Cornwall: le docteur est malade

Début février, le bon Dr Dany Tombler s’offusque de la publication d’une publicité qui vise à recruter des infirmières à l’Hôpital communautaire de Cornwall. La raison? La politique d’embauche d’infirmières bilingues dont l’hôpital s’est doté pour respecter ses obligations en vertu de la Loi sur les services en français de l’Ontario.

Le bon Dr Tombler invite les bons Cornwalliens (Cornwailleux? Cornwallois?) à cesser de contribuer à la campagne de financement du méchant hôpital.

Apparemment, pour le Dr Tombler, les besoins des patients francophones de la région sont secondaires. Que voulez-vous? C’est en anglais qu’il a fait son serment d’Hippocrate.

Le canton voisin, South Stormont (SS), s’empresse de suspendre son financement annuel de 30 000 $, qui doit être versé jusqu’en 2015 pour contribuer au projet d’immobilisation de l’établissement. La mairesse suppléante Tammy Hart déclare même qu’« en ces temps d’austérité, l’abolition du ministère ontarien des Affaires francophones » devrait être envisagée.

Bon. Je n’habite pas à SS. Je n’y habiterai d’ailleurs jamais. Mais cette guéguerre doit préoccuper tous les Franco-Ontariens. On parle de sacrifier le ministère des Affaires de la minorité sur l’autel de l’économie. La communauté franco-ontarienne n’en a rien à gagner, à part peut-être la disparition de Madeleine Meilleur.

La main invisible de l’opinion publique

On parle souvent de la main invisible de l’économie, un concept à la limite du ridicule selon lequel le marché est régulé par une sorte de main fantôme. Et de nombreux économistes, pourtant peu versés dans la parapsychologie, y croient dur comme fer.

Alors permettez-moi d’inventer la main invisible de l’opinion publique franco-ontarienne. Cette main pointe actuellement vers l’hôtel de ville de SS et son majeur est bien haut dressé.

Contre-attaque

Peut-on raisonner les élus de South Stormont en utilisant des arguments constitutionnels? Peut-être, mais il apparaît plus sage d’utiliser la même arme économique qu’ils invoquent.

Voilà ma proposition: le premier blocus économique franco-ontarien.

Ainsi, je m’engage solennellement à ne plus arrêter faire le plein, manger ou dépenser le moindre sou à SS tant que le financement municipal pour l’hôpital ne sera pas rétabli, tout en préservant la politique d’embauche bilingue de l’hôpital. J’invite les Franco-Ontariens, les Québécois, les francophiles, les anglophones tolérants et tous les autres mammifères sensés à faire la même chose.

Si les élus de SS se montrent imperméables aux arguments historiques et constitutionnels, ils ne le seront pas face à des gens d’affaires aux abois.

Une fois le financement annuel de 30 000 $ rétabli, nous retournerons manger dans les fast-food de SS, qui provoqueront des indigestions. Nous nous dirigerons ensuite fièrement vers l’hôpital communautaire de Cornwall, fraîchement rénové, où nos maux de ventre seront soignés dans la langue de notre choix.

  • Jacques Dumézil

    En lisant les commentaires sous la lettre du doc, je me dis que l’unilinguisme est un facteur de rétrécissement de l’esprit.
    Comme disait Picasso en répondant à ceux qui ne comprenaient pas le cubisme : « si je ne parle pas allemand, ce n’est pas de la faute de l’allemand. »

    Si tu ne parles pas français dans un pays dont c’est une des deux langues nationales, ce n’est pas au français que tu dois t’en prendre.

    Quant au docteur Tombler, j’aimerai qu’il se retrouve un jour au bloc opératoire avec uniquement des médecins et des infirmiers qui ne parlent pas anglais. En état de stress, c’est fou comme on oublie vite sa langue seconde.

    Comme pour l’hôpital Montfort, il va falloir se mobiliser. Je soutiens pleinement l’idée du boycott tant que cette mairesse suppléante ne revient pas sur sa déclaration.

    Petit cadeau, son courriel et son numéro de téléphone (disponibles sur le site de la mairie de Tamy Hart – ainsi que la photo de la charmante dame, qui a un étrange air de famille avec l’actuel maire de Toronto) :

    Deputy Mayor Tammy Hart
    14439 Hart Road
    Newington, ON K0C 1Y0
    613-984-2543
    tammy.farms@xplornet.com

    Voilà. On peut lui écrire en anglais ou en français, j’imagine.

  • Oublions ça le ministère des affaires francophones, créeons donc un ministère des francophones hors-québec AU PROVINCIAL QUÉBÉCOIS.

    • AlexandreDisqus

      Ça existe déjà, en quelque sorte:
      Secrétariat aux affaires intergouvernementales canadiennes
      http://www.saic.gouv.qc.ca/

  • Cher Bruno St-Germain

    Je ne vous connais pas, mais je vois que vous avez de l’humour et que vous n’êtes pas con. Ce sont deux raisons pour lesquelles je vous aime déjà.

    Au plaisir de vous lire de nouveau.

  • @ Jacques Dumézil : « Comme disait Picasso en répondant à ceux qui ne comprenaient pas le cubisme : « si je ne parle pas allemand, ce n’est pas de la faute de l’allemand. » »

    Superbe! Celle-là, je vais la recycler!

  • AlexandreDisqus

    « La communauté franco-ontarienne n’en a rien à gagner, à part peut-être la disparition de Madeleine Meilleur. »

    La disparition de Madeleine Meilleur serait une bonne chose, selon vous?

    Explications, svp…

  • Pingback: Le Règlement XVII: un arrêté lourd de conséquence » TAGUEULE!()