope it might help you realize how out of place you sound speaking English in this building, of all places, after so many people worked so hard for so many years to make this beautiful, ultra-modern, high-tech French language college a reality, for you.

I know you can very well do without my respect or anyone else’s. After all, you are your own man, your own woman. You don’t need to be told what to think and how to behave. You’re living life on your own terms. That’s what I thought I was doing too, before I realized that I still had some growing up to do. I hope to meet some of you some day down the road. But I would have so much enjoyed meeting you now. I somehow had hoped that you would all be different than I was at your age.

Qui parle français en Ontario ? C’est triste à dire. Il y a de petits enfants, il y a des adultes, mais entre les deux, il n’y a pas de jeunesse. Celle qui fait du bruit. Celle qui fait du fun. Celle qui fait de la vie. Ça manque beaucoup. Ça pourrait être vous.


Le 3 octobre 1997. Depuis son ouverture en 1994, le collège Boréal avait occupé des locaux de fortune. Le matin de l’ouverture officielle de son nouveau campus, j’ai livré ce billet en ondes depuis le hall d’entrée, d’où CBON Bonjour diffusait une émission en direct. Un peu ironiquement, j’ai adapté ma langue et mon langage à mon public.

Ce texte fut publié dans le recueil de nouvelles De face et de billet, par Normand Renaud, aux éditions Prise de parole, 2002. Reproduit avec permission.

  • Quinze ans plus tard et rien n’a changé. On est faite.

    • Bibi

      On est jamais fait à moins d’abandonner.  Se battre, continuer, ne pas laisser tomber, revenir à l’attaque… ça fait partie de qui on est!

      BIBI

  • Bibi

    Oh que c’est bien dit! Il n’y a rien à ajouter… Ça ne pourrait pas être mieux dit. 

    BIBI

  • Dallaire

    Boréal and other institutions (ie. Laurentian University) constantly talk about enrollment, governement grants… They advertise (rather heavily) in the English-speaking media (radio, television…). And who cares? Not them. It’s all about the bottom line. Getting bodies into classes and making it look like they’re very successful. 

  • Très bien dit, M. Renaud. C’est un discours qui, tristement, trouve écho chez-nous, en Acadie…

  • Geneviève

    Ouff, quelle belle allocution! Cher monsieur Renaud, si vous n’avez que toucher à quelques personnes à ce moment, et bien vous avez réussi. Merci. Je vais de ce pas imprimer ce document et le faire lire à mes deux garçons (l’un au primaire et l’autre au secondaire).
    Je ne suis pas franco-ontarienne; j’ai eu l’avantage d’être élevée au Québec. Et si je dis ‘avantage’, c’est parce que je n’ai pas eu à livrer combat à tout les jours comme les franco-ontariens.
    J’ai beaucoup d’admiration pour ces gens qui vivent en milieu minoritaire et qui, malgré tout, ont conservé leur langue, leur culture, leur dignité.

  • Pingback: A letter to my franglo-ontarian friends » TAGUEULE!()

  • Pingback: A letter to my franglo-ontarian friends » TAGUEULE!()

  • Je trouve ça admirable. Bravo, continuez !