Freedom Frogs

Ça fait presque dix ans depuis que j’ai rédigé Freedom Frogs. Il paraît ici dans sa version intégrale, avec néologismes maladroits qui côtoient des anglicismes que j’ignorais. Je ne l’ai jamais vraiment modifié. À l’époque, j’étais en plein milieu de ma formation universitaire dans le presque défunt programme en Arts d’expression de l’Université Laurentienne.

Comme mon école secondaire, le Collège Notre Dame, ne s’impliquait pas du tout aux activités de la FESFO, ma conception de l’identité franco-ontarienne fut plutôt formée par les assemblées générales annuelles dans les gymnases d’école où nous chantions le Notre Place de Paul Demers à l’aide de paroles projetées sur transparents. Et, jusqu’à ce qu’on me parle de la génération CANO dans le contexte de mes cours de théâtre à l’UL, c’est tout ce que je savais des franco-ontariens. On parlait en français, on habitait l’Ontario, et on avait un drapeau.

Et je trouvais ça tellement poche. Voici donc ce à quoi ressemblait la franco-ontarienneté du point de vue d’un jeune homme qui commençait tout juste à la connaître.

GRENOUILLE!

…amphibien
symbolicon du franco-ontarien

à la fois capable de survivre
dans l’eau
sur terre

« une pluie de grenouilles »

à la fois capable de survivre
en français
en anglais

mais il a besoin
des deux

***

Il est symbole de l’évolution
de personnalités multiples

capable de faire des sauts
Immenses

produit de la terre
et de la mer
de notre mère
la terre

***

Il n’accepte pas de se faire
encadrer

Il est nomade par nature
et chante
chante
chante
chante

comme une grenouille
sautillante et bandée
je chante l’Univers

***

Je n’accepte
pas la dualité
que mes parents
m’ont inculqués

Good and Evil
French and English

***

parler en
français
c’est comme
revisiter la
tyrannie de
l’Église oppressive

… parle en français
… dit tes prières

***

rouge vert
stop and go
frog in a blender

***

comme Kermit
It’s not easy being green
en amour avec
la grosse cochonne
superstar

en amour avec
la grosse cochonne
capitaliste

***

il l’hait tellement
leur union nous
semble innaturelle

***

Miss Piggy
you fucking capitalist piglet
I hate your fucking
posing
preening

tu me fais crier
!!!

je change le poste
quand je te vois
et je manque le drumbeat
solo
tribal
animal

d’Animal!
Animal!
Animal!

***

Its not easy being green…
HULK SMASH PUNY HUMANS

***

Freedom Frogs

patates frites
freedom fries
patates frites
freedom fries
patates frites

Freedom Fries
(this is your brain
on America)

***

patates
de la fiction
frites de la
friction
de la passivité
du Couch Potato

monsieur patate
peut changer son visage
monsieur patate
peut changer son lang(u)age

***

monsieur patate
et les
potato kids
se prostituent
sont devenus
des prostitués

le sac à patates
déchiré
troué
ne sert plus
aux courses
de mon enfance
staccato

***

Freedom Frogs Sold Here

on m’a
vendu
ma liberté
on m’a
libéré
du Potatohead
américain
anglo-saxon

on m’a tranché
la gueule
me coupant
la langue

je me souviens

***

je suis l’enfant
de Kermit le franco-frog
et de Miss Piggy
la cochonne
capitaliste
hollywoodienne

elle l’aimait
il était Vert
comme l’argent

***

(les Muppets
sont un produit
des années 80
l’argent était
verte
nous vendait
une nature
l’Interac
n’était qu’un
concept
spermatoco-informationnel)

***

trop de grenouilles
bondissent
comme des moutons
saute-mouton
par dessus le
précipice
d’un Principe

allez vous-en
je vous salut

***

parle en français
parle en français
parle en français

tu crains
et tu te plains
ta crainte
deviens une plainte
deviens terreur
deviens terrorisme

shut the fuck up
fuck off and

evolve

***************************************

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

ok sure
pas de problème
si les french fries
deviennent freedom fries

no problem

nous les french frogs
devenons the freedom frogs

nous les amphibiens
qui respirent la vie
entre deux mondes

les grenouilles de la liberté

***

la grenouille est au freedom frog
ce que le tétard est
à la grenouille

***

petit tétard
qui ose
pousser des jambes
pour sauter
pour grimper

pour quitter
la soupe primordiale

***

il a le front
il a le courage
il ose d’être amphibien
de devenir un mutant
d’explorer deux univers
en même temps

***

are you a french frog
or a freedom frog

es-tu tétard
es-tu grenouille

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

comme une peste sur l’Égypte
les grenouilles sont guerrières

green grenades go
pull the pin on freedom frogs

***

grenouille crucifiée
freedom frog assassiné

offrande au multivers
multilingue et polyglotte

offrande aux dieux
extra-terrestres et amphibiens
qui voyagent l’étang
de notre inconscient
collectif

sur des objets flottants
des nénuphars
non identifiés

je suis un freedom frog
anthropomorphique
à la recherche d’un rêve
d’un songe
d’une vision
qui m’échappe
comme un maringouin
comme un moustique
mystique

***

grenouille de la liberté
hibernenvoloppée
dans la belle bouette
de la marée
morte

au fond du marais
monosyllabique
de ma langue maternelle

***

le franco geek se cache-cache
des crapauds
qui font de moi la caricature
d’une grenouille
peureuse

se précipitant
comme une précipitation amphibienne
mes frog legs
se feront frire
saveur d’un souvenir
qui ne vient que de temps en temps
freedom frog style

***

on se libère des mains
de notre capteur
suivant la lueur d’un feu de camp
les braises nous embrassent
font siffler le sang
les rêves s’évaporent

***

un cauchemar crapaud
s’évaporêve

un crapaud qui creuse
le cauchemarais de l’hivernationalité
se requestionne l’hiver

la saison des songes

***

au lieu d’enfiler tuque mitaines
raquettes bas de laine
j’oublie mes mots
vice et versa versant
des larmes

faisant le deuil de la dichotomie
freedom franglaise

***

pourquoi parler parce que
ta langue est sclérosée
comme des plaques d’immatriculation
mes mots se répètent comme
des répliques

je me souviens
yours to discover
je me souviens
yours to discover

yours to remember
je me découvre
je ne découvre

rien que mots moumounes
rien que maux de tête
rien que le vide
d’un marais maternel
stagnant

***

hisse et hausse ton drapeau
une fois par année
la nuit sur l’étang
comme la messe de Noël

les enfants ont hâte de partir

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes de cochon

***

j’ai l’âme amphibienne
ici dans le nord
une nuit sell out sur l’étang
n’assouvit plus
la soif du premier marais

je chante pour les touristes
qui visitent le musée de
notre culture de
notre culte

sur l’étang de l’espace-temps
les moments nénuphars
sont nombreux

nous permettent
de visionner notre parcours
comme un jeu
de connect the dots

ils nous demandent de saluer
le drapeau franco-ontarien
comme on se prosternerait
devant un crucifix

***

j’avale les moustiques
qui survolent vos têtes
de cochon

***

le croassement de la création
fait résonner les barreaux
de notre prison invisible

culture de musée

invisible mais écrasante
invisiblement omniprésente

freedom frogs on display
tonight

do not feed the animals

ne donnez pas à manger
à boire de l’espoir
ne donne pas à croire
aux enfants bâtards

aux amphibiens potentiels

don’t put me in a cage
don’t keep me from the water
bye bye l’étang
l’océan m’attend

je ne serai ni traître
ni ton ambassadeur

bye bye l’étang
l’océan m’attend


Image : GO FU par Michael Dumontier et Neil Farber

  • Dalpé, Desbiens, Aubin.

  • « hisse et hausse ton drapeau

    une fois par année

    la nuit sur l’étang

    comme la messe de Noël

    les enfants ont hâte de partir »

    C'est fort.

  • Jules-Pierre Fournie

    Je trouve valeur que ton filtre fut fucké dès le départ par les chastes soeurs du CND. Si elle t'auarait donné la chance de bâtir un sentiment d'appartenance, peut-être que tu n'aurais pas voulu qu'on abandonne tout pour l'océan. Tripper sur CANO et vouloir délaisser ce qu'ils ont bâtis, c'est triste 🙁 (surtout du gars qui a grandi pour jouer Dalpé dans Les Rogers)

    Comme ça l'ex-libraire et le poète officiel du Grand Sudbury refusait d'être l'ambassadeur de sa patrie il était une fois?

    La question qui tue… t'es-tu trahis?

  • Jules-Pierre Fournier

    Je trouve ça de valeur que ton filtre fut fucké par les chastes soeurs du CND. Si elles t’auaraient donné la chance de bâtir un sentiment d’appartenance, peut-être que tu n’aurais pas voulu abandonner tout pour l’océan. A la fois, tripper sur CANO et vouloir délaisser ce qu’ils ont bâtis, c’est triste (surtout du gars qui a grandi pour jouer Dalpé dans Les Rogers)

    Comme ça l’ex-libraire et le poète officiel du Grand Sudbury refusait, il était une fois, d’être l’ambassadeur de sa patrie ?

    La question qui tue… t’es-tu trahis?

  • @ Frédéric : C'est beaucoup trop gentil. Merci!

    @ Christian : *nods*

    @ Jules-Pierre: C'est toujours un peu pas mal plus nuancé que le problème de la chasteté des bonnes soeurs. En fait, d'après ce que plusieurs ex-adeptes de la Fesfo m'ont raconté, je suis tout probablement "better off" d'en avoir été ignorant. Ce qui me dérangeait plutôt c'était la façon qu'on tentait de nous vendre la culture #onfr avec l'équivalent d'une annonce publicitaire régionale et poche qui avait l'impact du pitch d'un vendeur de chars usagés.

    Quand j'ai fait mon exil aux pantalons du Canada, t'as raison Jules-Pierre… de temps en temps, je me suis trahi: je parlais des F.O. et surtout de mes amis qui font du travail exceptionnel en arts et culture. Fait divers: je me suis acheté 3 albums de CANO sur vinyle, aux States. Ils étaient tous dans des bins d'une piastre chez des disquaires au Maine!

  • "L'étang n'est pas l'ami du fleuve" – proverbe nigritien

  • Daniel Groleau Landry

    « grenouille de la liberté
    hibernenvoloppée
    dans la belle bouette
    de la marée
    morte
    au fond du maraismonosyllabiquede ma langue maternelle »

    Poème très puissant, qui laisse ses traces sur la rétine.
    On s’y enlise. On se débat dans la spirale qui nous engloutis malgré tout.
    Quel est donc cet océan qui nous libère du marais?
    La question se pose.

    D.  

  • Une inconnue

    Je suis membre du conseil de représentation et je tiens à t’informer que Le Collège Notre-Dame a Sudbury a fait beaucoup de progrès par rapport à leurs implications au sein de la FESFO. Leur présence au sein de la fédération ne cesse de croitre!

    • Michel Laforge

      Sans vouloir être impoli, je crois que vous avez manqué le bateau. Merci de nous lire par contre!